• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 3 octobre 2008

    Le rythme et la cadence...

    Journée musicale en ce jeudi qui s'achève sur les rives de mon clavier d'ordinateur !

    Festival Toulouse Les Orgues oblige, et assistant de registration comme de coutumée, ce sont pas moins de 7h30 de répétition qui ont agrémenté ma journée en plus de mon travail "sérieux". Le plus agréable fut sans doute, outre une répétition au Taur avec une assez belle oeuvre de Litaize pour orgue et cor, la répétition de ce soir à la Cathédrale en compagnie de Stéphane, Fabienne et Matthieu pour un concert à 4 mains autour de transcriptions d'oeuvres de Brahms (finale d'une symphonie), Mozart (ouverture de la Flûte enchantée) et Ravel (Le Tombeau de Couperin). J'aime tout particulièrement cette dernière oeuvre, pour plein de raisons. Je ne sais pas en fait laquelle prédomine : les harmonies agréablement dissonantes de certains passages du menuet, les thèmes tendrement nostalgiques qui émaillent ça et là les 4 mouvements, les couleurs chaudes dont Ravel avait le secret, la beauté d'une ligne musicale simple et épurée qui réveille en nous pourtant des émotions puissantes, la virtuosité débridée au service d'une expressivité gracile sans jamais concéder à la vulgarité... Insurpassable Ravel...!

    Il y a en outre dans l'un des mouvements, un passage presque médiévalisant qui me transporte chaque fois très très loin, au pays de souvenirs encore vifs, un temps pas si lointain... qui me hante et fait jaillir en moi des vagues nostalgiques et de romantisme exacerbé. D'ailleurs, cela me fait systématiquement penser à l'un des trois textes écrits par Ravel lui-même alors qu'il attendait d'être enrôlé dans l'armée, et mis en musique par ses propres soins, regroupés sous le titre commun de "Trois Chansons".

    Je vous en livre ici la teneur de la troisième de ces chanson, intitulée "Ronde":

    Ronde

    [Les vieilles]
    N'allez pas au bois d'Ormonde,
    Jeunes filles, n'allez pas au bois:
    Il y a plein de satyres, de centaures, de malins sorciers,
    Des farfadets et des incubes,
    Des ogres, des lutins,
    Des faunes, des follets, des lamies,
    Diables, diablots, diablotins,
    Des chèvre-pieds, des gnomes, des démons,
    Des loups-garous, des elfes, des myrmidons,
    Des enchanteurs et des mages,
    Des stryges, des sylphes, des moines-bourrus,
    Des cyclopes, des djinns, gobelins,
    Korrigans, nécromants, kobolds ...

    [Les vieux]
    N'allez pas au bois d'Ormonde,
    Jeunes garçons, n'allez pas au bois:
    Il y a plein de faunesses, de bacchantes et de males fées,
    Des satyresses, des ogresses et des babaïagas,
    Des centauresses et des diablesses,
    Goules sortant du sabbat,
    Des farfadettes et des démones,
    Des larves, des nymphes, des myrmidones,
    Hamadryades, dryades, naïades, ménades, thyades,
    Follettes, lémures, gnomides,
    Succubes, gorgones, gobelines ...
    N'allez pas au bois d'Ormonde.

    [Filles et garçons]
    N'irons plus au bois d'Ormonde,
    Hélas! plus jamais n'irons au bois.
    Il n'y a plus de satyres, plus de nymphes ni de males fées.
    Plus de farfadets, plus d'incubes,
    Plus d'ogres, de lutins,
    De faunes, de follets, de lamies,
    Diables, diablots, diablotins,
    De chèvre-pieds, de gnomes, de démons,
    De loups-garous, ni d'elfes, de myrmidons,
    Plus d'enchanteurs ni de mages, de stryges, de sylphes,
    De moines-bourrus, de cyclopes, de djinns,
    De diabloteaux, d'éfrits, d'aegypans, de sylvains, gobelins,
    Korrigans, nécromans, kobolds ...
    N'allez pas au bois d'Ormonde,
    Les malavisées vieilles,
    Les malavisés vieux
    Les ont effarouchés. Ah!

    Je ne vous mets pas la musique, vous aurez soin d'aller débusquer le CD chez votre revendeur favorit. Je vous mets en garde tout de suite, avant que vous ne commettiez l'irréparable : les versions sur Youtube et Dailymotion sont plus qu'hideuses !!

     Et bon anniversaire à Anouck & Bruno !

    5 commentaires:

    1. Alors comme ça chez les organistes les quatre mains se jouent à quatre ? C\'est chacun sa main ? Grenouillot réprouve une telle pratique. Voilà qui est inadmissible ! Rythme et décadence !

      RépondreSupprimer
    2. A vrai dire, un tel concert se joue à 8 mains et 6 pieds...

      RépondreSupprimer
    3. Merci m\'sieur! J\'ai commandé mon déambulateur ce matin :p mais ils en avaient pas en stock pour les jeunes de mon âge...Non mais.Gros bisous et bon concert ;)

      RépondreSupprimer
    4. "Je savais que les nanas sont réputées pour être de grandes bavardes. Ils en parlent dans tous les bouquins, c\'est un aspect purement consubstantiel au sexe féminin, au même degré que la curiosité ou leur passion incompréhensible pour toutes les séries façon "sous le soleil" et autres "feux de l\'amour". " ... je decouvre à l\'instant ton blog qui me donne d\'abord une agréable impression et puis je tombe sur ça... tu crois vraiment en cet "aspect purement consubstantiel..." ou tu l\'a écrit spontanément sans le prendre au sérieux?

      RépondreSupprimer
    5. Si tu lis attentivement quelques uns de mes billets, tu devrais te rendre compte que la question ne se pose pas... Rien n\'est laissé au hasard : j\'écris tojours avec passion et conviction, armé d\'une bonne dose de second, voire troisième degré. La phrase n\'est dons pas écrite à la légère, mais certainement pas à prendre a pied de la lettre ;-)

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !