• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 31 décembre 2007

    Résultats du Grand Concours Glukxonien... Tadam tatam !


    Oyez Oyez Braves Gens


    En ce jour de la Saint Sylvestre de l'An de Grâces 2007,

    s'est tenue par devant nous, le Haut Conseil des Sages

    (enfin, je veux dire DU sage : Moi....)

     Sages auxquels était dévolue la suprême mission de désigner LA contribution Glukxonnienne

    digne d'accèder au titre convoité dans toute la Galaxie

    de "Meilleure Suite GLukxonnienne".



    Bon, trève de blabla, voici les résultats :


    (Roulements de tambour.... Tadadam tam tadadadam dadadadam !)



    Etant donné la qualité hors norme de vos productions (ce qui n'est absolument pas étonnant : votre seule qualité de lecteurs de ce blog admirable fait de facto de chacun de vous des êtres non moins admirables), le Grand Jury a décidé d'attribuer à chacune des productions, un prix spécial. Oué, je sais, ce n'est pas exactement ce que j'avais annoncé ab initio, mais je suis chez moi et je fais ce que je veux ! Na !  Non mé....


    Sans plus attendre, et pour ne pas tourner plus longtemps autour du pot, je serai bref et n'irai pas par quatre chemins pour vous dire que j'irai droit au but.


    LES RESULTATS :


    Prix de la suite la plus Pingouinesque : Anne, alias a_lisadream




    D’aucuns pensent encore -cette rumeur circulant principalement parmi la communauté des mouchotrons hybrides qui vivent reclus au fin fond de la province de l’Arachna-  que Gaston, frustré d’être mal cuit, aurait voulu profiter - en un temps où nos deux protagonistes étaient encore amis - des bouffées de chaleur de Pouppy  pour parvenir au degré de cuisson adéquat prévu dans le Code intersidéral d’excellence et devenir ainsi la meilleure quiche que l’asténosphère eut jamais connu. C’eut été possible sans compter l’allergie aux œufs de Pouppy ! Ce dernier fût victime d’un urticaire tentaculaire géant et ne pardonna jamais le pauvre Gaston, ruinant ainsi tous les espoirs  de cette quiche.
    Un beau jour où les deux ennemis se disputaient une fois de plus pour une histoire de priorité à droite grillée par Pouppy, toujours pressé comme seuls le sont les poulpes ménopausés  lorsqu’ils ont oublié d’enfiler leurs moufles, un beau jour, disais-je, survint par la porte 585 de la faille spatio-temporelle qui traverse Glukxon 888 un palmipède de la famille des alcidés qui se jeta dans les bras de Gaston en criant : « Je suis ton père !». Ce pingouin était un éminent chercheur en astrophysique et leur expliqua comment, lorsqu’il y a fort longtemps, en voulant préparer le buffet du séminaire intersidéral qu’il organisait chaque année, il avait, dans un moment d’inattention, confondu le four et le dématérialiseur transgalactique au moment de faire cuire la quiche lorraine et le poulpe pour le dessert. Au lieu de cuire, Gaston et Pouppy que vous aurez dès lors reconnus, furent téléportés sur Glukxon 888. Ce périple ne fût pas sans incidence sur l’état de santé de Pouppy. Il  engendra un dérèglement de l’axe hypothalamo- hypophysaire que l’on sait responsable de bons nombre d’hypogonadismes. C’est ainsi que Pouppy fut ménopausé.  Après cet incident, le papa pingouin, qui s’ennuyait sur sa banquise, décida de partir à leur recherche.
    A cet instant, une météorite traversa la porte 585 qui n’était toujours pas refermée. Gaston, pour son plus grand bonheur, fut cuit sur le champ.
    Quand à Pouppy, il tomba amoureux du papa pingouin qu’il réussit à convaincre de s’installer avec lui. Ils ne se marièrent pas, ils n’eurent pas d’enfants mais adoptèrent un des lardons de Gaston.



     
    Prix de la suite la plus Girafesque : Mathieu, alias Méchant Chimiste.
     

    Quoi que les causes de la guerre entre le Poulpe ménaupausé et la Quiche lorraine mal cuite soient restées mal éclaircies à ce jour, un rapide travail de recherche dans les archives du Bureau Intergalactiques des Brevets Ineptes (le BIBI) aurait pu facilement renseigner toute personne curieuse du sujet. Mais tout le monde s'en fout.
    Penchons-nous dessus cependant, non pas trop, attention, vous aller vous faire éclabousser !
    On aurait trouvé dans la respectable base de données du Bureau Intergalactique des Brevets Ineptes, sous le numéro GXK20071031,  un brevet ayant pour objet l'invention d'un séchoir à girafes révolutionnaire, ne nécessitant pas de remuer les oreilles.
    J'en sens un ou deux sur le point de dégainer une question idiote. Aussi, je m'empresse de répondre avant qu'ils ne se déshonorent en la posant. A quoi sert un séchoir à girafe, et quel rôle joue-t-il dans cette histoire ?
    Vous n'êtes pas sans ignorer que comme le dit l'expression, lorsqu'on n'a rien à faire, on repeint la girafe. Aussi, vous pouvez vous imaginer ce qu'il était urgent de la repeindre sur Glukxon 888, où la surface est aussi chauve que le crâne d'un bonze tibétain dégarni.
    Y'avait pas de girafes non plus objecteront les esprits chagrins... Mais sous le rayonnement cosmique intense qui y règne, n'importe quelle bactérie peut muter d'un moment à l'autre en girafe ! Autant vous dire qu'un tel événement était guetté impatiemment par nos deux protagonistes, lesquels étaient en bon rapport de voisinage forcé en ces temps là.
    C'est que ça occupe de repeindre une girafe. Y'a de la surface (sauf sur les microgirafes, mais alors, c'est du travail de précision). Il faut bien faire attention de ne pas baver quand on fait les tâches marron sur le fond jaune, de trouver la couleur juste pour l'extrémité des petites cornes, ne pas oublier une des quatre pattes... (enfin, si c'est une girafe conventionnelle... il peut arriver qu'on trouve une girafe verte à tâches mauves, avec trois cornes sur les deux têtes et un certains nombre de noeuds le long du cou et des six pattes, bien commodes pour grimper dessus et économiser l'échafaudage de la girafe. Quoi ? Y'a pas de petite économie !)
    Je disais donc que ça occupe de repeindre une girafe, l'inconvénient étant que les girafes mutantes n'apparaissent pas aussi souvent que ça, qu'elles sont aussi susceptibles de muter en cours de travaux, et on se retrouve à peindre un orychtérope, un clone de Chantal Goya ou une sardine trisomique. On n'a pas l'air fin dans ces cas là...
    Mais le principal inconvénient est qu'il faut attendre que la peinture ait séché avant de passer la couche suivante. En effet, les girafes étant aussi rares qu'un propos sensé de G.W. Bush ou un regard de pitié chez le rat musqué, les deux habitants de gluxkon238 avaient coutume de les peindre et repeindre jusqu'à ce qu'elle mute en souris verte ou bien qu'il y ait tellement de couches dessus qu'on ne discerne plus la forme de la girafe dessous. Mais le temps nécessaire au séchage était suffisant pour que l'ennui au regard morne fonde sur les malheureux autochtones de cette planète déshéritée.
    D'où l'invention du séchoir à Girafe par le Poulpe ménopausé, qui lui permettait de réduire le temps de séchage à dix minutes, et cela sans agiter les oreilles. Car enfin, si vous avez déjà vu des oreilles sur un poulpe (surtout ménopausé), vous aviez dû fumer des choses illicites ou abuser de l'eau de vie d'éperlans.
    Là où les choses des gâtent c'est que le Poulpe dans un élan d'égoïsme qu'envieraient bien des courtiers en bourse, breveta son invention et voulut vendre ledit brevet pour fort cher, y compris à son seul et unique voisin.
    Voilà donc les origines improbables et oubliées de cette guerre qui ravage la désolation de Gluxlon 238 entre deux repas, car les belligérants sont civilisés tout de même.
    Vous dire qui gagnera et comment, je ne le saurais. Peut-être la dernière technologie Poissonière 2.0 de la Quiche lorraine mal cuite aura raison de la ténacité du Poulpe ménopausé. Ou bien le dénoyauteur à huître de son ennemi juré l'aura envoyé rejoindre ses ancêtres avec cette remarque judicieuse : « Tes carottes sont cuites ! ».
    Je laisse ce récit épique aux historiographes de l'insignifiance. Je ne suis pour ma part qu'archiviste de l'inintéressant.






    Prix de la suite la plus référencée : Karine, alias Les Baby's
     

    Mais je pense connaitre la raison de cette dispute...
    La soeur de pouppy le poulpe ménauposé n'est autre que wonder woman aux soit disant bracelets sidéraux...ces fameux bracelets en cardium wonder équipés d'ultra son biosphérique a condensateurs neutre ont par erreur bloqué l'espace temporel ...
    Gaston la quiche lorraine mal cuite de retour de vacances d'oxo , superbe citée sauvage occupée par les ancetres de bob l'éponge une espece de grosse tarte molle a gros trous ...rentre donc avec son vaisseau futuria 888819 inspiraton de la Renault 8 intergalactique.
    Forcément il est crevé... les vacances sur oxo ne sont pas de tout repos...
    Wonder woman fait la paresseuse chez son frangin le poulpe. Dans le jardin aux lianes mangeuses de fortifox, vautrée dans une coquille st jacques géante petit bijoux de la constellation compostelle offerte par un ami pour pouppy du temps ou celui ci n'était pas ménopausé... vous m'avez compris...
    c'est donc  a ce moment la que gaston la quiche a fait la plus grosse bourde qui n'est jamais existée depuis 28 milliards d'années....
    Il a confondu pouppy creature visqueuse et collante comme un papier tue mouche avec la superbe wonder woman reine de beauté...
    celle ci outrée, fachée, vexée, bouleversée en a déréglé ses bracelets sidéraux provoquant une fuite de lithium space bloquant l'espace temporel et privant Gaston la quiche lorraine mal cuite de tout espoirs de démouler un jour sa quiche....
    Depuis la guerre régne sur glukxon888.




    Prix de la suite la plus "improbable" : Bruno, alias lui même....
     

    La dernière rumeur -et la plus plausible- circulant de manière insistante dans les moules à gâteaux branchés Glukxoniens serait tout simplement que Gaston était à l’origine un magnifique canard en plastique géant, mauve, ayant des problèmes d’articulation.
     
    Pouppy, bricoleur à ses heures perdues, lui avait alors proposé de le métamorphoser en tête de clown triste montée sur ressort, qui change de couleur toutes les 42 minutes.
    Gaston tout excité lui aurait donné son accord devant une telle aubaine, et Pouppy lui promit que son changeur quantique à 4 roues motrices serait prêt la semaine suivante.
    Seulement Gaston ne s’était pas méfié que Pouppy, âgé de 35 jours à ce moment là, aurait 7 jours de plus la semaine suivante et serait bien entendu ménopausé ! Et chacun sait qu’un poulpe acquiert à sa ménopause un sens de l’humour hors du commun et dévastateur … C’est ainsi que lors de la touche finale sur son changeur quantique, Pouppy décida en accord avec lui même de faire une blague drôle et de changer Gaston en superbe quiche lorraine.
     
    La suite, vous la devinez aisément : un ver d’acide gluant qui avait bu un peu trop de lait décolla à 3000 pieds lors d’une épreuve de saut en hauteur, percuta de plein fouet le système de distribution électrique de Glukxon, plongeant la planète dans l’obscurité.
     
    C’est à cet instant précis que Gaston se réveilla, mal cuit, avec la ferme intention de réduire Pouppy en micro-poussière intergalactique, que même le meilleur méta-aspirateur ne saurait repérer.
     
    Seulement Gaston perdait ses lardons … et pendant ce temps, sur la planète Klakxon 888 du même système galactique, une autruche dépressive cherchait à revendre une vis sans fin.
     
    Coïncidence ?






    Enfin, prix de la suite la plus conceptuelle : Adam, avec l'aide de Martin, alias Kingluther
     
    NB : C'est la seule suite écrite directement en Glukxonien.... Je n'ai pas pris la peine de traduire en vernaculaire, vous le ferez aisément vous même.
     







    Voili Voilou !
    Merci à tous pour votre participation, vous m'avez bien fait marrer, et j'espère que vous vous marrerez aussi en lisant celles des autres. Pour commencer l'année, ce n'est pas si mal un bon fou-rire non ?
     
    Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter un bon réveillon digne de ce nom
    ainsi qu'une
    Très Bonne Année 2008
    pleine de rires, de bonheurs, d'amour, d'argent, de sexe et de rock'n roll. 


     

    3 commentaires:

    1. Saluttttt
      Bon ben ayé je suis de retour !!
      Tu fais quoi toi ce soir??
      moi c\'est reveillon avec des potes de cours de baby joli (mais de 1985 )je les connais pas.... wah terrible mon reveillon !! en plus j\'ai la gastroide et si ce soir a moi seule je provoquais la plus grande épidemie de gastroïde de tous les temps !!!!! heu peut etre pas pire que le jour d\'un concours a rungis avec un début de varicelle encore inconnue oui j\'ai eu la varicelle a 33 ans oui oui la varicelle!!!!!
      a trés bientôt oups a l\'année prochaine!!!
      des bises
      Passe une bonne soirée
      Karine

      RépondreSupprimer
    2. Bon, c\'est pas tout ça, mais qu\'est-ce qu\'on a gagné comme cadeau?
      Au fait, j\'oubliais BONNE ANNEE!!!!!!

      RépondreSupprimer
    3. Félicitations à tous les auteurs!
      Un franc moment de lecture "42-improbable"!
      (Martin, pour la traduction, j\'ai pas réussi à retrouvé le décodeur, soit vous l\'avez embarqué à la Réunion, soit un super héros l\'a volé...va savoir....:))

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !