• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 19 février 2010

    Plaisir d'offrir

    Cela peut paraître égoïste mais je ne ramène que très peu de cadeaux de voyages. La première raison est que je voyage assez peu, même si lorsque cela m'arrive je voyage assez loin. Les occasions de revenir les bras chargés de babioles ne sont par conséquent pas légion. La seconde raison est que je n'aime guère les souvenirs de voyage. Qui a déjà rêvé de recevoir un chien en coquillages, un tshirt "I Love Melun" totalement immétable, un décapsuleur tour-Eiffel, un pin's du Taj Mahal ou une reproduction au 1/500° de la Statue de la liberté qui clignote ? Le plus souvent on ne sait pas quoi en faire, on le pose juste pour faire plaisir sur le buffet dans le salon avant de s'en débarrasser plus ou moins définitivement par une chute fatale dont on essaie de se convaincre du caractère purement fortuit. Néanmoins, et par bonne conscience, je m'astreins autant que possible à rapporter deux ou trois bricoles à mes proches en mettant un point d'honneur à taper dans le produit local, made-in-le-village-d'à-coté ou représentatif de mes pérégrinations lointaines, tel que de l'artisanat un peu roots, ou une bonne bouteille de gnôle du coin.

    Il y a quinze jours c'était à mes parents de prendre la poudre d'escampette à destination de la Sardaigne. Et comme de coutume ma mère est revenue une semaine plus tard les valises pleines de jolis souvenirs... Le plaisir d'offrir que voulez-vous !

    J'ai déjà nommé un certain nombre de ce que j'estime relever des cadeaux les plus nases de la planète. Il y en a d'autres, je vous épargnerai une litanie qui pourrait vous rappeler de mauvais souvenirs, soit que vous ayez reçu personnellement l'un d'eux, soit que vous vous aperceviez soudain en avoir offert un par inadvertance par le passé, comprenant du coup la drôle de tête du gratifié à l'instant où il découvrait, horrifié, le contenu du paquet que vous lui aviez remis avec toute la fierté dont vous êtes capables. Mais là, j'avoue... mon imagination n'avait pas osé franchir certaines limites pourtant bien repoussées.

    Car une fois que ma mère nous ait remis à chacun notre dû,  elle aussi arborant alors une certaine forme de fierté, j'eus le plaisir (feint) de découvrir, après avoir déballé l'épaisse couche de papier-bulle enveloppant la chose, je vous le donne en mile :

    Un superbe repose cuillère............ jaune ...
    - C'est de la porcelaine Sarde ! Et peinte à la main !
    lança fièrement ma mère, le regard triomphant de cette belle trouvaille, comme s'il s'était agit de porcelaine de Sèvres.
    Me forçant à esquisser un sourire vaguement crispé, je la remerciai pour ce présent magnifique  (un repose cuillère ! gmwarpf...) et me demandais in peto ce que j'allais bien pouvoir faire de ce bidule aussi utile que l'est un fer à repasser à un cheval.

    Un repose cuillère............. jaune...!

    De retour chez moi, je pose machinalement l'objet à coté de ma plaque vitro et contemple sur le seuil de la porte la faute de goût irrattrapable que provoque l'intrus et sa jaunitude coupable. Moi qui m'étais promis de n'en jamais posséder un !

    Et puis vint ce soir...
    Le drame.
     
    Ce soir je préparais à dîner des légumes à l'étouffée avec un peu d'agneau grillé. Cuisiner sans sortir au moins deux fourchettes et une spatule, désolé, je ne sais pas faire. Oui, ça fait de la vaisselle en plus à nettoyer, mais comme j'ai une machine qui s'occupe de la basse besogne à ma place, ces questions là l'entrent pas en considération lorsque je me mets aux fourneaux.
    Mes légumes arrivaient au point de cuisson idéal (encore croquants mais cuits), la viande présentait des faces brunies à souhait d'où perlaient de délicates goutes de sang juste rosé, mes papilles frétillaient déjà d'impatience, lorsque je posai machinalement mon doigt sur la surface tactile pour stopper la cuisson. Mon regard accompagnant mon geste j'eus la surprise, que dis-je, la stupeur de constater que mes fourchettes et spatules sales avaient élu domicile provisoire sur le reposoir en porcelaine... Aaaaargh... A cet instant l'horreur de la situation atteignit son paroxysme : j'étais déjà conditionné, à l'insu de mon plein gré !!! Je m'étais servi du repose-cuillère-jaune-peint-à-la-main-en -porcelaine-Sarde...

    Je suis maudit, irrécupérable...
    Vite, passez moi une enveloppe que j'en finisse !

    Boarf...
    Finalement, c'est bien pratique ce bidule. smileys Forum

    14 commentaires:

    1. Ton billet m'amuse beaucoup et je partage le principe !!! on ne ramène presque rien, sauf du produit local à manger et..un petite cuillère pour la collection de notre belle fille... quelques petites choses pour nous mais j'en ferai un billet bientôt...

      RépondreSupprimer
    2. mouahahaha, moi aussi ma mère me ramène des tas de trucs inutiles. Des salières en porcelaine avec le village visité peint, à la main, s'ilvouplé, ou bien (mais c'était plus drole), deux demi-mugs, qui s'emboitent donc, avec des têtes de bonhommes dessus, pour mon copain et moi (c'est chou, l'idée j'avoue)... ou encore le torchon à vaisselle avec le nom de truc-sur-mer ecrit dessus en noeuds marins. :D

      RépondreSupprimer
    3. Ca me rappelle ma grand mère qui vide ses placards et gate ses petits fils de ses souvenirs de voyage.

      La dernière fois, elle a distribué 5... assiettes en porcelaine entre mes frères, mes cousins et moi.

      On avait tous notre assiette. Et ça nous a fait une belle jambe tiens!

      Enfin, faut se dire que c'est l'intention qui compte :)

      RépondreSupprimer
    4. J'ai une solution ! Tu peux la repeindre avec la couleur de ton choix (à la main, of course). Comme ça elle ne sera plus ... jaune.
      Concernant la nazitude de la chose, je suis pas trop d'accord. Que ce ne soit pas assorti à ta cuisine, ok, mais en cherchant bien (même pas beaucoup) tu as dû avoir, ou tu auras, bien pire ;)

      ... bon, quelques billets en retard à lire ...

      RépondreSupprimer
    5. @ Francis : Le plaisir de ramener chez soi quelques dernières saveurs qu'on aura vite oubliées mais qui ravivent autant de souvenies qu'une photo...

      @ Fabisounours : Ha oui, j'ai oublié le torchon brodé... un grand classique ! Ben tu pourras tenir un stand lors de la prochaine brocante de quartier :D

      @ Kindgay : Tu pourras l'accrocher au mur, entre le canevas du cerf qui boit dans le lac et l'huître en plâtre du Mont Saint Michel.

      @ Blau : Pire...? Oui, c'est vrai, tu en est capable ! Et non, je ne veux pas de ton range CD rose fluo en forme de canette... Inutile d'insister !

      RépondreSupprimer
    6. Merci pour cette belle tranche de rire dans laquelle on retrouve nombre de situations vécues.

      Dans mon cas, je ne ramène presque rien de Prague, tellement on ne trouve rien de typique mis à part des galettes fourrées et du goulasch :-(

      RépondreSupprimer
    7. Vous avez reçu un fort joli cadeau qui en plus repond à vos besoins.
      Que demandez de plus ?
      Le choix de la couleur la prochaine fois ?
      Offrez un nuancier à votre mère la prochaine fois .(sourires)
      Sincèrement votre
      Un lecteur assidu

      RépondreSupprimer
    8. On a tous reçu LE cadeau pour lequel on doit s'extasier alors qu'en son fort intérieur on se dit "mon dieu que c'est laid !!"
      Pour ma part, j'ai reçu un autocollant de l'OM (alors que je suis une inconditionnelle du S.T.) et un pot à ustensiles de cuisine en forme de... vache, qui a chu on ne sait trop comment :-)

      Moi je suis partisane d'envoyer des cartes postales plutôt que de ramener des cadeaux. Ça évite les déceptions !

      RépondreSupprimer
    9. @ Kynseker : Ha oué, c'est clair que là ça devient plus compliqué. Ben tu ramènes des sachets de goulash lyophilisé... ca fait toujours son effet !

      @ Elliot : Je suis un homme comblé en effet ^^

      @ Anouchka : Oui, c'est fou comme ce genre d'objet a tendance à subir une loi de la gravité assez étrange : "tout objet moche finit par tomber".
      Pour les cartes postales je suis d'accord, à condition qu'elles arrivent ! Celles envoyées du Brésil n'ont pas donné signe de vie à ce jour...

      RépondreSupprimer
    10. Y a des fois où on se demande jusqu'ou tu irais pas pour attirer le lecteur !! Môssieur ramène de Lourdes une peinture immonde dans un cadre immonde de Sainte Bernadette à genoux devant la Vierge pour l'accrocher dans ses chiottes (ne nie pas, nous étions là quand tu l'as acheté ! Et encore Dieu merci tu n'as pas trouvé le crucifix de tes rêves cette année !) et tu te plains d'un repose cuillère jaune ??
      Mais mets le dans ta salle de bain, il y sera parfait !!

      RépondreSupprimer
    11. @ Kingluther : La différence très cher c'est que je ne l'ai offert à personne, moi, le cadre immonde en question...

      RépondreSupprimer
    12. Ouiiii, y'a aussi une Sainte Gertrude Fumigatrice en véritables carreaux de faïence toute droite importée du Mexique (oui, j'accorde ça comme ça, c'est plus rigolo) qui attend toujours d'être installée chez toi, il me semble.
      ;o)

      RépondreSupprimer
    13. Ce billet est tout simplement splendide. Le fond, évidemment, le fond est comique mais vrai, mais la forme... du grand art d'écriture !

      Même de disposer le repose-cuiller jaune à gauche, puis en retrait, à droite ! J'ai adoré la forme, je te dis !

      Merci pour ce bon petit moment !

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !