31 décembre 2007

Résultats du Grand Concours Glukxonien... Tadam tatam !

3 commentaires

Oyez Oyez Braves Gens


En ce jour de la Saint Sylvestre de l'An de Grâces 2007,

s'est tenue par devant nous, le Haut Conseil des Sages

(enfin, je veux dire DU sage : Moi....)

 Sages auxquels était dévolue la suprême mission de désigner LA contribution Glukxonnienne

digne d'accèder au titre convoité dans toute la Galaxie

de "Meilleure Suite GLukxonnienne".



Bon, trève de blabla, voici les résultats :


(Roulements de tambour.... Tadadam tam tadadadam dadadadam !)



Etant donné la qualité hors norme de vos productions (ce qui n'est absolument pas étonnant : votre seule qualité de lecteurs de ce blog admirable fait de facto de chacun de vous des êtres non moins admirables), le Grand Jury a décidé d'attribuer à chacune des productions, un prix spécial. Oué, je sais, ce n'est pas exactement ce que j'avais annoncé ab initio, mais je suis chez moi et je fais ce que je veux ! Na !  Non mé....


Sans plus attendre, et pour ne pas tourner plus longtemps autour du pot, je serai bref et n'irai pas par quatre chemins pour vous dire que j'irai droit au but.


LES RESULTATS :


Prix de la suite la plus Pingouinesque : Anne, alias a_lisadream




D’aucuns pensent encore -cette rumeur circulant principalement parmi la communauté des mouchotrons hybrides qui vivent reclus au fin fond de la province de l’Arachna-  que Gaston, frustré d’être mal cuit, aurait voulu profiter - en un temps où nos deux protagonistes étaient encore amis - des bouffées de chaleur de Pouppy  pour parvenir au degré de cuisson adéquat prévu dans le Code intersidéral d’excellence et devenir ainsi la meilleure quiche que l’asténosphère eut jamais connu. C’eut été possible sans compter l’allergie aux œufs de Pouppy ! Ce dernier fût victime d’un urticaire tentaculaire géant et ne pardonna jamais le pauvre Gaston, ruinant ainsi tous les espoirs  de cette quiche.
Un beau jour où les deux ennemis se disputaient une fois de plus pour une histoire de priorité à droite grillée par Pouppy, toujours pressé comme seuls le sont les poulpes ménopausés  lorsqu’ils ont oublié d’enfiler leurs moufles, un beau jour, disais-je, survint par la porte 585 de la faille spatio-temporelle qui traverse Glukxon 888 un palmipède de la famille des alcidés qui se jeta dans les bras de Gaston en criant : « Je suis ton père !». Ce pingouin était un éminent chercheur en astrophysique et leur expliqua comment, lorsqu’il y a fort longtemps, en voulant préparer le buffet du séminaire intersidéral qu’il organisait chaque année, il avait, dans un moment d’inattention, confondu le four et le dématérialiseur transgalactique au moment de faire cuire la quiche lorraine et le poulpe pour le dessert. Au lieu de cuire, Gaston et Pouppy que vous aurez dès lors reconnus, furent téléportés sur Glukxon 888. Ce périple ne fût pas sans incidence sur l’état de santé de Pouppy. Il  engendra un dérèglement de l’axe hypothalamo- hypophysaire que l’on sait responsable de bons nombre d’hypogonadismes. C’est ainsi que Pouppy fut ménopausé.  Après cet incident, le papa pingouin, qui s’ennuyait sur sa banquise, décida de partir à leur recherche.
A cet instant, une météorite traversa la porte 585 qui n’était toujours pas refermée. Gaston, pour son plus grand bonheur, fut cuit sur le champ.
Quand à Pouppy, il tomba amoureux du papa pingouin qu’il réussit à convaincre de s’installer avec lui. Ils ne se marièrent pas, ils n’eurent pas d’enfants mais adoptèrent un des lardons de Gaston.



 
Prix de la suite la plus Girafesque : Mathieu, alias Méchant Chimiste.
 

Quoi que les causes de la guerre entre le Poulpe ménaupausé et la Quiche lorraine mal cuite soient restées mal éclaircies à ce jour, un rapide travail de recherche dans les archives du Bureau Intergalactiques des Brevets Ineptes (le BIBI) aurait pu facilement renseigner toute personne curieuse du sujet. Mais tout le monde s'en fout.
Penchons-nous dessus cependant, non pas trop, attention, vous aller vous faire éclabousser !
On aurait trouvé dans la respectable base de données du Bureau Intergalactique des Brevets Ineptes, sous le numéro GXK20071031,  un brevet ayant pour objet l'invention d'un séchoir à girafes révolutionnaire, ne nécessitant pas de remuer les oreilles.
J'en sens un ou deux sur le point de dégainer une question idiote. Aussi, je m'empresse de répondre avant qu'ils ne se déshonorent en la posant. A quoi sert un séchoir à girafe, et quel rôle joue-t-il dans cette histoire ?
Vous n'êtes pas sans ignorer que comme le dit l'expression, lorsqu'on n'a rien à faire, on repeint la girafe. Aussi, vous pouvez vous imaginer ce qu'il était urgent de la repeindre sur Glukxon 888, où la surface est aussi chauve que le crâne d'un bonze tibétain dégarni.
Y'avait pas de girafes non plus objecteront les esprits chagrins... Mais sous le rayonnement cosmique intense qui y règne, n'importe quelle bactérie peut muter d'un moment à l'autre en girafe ! Autant vous dire qu'un tel événement était guetté impatiemment par nos deux protagonistes, lesquels étaient en bon rapport de voisinage forcé en ces temps là.
C'est que ça occupe de repeindre une girafe. Y'a de la surface (sauf sur les microgirafes, mais alors, c'est du travail de précision). Il faut bien faire attention de ne pas baver quand on fait les tâches marron sur le fond jaune, de trouver la couleur juste pour l'extrémité des petites cornes, ne pas oublier une des quatre pattes... (enfin, si c'est une girafe conventionnelle... il peut arriver qu'on trouve une girafe verte à tâches mauves, avec trois cornes sur les deux têtes et un certains nombre de noeuds le long du cou et des six pattes, bien commodes pour grimper dessus et économiser l'échafaudage de la girafe. Quoi ? Y'a pas de petite économie !)
Je disais donc que ça occupe de repeindre une girafe, l'inconvénient étant que les girafes mutantes n'apparaissent pas aussi souvent que ça, qu'elles sont aussi susceptibles de muter en cours de travaux, et on se retrouve à peindre un orychtérope, un clone de Chantal Goya ou une sardine trisomique. On n'a pas l'air fin dans ces cas là...
Mais le principal inconvénient est qu'il faut attendre que la peinture ait séché avant de passer la couche suivante. En effet, les girafes étant aussi rares qu'un propos sensé de G.W. Bush ou un regard de pitié chez le rat musqué, les deux habitants de gluxkon238 avaient coutume de les peindre et repeindre jusqu'à ce qu'elle mute en souris verte ou bien qu'il y ait tellement de couches dessus qu'on ne discerne plus la forme de la girafe dessous. Mais le temps nécessaire au séchage était suffisant pour que l'ennui au regard morne fonde sur les malheureux autochtones de cette planète déshéritée.
D'où l'invention du séchoir à Girafe par le Poulpe ménopausé, qui lui permettait de réduire le temps de séchage à dix minutes, et cela sans agiter les oreilles. Car enfin, si vous avez déjà vu des oreilles sur un poulpe (surtout ménopausé), vous aviez dû fumer des choses illicites ou abuser de l'eau de vie d'éperlans.
Là où les choses des gâtent c'est que le Poulpe dans un élan d'égoïsme qu'envieraient bien des courtiers en bourse, breveta son invention et voulut vendre ledit brevet pour fort cher, y compris à son seul et unique voisin.
Voilà donc les origines improbables et oubliées de cette guerre qui ravage la désolation de Gluxlon 238 entre deux repas, car les belligérants sont civilisés tout de même.
Vous dire qui gagnera et comment, je ne le saurais. Peut-être la dernière technologie Poissonière 2.0 de la Quiche lorraine mal cuite aura raison de la ténacité du Poulpe ménopausé. Ou bien le dénoyauteur à huître de son ennemi juré l'aura envoyé rejoindre ses ancêtres avec cette remarque judicieuse : « Tes carottes sont cuites ! ».
Je laisse ce récit épique aux historiographes de l'insignifiance. Je ne suis pour ma part qu'archiviste de l'inintéressant.






Prix de la suite la plus référencée : Karine, alias Les Baby's
 

Mais je pense connaitre la raison de cette dispute...
La soeur de pouppy le poulpe ménauposé n'est autre que wonder woman aux soit disant bracelets sidéraux...ces fameux bracelets en cardium wonder équipés d'ultra son biosphérique a condensateurs neutre ont par erreur bloqué l'espace temporel ...
Gaston la quiche lorraine mal cuite de retour de vacances d'oxo , superbe citée sauvage occupée par les ancetres de bob l'éponge une espece de grosse tarte molle a gros trous ...rentre donc avec son vaisseau futuria 888819 inspiraton de la Renault 8 intergalactique.
Forcément il est crevé... les vacances sur oxo ne sont pas de tout repos...
Wonder woman fait la paresseuse chez son frangin le poulpe. Dans le jardin aux lianes mangeuses de fortifox, vautrée dans une coquille st jacques géante petit bijoux de la constellation compostelle offerte par un ami pour pouppy du temps ou celui ci n'était pas ménopausé... vous m'avez compris...
c'est donc  a ce moment la que gaston la quiche a fait la plus grosse bourde qui n'est jamais existée depuis 28 milliards d'années....
Il a confondu pouppy creature visqueuse et collante comme un papier tue mouche avec la superbe wonder woman reine de beauté...
celle ci outrée, fachée, vexée, bouleversée en a déréglé ses bracelets sidéraux provoquant une fuite de lithium space bloquant l'espace temporel et privant Gaston la quiche lorraine mal cuite de tout espoirs de démouler un jour sa quiche....
Depuis la guerre régne sur glukxon888.




Prix de la suite la plus "improbable" : Bruno, alias lui même....
 

La dernière rumeur -et la plus plausible- circulant de manière insistante dans les moules à gâteaux branchés Glukxoniens serait tout simplement que Gaston était à l’origine un magnifique canard en plastique géant, mauve, ayant des problèmes d’articulation.
 
Pouppy, bricoleur à ses heures perdues, lui avait alors proposé de le métamorphoser en tête de clown triste montée sur ressort, qui change de couleur toutes les 42 minutes.
Gaston tout excité lui aurait donné son accord devant une telle aubaine, et Pouppy lui promit que son changeur quantique à 4 roues motrices serait prêt la semaine suivante.
Seulement Gaston ne s’était pas méfié que Pouppy, âgé de 35 jours à ce moment là, aurait 7 jours de plus la semaine suivante et serait bien entendu ménopausé ! Et chacun sait qu’un poulpe acquiert à sa ménopause un sens de l’humour hors du commun et dévastateur … C’est ainsi que lors de la touche finale sur son changeur quantique, Pouppy décida en accord avec lui même de faire une blague drôle et de changer Gaston en superbe quiche lorraine.
 
La suite, vous la devinez aisément : un ver d’acide gluant qui avait bu un peu trop de lait décolla à 3000 pieds lors d’une épreuve de saut en hauteur, percuta de plein fouet le système de distribution électrique de Glukxon, plongeant la planète dans l’obscurité.
 
C’est à cet instant précis que Gaston se réveilla, mal cuit, avec la ferme intention de réduire Pouppy en micro-poussière intergalactique, que même le meilleur méta-aspirateur ne saurait repérer.
 
Seulement Gaston perdait ses lardons … et pendant ce temps, sur la planète Klakxon 888 du même système galactique, une autruche dépressive cherchait à revendre une vis sans fin.
 
Coïncidence ?






Enfin, prix de la suite la plus conceptuelle : Adam, avec l'aide de Martin, alias Kingluther
 
NB : C'est la seule suite écrite directement en Glukxonien.... Je n'ai pas pris la peine de traduire en vernaculaire, vous le ferez aisément vous même.
 







Voili Voilou !
Merci à tous pour votre participation, vous m'avez bien fait marrer, et j'espère que vous vous marrerez aussi en lisant celles des autres. Pour commencer l'année, ce n'est pas si mal un bon fou-rire non ?
 
Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter un bon réveillon digne de ce nom
ainsi qu'une
Très Bonne Année 2008
pleine de rires, de bonheurs, d'amour, d'argent, de sexe et de rock'n roll. 


 

29 décembre 2007

Pire Nawouel

0 commentaire

On a retrouvé le Père Nawouel....  !!

Eloignez les enfants.

Une image terrible.


 

28 décembre 2007

Lendemain de fêtes

3 commentaires


Houaaaaaaaaaaaaaaaaa..... Quel pied de se lever à midi dix sans culpabiliser le moins du monde !


Vraiment les vacances, ça a du bon. Profiter, glander, trainer, mater la TV, recevoir...


Hier soir, je recevais quelques amis d'enfance, dont certains nous connaissons depuis nos 3 ans.... ouille ouille ouille ouille.... ça nous rajeunit pas tout ça ! Hélène, Philippe, Caroline, Sarah, Jérôme et moi. Nous nous étions revus l'été dernier lors d'un repas d'anciens élèves de notre école primaire et Jérôme avait lance l'idée d'organiser un repas pendant les fêtes. C'était hier soir chez moi.

Rendez-vous avec Jérôme chez moi à midi pour un rapide repas et un brain-storming préalable, une rapide liste de courses que j'oublierai consciencieusement sur la table de la cuisine, et nous voici à Carrouf'. Notre mission : ramener des vivres pour un apéro crudités, de quoi faire des feuilletés au fromage et aux knaks, et de quoi élaborer un savoureux tajine de poulet aux citrons confits.

Il est seize heures lorsque nous nous mettons aux fourneaux. Jérôme épluche, coupe, cisaille, je cuits, saisis, grille et mets à mijoter.

18h31, nous sommes fin prêts ! La table est dressée, les apéros dans les coupelles, les verres brillent sur la table.

Petit piment de la soirée : chacun devait apporter un petit cadeau nul à 2€... pour ma part j'avais débusqué un splendide dynosaure en caoutchouc orange qui fait "coin coin", et Jérôme une magnifique raclette à givre en plastique vert fluo. Les autres n'avaient pas chaumé non plus : j'ai hérité d'un magnifique porte savon en plastique rose du meilleur goût.

Nos invités arrivent sur le coup de 19h30. Retrouvailles, bonne humeur, jovialité, fous rires, on se raconte nos vies, ce qu'on est devenus, nos parcours assez différents les uns des autres... on refait le monde.

L'heure tourne, on ne voit pas le temps passer... il est déjà 2h du matin... On s'embrasse, on se quitte, du baume au coeur et le coeur léger.

La vaisselle est remisée dans le lave-vaisselle qui travaillera à ma place et voilà, couché à.... heu... ben, environ 4h du matin (le dernier café m'a joué un vilain tour), et levé à midi et des poussières. Houlaaaaaaaa, que ça fait du bieeeeen !


Cet après midi, ben faut vraiment que j'aille me faire couper les tiffs. C'est plus des cheveux, mais une jungle ! Ca dépasse de tous les cotés, un vrai scandale. Le coiffeur va avoir de sacrées ampoules, foi de Tambour Major !

Puis après, un ptit peu de sport histoire d'évaporer les calories superflues ingurgitées ces derniers temps... ahem. Bon, puis en même temps ce sont les fêtes, faut pas non plus cracher dans la soupe et se priver drastiquement : la frustration est une vielle conne inutile qui mérite de croupir dans une marre de purin nauséabond.


Ensuite, ben ensuite la fête continue dès lundi soir !

26 décembre 2007

Time Over

0 commentaire
 

Ca y est, c'est terminé !

 

Hein ? de quoi parle-t-il ?

- la fin de l'année ? certes...

- la fin des haricots ? Non, elle aura lieu dans 76538 jours et 4 minutes après ma belle soeur

- la fin du monde ? Non, elle a déjà eu lieu 23109 fois, en théorie du moins.

 

Mais la fin de quoi alors ?

 

La fin du délai imparti pour participer au Grand Concours Glukxonnien voyons !

 

J'ai reçu quelques contributions (un peu moins que ce que j'escomptais... chuis un peu déçu pour le coup...) mais j'ai bien ri !

Tout cela est désormais mis en délibéré avec moi même et je vous livrerai le résultat de mes cogitations effreinées le 31 décembre prochain.

Cela dit, si je recevais encore d'ici quelques bafouilles bien senties, je ne cracherai pas dessus et leur tardiveté ne se verra pas opposer une forclusion rédhibitoire.

 

D'ici là, je vous souhaite de bonnes fêtes et de bonnes vacances pour ceux qui en ont.........  Mwahahahahahahaha

23 décembre 2007

Joyeux Nawouel !

1 commentaire

 

Ca y est, depuis maintenant un jour, je suis enfin en vacances... Je vais pouvoir profiter de nawouel en famille débarassé de toute charge de travail inutile.

Hier j'ai terminé ma session cadeaux tranquillement, j'ai trouvé exactement ce que je voulais et n'ai pas eu à affrontrer une horde sauvage de consommateurs en furie se bousculant aux caisses comme des moutons à la sortie de la bergerie.

Hier soir furent également inaugurées les premières hostilités festives autour d'un plat de pates façon risotto et d'une sortie jusqu'au bout de le nuite en compagnie de 3 comparses en manque de décibels.

Couché à 6h30 du matin après une bonne douche et un champoignage intensif, et hop ! Me voici frais comme un gardon.

 

Cet après midi ça va être tout aussi tranquilou : Opéra  à 15h (je vais voir la Belle Hélène de J. Offenbach) puis, peut être "tea time" avec Emma et Fred, et retour aux sources dans mon chez moi de chez mes parents pour quelques jours, histoire de ne pas manquer le passage du père nawouel, parce que ici chez moi à Toulouse, je n'ai pas de cheminée. Je pourrais laisser la terrasse ouverte, mais je ne sais pas si ça marche aussi bien. Je ne préfère prendre aucun risque... Il y a des choses avec lesquelles il ne faut pas rigoler !

 

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter à tous un Joyeux Nawouel, en famille  ou entre amis, selon les possibilités de chacuns, en espérant que vous avez tous été bien sages et que vous aurez plein de cadeaux !

 



 

 

 

JOYEUX NAWOUEL A TOUS !


 

21 décembre 2007

The Final Count Down...

2 commentaires
 

Dans quelques heures....

 

Je serai enfin

 

en

 

VACANCES !

 

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii  !

Ce matin, 3h de permanence à la bibliothèque de droit privé, à midi déjeûné avec mes étudiants, puis de 14h à 15h30 cours d'analyse de l'actualité. Et après hop: céfini ! Demain : dormage intensif. Après, on verra, mais j'ai déjà beaucoup de choses en prévisions.

 

Je vous rappelle également le FABULEUX CONCOURS GLUKXONNIEN que même l'Académie Française elle nous l'envie. J'ai reçu hier une nouvelle contribution, et attends toujours celle de Kingluther, Jippé, et de tous ceux qui voudront bien perdre quelques minutes. Encore 4 jours avant la cloture des participations... De magnifiques prix à gagner. La meilleure sera publiée !

19 décembre 2007

Journée cadeaux...

1 commentaire
 

Tam-tam tamtam-tam tam - tamtam tam - tam-tamtam tam.... (générique de mission impossible)

 


Bonjour Tambour Major

Ici le Père Nawouel,

Nous avons appris de nos agents infiltrés que certains membres de votre entourage - vos parents en l'occurence - ont besoin de renouveler leur machine expresso.

Il est avéré de source sûre que ces individus procèdent régulièrement dans leur cuisine (converti pour l'occasion en laboratoire clandestin) à des dégustations de nectar cafeïnique lors d'un rituel étrange. Tout le monde s'assied autour de la table, et remue frénétiquement un petit bout de métal dans une tasse, sans piper mot.

Depuis quelques temps, il semblerait que la machine expresso soit défectueuse.

Votre mission si vous l'acceptez : vous rendre en ville, et ramener un nouvel expresso.

Vous agirez avec prudence et discrétion.

Si jamais vous tombiez entre les mains de l'Ennemi, nous nierons avoir eu connaissance de vos agissements.

Bonne chance !

14 décembre 2007

Bordeaux m'a tuer..........

3 commentaires
 

Je suis vivant !!

Si ...

 

Je sais que certains d'entre vous se sont émus de mon sort et m'ont envoyé des semis-remorques de chrysantèmes en prévision d'obsèques prochaines - je tiens en les en remercier  - et attendaient avec une impatience à peine contenue le billet de ce jour qui attesterait de ce que ne suis pas tout à fait moribond. J'espère que la lecture de ces lignes fera aussitôt cesser les cascades de larmes qui ruissèlent sur leurs jours creusées de sillons d'inquiétude toute naturelle et ravivera en eux la flamme de l'espérance en des jours meilleurs où ils toucheront enfin du doigt celui qui, des dix siens, transforme - Ô miracle - leur morne quotidien en une oeuvre d'art absolue.

 

Pour les retardataires qui n'auraient pas lu mon billet d'hier, je devais ce jour me rendre à Bordeaux en compagnie de 3 autres personnes de l'ICT pour une opération de prosélitisme estudiantin en prévision de la rentrée prochaine lors du salon Studyrama.

Hier soir, couchage finalement tardif quoique normal pour moi, soit 1heure du matin. Nuit calme mais courte puisque mon grand ami le radio-réveil m'a violemment extripé des bras de Morphée, dans l'étreinte desquels qui je me trouvais pourtant si bien, sur le coup de 4H50, soit exactement 3heures et 50 minutes plus tard. Effectivement, c'est peu.

Une douche bien chaude et j'attaque un solide petit déjeûné composé d'1/2 litre de lait agrémenté d'une dose de protéines, 1 tranche de pain de mie complet agrémentée d'un reste de confiture de fraise, puis 3 autres pour accompagner 4 carrés de chocolat noir, une banane pour pousser, le tout arrosé par une tasse de café. J'enfile mon costume, m'emmitouffle dans mon parka et mon écharpe, puis m'apprête à affronter le froid polaire qui baigne la ville rose en cette nuit de presqu'hiver. Bonne nouvelle : toulouse à 5H30 du matin, ça roule plutôt bien !! J'arrive à l'ICT, gare mon vélo et hop nous grimpons dans une grosse voiture. Notre destination : Bordeaux. Plus précisémment "Hangar 14".... Quand j'ai lu ce nom sur le plan, je me suis dit tiens, c'est zarb comme nom ça... Ca existe vraiment cet endroit ? On dirait un dépôt industriel...Ou alors le nom d'un club SM, ou un endroit de perdition Gay... Et pourtant, situé sur les bords de Garonne, le Hangar 14 est effectivement un... hangar ! Entièrement rénové, façon garage en béton armé glauque à souhait, le 1er étage était aménagé pour accueillir le salon Studyrama. Simple mais efficace. Il est 9h du matin et nous installons notre stand. Une affiche par ici, un panneau par là, des dépliants, de la doc, de la pub... Parés pour la bataille !

On nous annonce qu'un petit dèj nous attend dans l'espace exposants. Oui, ce sera bienvenu... depuis 5h du matin, mine de rien, ben ça creuse tout ce trajet ! Face à nous, des montagnes de mini-viennoiseries, arosées à volonté de thé, café, jus de fruit. Bien foutu ce salon !

10h : le forum ouvre ses portes. Les premiers étudiants arrivent, passent, re-passent, nous posent des questions sur nos diplômes, les études, tout ça tout ça..., repartent avec de la doc et le sourire... Notre argumentaire est bien rodé et la présence à mes cotés de 2 sympatiques étudiants de la FLD fait mouche : témoignage précieu que celui de ceux qui vivent déjà l'aventure. Alors, viendront s'inscrire ? Viendront pas ? Suspens....

Il est 11h30, petite pause café. Ce sera la première d'une longue série... La fatigue étant d'heure en heure plus lourde.

13h... si on allait à l'espace exposants voir ce qui s'y trame ? La curiosité est un joli défaut : c'est l'heure du champagne, des petits fours et des petits gateaux... Luxe ! On se fait pas prier, on se sert, on bois (avec modération : on est en représentation tout de même !), un ptit canapé par ici, une tartelette par là... C'est très bon mais ça nourrit pas son exposant. Nous descendons à l'espace restauration et me contente d'un sandwich au paté agrémenté d'un coca, et zou, de retour au stand. L'après midi ne verra pas beaucoup plus d'étudiants que la matinée. Enfin, nous sommes quand même des privilégiés eu égard au désintérêt total que suscite le stand situé à notre voisinage : BTS lunettier... si si, j'vous jure que ça existe ! 15H30 : 2416° café de la journée. Dans nos veines coule de la caféine pure. Et ce n'est pas de trop ; la brieveté de ma nuit commence cruellement se venger sur mon état général.

17h déjà... le salon ferme dans 1heure. Nous n'aurons pas le courage d'attendre jusque là : à 17h45 le stand est plié, en attendant la relève demain.

Nous regagnons la voiture, mettons le chauffage à fond, et nous engouffrons dans les effroyables embouteillages bordelais. Le retour me paraîtra interminable... je suis crevé... j'ai les yeux qui vont sortir de leur orbite. Je sombre quelques instant dans un demi-sommeil et Morphée m'emporte vers des horizons lointains...

J'ouvre un oeil : "Toulouse 182" annonce un panneau... On n'est pas encore arrivés ? Pffffff... j'en ai raz-le-bol... je veux rentrer chez moi !

Kilomètre après kilomètre, nous voici enfin devant la porte cochère de l'ICT. On me dépose, je récupère mes affaires, salue mes coreligionnaires de la main et vais récupérer mon vélo qui m'attend sagement.

Le froid est terrible, j'ai les mains congelées... Je crois bien avoir vu des pingoins danser sur la Garonne... Qu'on est bien chez soi !

 

Assailli par un épuisement total, je trouve le réconfort dans une soupe aux nouilles chinoises brûlante et hyper épicées (c'est dire mon désarroi !). Repas très déséquilibré : saucisse sèche, paté maison, poisson, 3 nems, un reste de pois-chiches mijotés, une Asahi rafraîchie à a va-vite par quelques glaçons (comble du sacrilège, mais je n'ai même pas honte).

 

Une bonne nuit de sommeil et il n'y parraîtra plus. Normalement !

Demain aussi c'est journée marathon !

Allez, dans une semaine pile-poil, je serai enfin en vacances.... On s'motive on s'motive !

 

13 décembre 2007

Demain...

6 commentaires
 

Demain va être une des journées les plus rudes qui me seront données de connaître avant de méritoires vacances de nawouel.

Demain, je dois me rendre à Bordeaux pour le forum Studyrama, salon de l'étudiant, afin d'y présenter les activités d'enseignement du magnifique établissement que j'ai l'honneur de cotoyer depuis maintenant 4 mois sans interruption. En compagnie de quelques étudiants et de personnel, nous allons braver la foule et éclairer la populasse sur LA vérité universelle, répandre la Bonne Nouvelle qui pourfendra un obscurantisme aussi commun que navrant : il y a une vie après le Bac... Et cette vie peut notament prendre greffe à l'ICT.... Ouééééééééééééé ! (tous en choeur....).

Quoi de dramatique à celà ?

Hormis que ce sera à n'en point douter une journée éprouvante parce qu'obligé de rabacher 8.735.031 fois la même chose au milieu du bruit (et peut être de la fureur ?), il faudra pour celà, je vous le rappelle, que je me rende à Bordeaux.

Bordeaux, charmante bourgade dont on doit l'origine à la tribue gauloise des Bituriges-Vivisques qui décida, au 3ème siècle avant J.-C., de fonder la cité de Burdigala au confluent du Peugue et de la Devèze. La ville a construit sa richesse sur cet emplacement privilégié, tirant du sol et du climat les meilleurs vins du monde et bâtissant autour de son fleuve le premier port de France (1750) et l'un des plus grands centres européens de négoce et d'échanges. Bien des siècles plus tard, en une époque où chacun recherche une nouvelle douceur de vivre, cette situation sur la façade atlantique du sud-ouest français reste l'un des meilleurs atouts de la ville.

 

Mais de quoi se plaint-il à la fin ?? C'est énervant !

 

Laissez moi y venir...

Nous devons être à Bordeaux à 8h30.... or, le trajet en voiture prend environ 2h30.... si vous faites le calcul avec moi, il faut donc mettre les voiles à 6H du matin...

Or, s'il faut partir à 6h du matin, cela signifie correlativement qu'il faut se lever une bonne heure plus tôt, soit aux alentours de 5H, voire un petit peu plus tôt. Bon, oué OK faut se lever tôt ET ALORS ?

Ben, tout serait simple si en ce moment, mon heure de sommeil-attitude ne se situait pas aux environs de... 1H du matin...!

Vous comprenez maintenant ?

 

Ou alors faire nuit blanche... Mais je crains que ce ne soit pire que tout....

 

Samedi c'est décidé : je fais l'ours. Le premier qui me réveille, je l'étrippe avec les dents façon corned-beef.

 

Vous savez quoi ? Je deteste les réveils !

11 décembre 2007

Compte à rebours...

3 commentaires
 

Nous sommes mardi 11 décembre...

 

Dans 3 jours je vais à Bordeaux pour un salon étudiant

Dans 5 jours aura lieu la Murder sur les Super-Heros

Dans 11 jours je serai en vacances

Dans 12 jours je vais voir la Belle Hélène à l'Opéra

Dans 14 jours c'est Noël

Dans 20 jours c'est la St Sylvestre (et le 1er janvier la St Titi ??)

 

Et pendant ce temps, ben... je prends mon mal en patience.

 

Envie de pas envie

Envie de dormir

Envie de chaleur

Envie de réconfort

Envie chocolat chaud

Envie de couvertures

Envie de feu dans la cheminée

Envie d'amitié

Envie de calins aussi

Envie prendre mon temps

Envie de ceux qui sont loin

Envie de... me sentir vivant.

7 décembre 2007

Hé ben.... *mode raz-le-bol ON*

1 commentaire
 

Vous allez dire que je me répète, mais j'en ai raz-le-bol....

JE VEUX DES VACANCES !

 

là toussuite !!!

 

A part 3 jours pour le 11 novembre, j'ai pas eu une seule vraie semaine de repos depuis... fin août ! Si ma pauv' dame, vous vous rendez u peu compte ? FIN AOÛT !? Non mais où ça s'est vu ça ? Hein ? je vous le demande moi ...

Il reste encore 2 longues semaines avant que n'arrivent les congés de nawouel et là croyez moi ça va faire TRES mal : dormir, dormir, glander, dormir, re-glander, faire outrancièrement la fête, re-re-glander, voir des amis aussi, re-re-dormir... dans les grandes lignes. J'vais pas me priver.

En plus nawouel approche et je n'ai pas encore commencé mes cadeaux ; j'ai largement le temps c'est vrai, mais quand même, il y a encore quelques personnes pour lesquelles je n'ai encore aucune idée bien définie. Un ptit tour dans les magasins en ville saura vite me décider je pense.

 

N'oubliez pas le Grand Concours Glukxonnien qui se clôture dans 2 semaines. JP : j'attends la bafouille que tu m'as promise ! Anouck ? T'as pas changé d'avis ? Et les autres ? Allez allez, on se bouge !

 

 


Je sais, ça n'a aucun rapport mais ça m'a bien fait marrer...



Et pour finir en apothéose, un article vu dans France Soir daté de ce jour :

Ecologie - Le pet de kangourou pollue moins que celui de bovin


Alain Vincenot, le vendredi 7 décembre 2007 à 05:00


Des chercheurs australiens ont découvert qu’une bactérie évitait aux kangourous d’émettre du méthane dans leurs flatulences. Ils vont essayer de la transplanter chez les bovins. Un espoir pour la couche d’ozone.


Coup de tonnerre, le 29 novembre dernier : dans un rapport consacré à l’impact écologique de l’élevage, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) désignait celui-ci comme « un des premiers responsables des problèmes d’environnement ». A l’origine de cette accusation : le pet de bovin et d’ovin. Car, c’est bien connu, dans leurs pâturages, vaches et moutons ne se contentent pas de regarder passer les trains. Ils se laissent aller à des flatulences particulièrement agressives pour la couche d’ozone. Et, malgré leur quiétude apparente, constituent un véritable danger pour la planète. Par jour, une vache envoie ainsi dans l’atmosphère environ 50 litres de méthane, et l’ensemble du bétail broutant sur notre bonne terre en produit annuellement 74 millions de tonnes. Or ces rejets ne cessent d’augmenter avec la croissance démographique qu’accompagnent de plus grands besoins alimentaires. En un siècle, ces nuages néfastes ont été multipliés par 4,5. Au point que dans son rapport la FAO soulignait qu’en équivalent CO2 la part de l’élevage dans le réchauffement climatique est plus élevée que celle du secteur des transports.


Sur plusieurs années


D’où l’importance de la démarche entreprise par des scientifiques australiens. Après avoir constaté que, à l’inverse des vaches et des moutons, les flatulences de kangourou ne contenaient pas de méthane, ils ont identifié dans leur estomac la bactérie expliquant cette particularité. Et de tenter maintenant de l’isoler avant de la transplanter chez des moutons et des bovins, afin de les rendre moins polluants. Des travaux qui devraient prendre plusieurs années. Athol Klieve, un des chercheurs du programme mis en place par le gouvernement de l’Etat du Queensland, au nord-est de l’Australie, rappelle que dans son pays « 14 % des émissions de toutes origines proviennent des entrailles des bovins et des ovins ». Et de préciser que dans certains pays d’élevage, comme la Nouvelle-Zélande, le niveau atteint 50 %.


Le progrès est en marche !


3 décembre 2007

Blague du lundi

3 commentaires

 

Fraîche du jour, elle m'a bien fait marrer.

 

Un homme d´affaires doit se rendre à l´étranger pour quelques jours; il  convoque le bon Saïd, son fidèle domestique, et lui explique la situation :

- « Tu vois, je dois aller à l´étranger quelques jours ; fais bien  attention à ce que tout se passe bien ici, et pour n´importe quel   problème, appelle-moi.  

-  Oui monsieur, toi pas faire de soucis ».

Après quelques jours, l´homme d´affaires, n´ayant pas de nouvelles,
  
appelle Saïd :

- « Ciao, Saïd, comment ça va?

- Tout très mal !

- Pourquoi ? Qu´est-ce qui s´est passé ?

- Manche de la pelle cassé...

- Mais Saïd, sacrebleu, tu m´as presque flanqué un infarctus !Tu me dis que ça va mal, et ce n´est que le manche de la pelle qui est cassé !? »

Mais, pris de remords, il pense que Saïd pourrait se froisser, et il  cherche alors à adoucir le ton :

- « Comment c´est arrivé ?  

-  Oh rien, j´enterrais le chien  

-  Quoi ?! mon chien, que j´aime comme un fils ?! Mais comment cela est-il   arrivé ?  

-  Tombé dans piscine !  

- Mais Saïd, c´est un Terre-neuve, un chien qui nage !! comment  a-t-il pu se noyer dans la piscine?

-  Pas d´eau dans piscine, et lui tombé, mort.

-  Mais comment ça, il n´y avait pas d´eau dans la piscine ?! Mais puisque la semaine dernière on a fait le nettoyage et mis l´eau pour l´été ! »

-  Oui mais l´eau prise par pompiers pour éteindre incendie. 

-  Incendie, mais quel incendie Saïd ?

-  La maison a pris feu !

-  Ma maison ?! Mais comment ça s´est passé ?  

-  Chapelle ardente de madame maman, une bougie près de tenture, tout brûlé.  

-  Chapelle ardente, ma mère est morte ? Mais on a fêté l´autre jour ses 70 ans, et elle était en pleine forme !

- Oui, mais hier nuit votre mère n´arrivait pas à dormir, alors allée demander aide à votre femme, mais l´a vue dans le lit avec votre meilleur ami, et elle morte d´infarctus .

- Mais enfin Saïd, ma femme me trahit avec mon meilleur ami ? Saïd,  je m´absente 4 jours et ma vie est foutue !... Il n´y a vraiment rien de positif ?  

- Si, patron, vous souvenir que l´autre semaine, vous faire test pour Sida ?

- Oui.

- Voilà... ça positif ! »

 

 

Bonne journée tout le monde !