• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 6 juillet 2007

    Sortie cinéma


    Petite virée au cinoche hier soir en compagnie de David et Laurence – the Queen of Tarots. A l’affiche Le Boulevard de la Mort de Q. Tarantino, en VOSTF comme il se doit.
    Ne sachant pas exactement ce dont j’allais m’abreuver pendant une heure et demi, mes références cinématographiques étant par ailleurs quasi-nulles,

    Wouai !! C’est un film avec Machin et Machine !!
    - Kissa ?
    - Maissi !! Ils ont joué dans la série « Machin Chose »
    - Heu…J’ai jamais vu…
    - Rhôooooo ….Mais enfin… c’est celle qui jouait le rôle principal dans « Un Film Très Connu » avec Trucmuche ! Tu sais… ?
    - Ben…. Non… j’vois pas…
    - Bon, atta… c’est elle qui est sortie avec Truc-Chose l’an dernier et qui fait Konassa dans la série qui passe sur M6 … tu vois là ?
    - Haaaaaaa…Oué la série sur M6… oué oué… »
    mais appréciant le travail de Tarantino (Jackie Brown ! Pulp Fiction ! Kill-Bill !!), j’allais découvrir ce nouvel opus du Maître avec une certaine curiosité et l’impatience enthousiaste que l’on peut s’imaginer

    Si j’apprécie le cinéma, je n’ai aucune mémoire des noms en général, des noms d’acteurs en particuliers, et surtout, me contrefous totalement de ce qu’ils font, de avec qui ils baisent, de là où ils passent leurs vacances, du prénom de leur toutou, de la marque de leurs sous-vêtements... Moi, quand je vais au ciné, c’est pour passer un bon moment, rire, pleurer, m’ouvrir l’esprit, rêver, quitter mon quotidien, avoir peur, me sentir bien, ... ad lib… mais après, la vie (privée comme publique) des Stars zé acteurs, je m’en tamponne le croupion à un point qui dépasse l’entendement.
    Bref, j’allais rejoindre mes deux acolytes du soir, l’esprit vierge de toute référence, de toute critique, de toute image (même pas vu un teaser ou une bande annonce !!) du film projeté. Si…. Franck, qui m’avait dit ceci : « J’ai été déçu ! ». Bon...
    Nous voilà affalés dans notre fauteuil, on papote, on rigole, Laurence est sur triphasé… (ben... comme d'hab en fait ...), j'essaie tant bien que mal de me lover dans l'interstice laissé entre deux accoudoirs trop petit pour mon gabarit et de caser mes jambes qui dépassent toujours deci-delà.
    La lumière se tamise, l’écran s’éclaire, un silence relatif tombe sur la salle, le film démarre.


    . . .

    Presque deux heures plus tard les mots « The End » s’inscrivent en lettres de lumière sur l’écran.

    Quelques applaudissement timides tentent une percée rapidement découragée, la lumière se rallume, les premiers murmures, des spectateurs qui se lèvent, d’autres attendent la fin du générique. On a une patate d’enfer !!
    C'est vrai, j’avoue, j’ai trouvé les 20 premières minutes une tantinet longuettes (non, je ne me suis pas assoupi [même pas vrai], j’étais juste un peu fatigué d’abord…. ) mais tout rentre dans l’ordre par l'intercession d'une danse du ventre qui tombe à point nommé. Les ingrédients Tarantiniesques sont là et bien là, les personnages sont bien campés, quelques instants de violence extrême, et des moments de pur délire totalement jouissifs !

    Bien sûr, c’est un film à prendre au second degré, hommage appuyé aux productions de série B, avec des vraies-fausses erreurs de raccord, des vrais-faux défauts de pellicule, de vraies-fausses erreurs de colorimétrie…
    Si ça vous tente, alors surtout ne regardez pas les teasers : ils ne sont pas forcément représentatifs (faut bien vendre, et en la matière on sait le pouvoir du sensationnel, les majors ne sont pas des établissements de charité), et pour le coup vous risqueriez de passer à coté du film… quel dommage !
    En tous cas, moi, j'ai passé un super moment.

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !