• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 30 juin 2008

    Un lundi (presque) comme les autres…

     

     

    Un lundi (presque) comme les autres.

    Un lundi comme il y en a eu des centaines et comme il y en aura encore des milliers.

    Un lundi qui fait suite à un dimanche, lui-même précédé d’un samedi, tout ce qu’il y a de plus agréables. Des amis, des rires, du soleil, des grillades en plein air, l’odeur de la braise, le bruit des merguez qui crépitent, les bras rougis à la fin de la journée et la marque des lunettes de soleil autour des yeux…

     

    Un dimanche de lumière, un dimanche de chants d'oiseaux, de retrouvailles et de frissons.

    Un dimanche (presque) ordinaire

    Un dimanche comme j'aimerai en vivre plus souvent...

     

    Un lundi matin où le réveil gronde sur la table de nuit qu’il faut mettre terme à ces instants d’insouciance, poser un pied à terre, puis un second. Mettre la cafetière en route, écouter les nouvelles à la radio, apprendre qu’il y a eu 17 blessés à Carcassonne. Une douce odeur d’arabica envahit la cuisine tandis que les tartines se parent de confiture dorée. Passage obligatoire par la salle de bain, se raser sans s’écorcher pour ne pas avoir l’air ridicule au travail, une bonne douche et l’odeur du savon parfumé, la chaleur réconfortante de l’eau qui coule sur le corps, tel un cocon qui nous enrobe et nous protège. Chercher dans la penderie la chemise qui ira bien avec l’humeur du jour, un jean, enfiler ses baskets, prendre les clés sur la commode dans le couloir… la journée commence.

     

    Et cette douleur lancinante qui revient de temps à autres

    J'y pense et puis j'oublie

    Ainsi va vie !

     

    Un lundi matin où tout recommence

    Un lundi matin où tout continue

    Un lundi matin perdu au milieu de tant de jours

    Un lundi matin comme j'en ai déjà oublié des centaintes

    Un lundi matin comme j'en oublierai encore des milliers...

     

    Et la vie continue

    Le temps passe

    Ce n'est rien

     

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !