30 novembre 2011

Une seule fois suffit

18 commentaires
Demain 1er décembre, c'est la journée mondiale de prévention contre le Sida.

Quoique j'ai déjà publié cette vidéo l'an dernier je n'ai rien trouvé d'aussi juste pour actualiser mon propos. Découvrez-là, ou revoyons-là ensemble. Je la trouve toujours aussi belle, même si toujours aussi dure. Mais certainement bien moindre que la réalité dans toute sa violence.
 
Car malgré les progrès de la médecine et des soins, il n'en demeure pas moins qu'une seule fois suffit pour que la vie bascule, que l'on soit homos ou hétéros. Personne n'est à l'abri. Alors soyons prudents.

Prenons soin de nous, prenons soin des autres et de ceux que l'on aime, que ce soit une heure, un soir, ou toute une vie.

27 novembre 2011

Hey vous savez quoi ?

31 commentaires
Que ça fait du bien d'avoir enfin du temps libre et de pouvoir en profiter ! Je ne sais plus depuis combien d'années je n'avais pas passé un tel week-end. Deux ans, ou peut être trois ?

Et ce soir je suis épuisé. Car, voyez-vous, après plusieurs semaines particulièrement éprouvantes passées à travailler sans relâche, elles-même ayant succédé à une année durant laquelle ma vie sociale fut plus ou moins mise entre parenthèses, et les efforts de ces derniers jours soutenus à grand renfort de magnésium sous toutes ses formes, la grande nouvelle est que :

J'AI FINI D'ÉCRIRE MA THÈSE !

A vrai dire j'ai du mal à croire ce que j'écris tellement cette échéance me semblait inatteignable voici encore deux mois seulement. Bon, ne nous emballons pas, il reste encore pas mal de boulot, un foisonnement de petits trucs à faire, mais le plus gros du travail est fait. Et peu à peu je sens une part de la pression s'évanouir. Je me plais à faire des projets, à avoir envie de bouger, de vivre.
Et cela fait un bien fou. D'ailleurs je n'ai pas attendu : ça a commencé dès ces jours deniers.

Putain... j'ai fini d'écrire ma thèse !

Ayant l'esprit en grande partie libéré, j'ai vraiment passé un excellent week-end. Et pour ne pas faire les choses à moitié, quoi de mieux que la compagnie d'un charmant garçon, gentil, drôle, pétillant et érudit, venu me rendre visite pour un court séjour dans la Ville Rose ?  J'ai rencontré un ami, un pote.

Après plus de deux ans que nous nous connaissons virtuellement, et quoique le téléphone ne soit pas si abstrait que cela, c'était notre première véritable rencontre. Elle fut à la hauteur de ce que nous attendions l'un et l'autre. De concert en basilique romane, de musée en salon de thé cosi tout ce qu'il faut, le temps est passé en un éclair. Et nous avons hâte de nous revoir pour de nouvelles aventures.
C'était sacrément chouette. 

Et pour couronner ces deux belles journées, ce soir j'ai eu des nouvelles de cet autre ami dont je vous avais parlé en juin dernier. Des bonnes nouvelles.  Je suis super content pour lui.

Ca aussi c'est chouette.

Et vous savez quoi ?


J'AI FINI D'ÉCRIRE MA THÈSE !

22 novembre 2011

Chat fait du bien

21 commentaires
Aujourd'hui je suis désolitude, consternage, mortification... Et ce n'est pas peu dire. La raison en est simple : je suis totalement passé à coté de LA journée la plus importante du mois de novembre. Que dis-je : LA journée la plus importante de toute l'année entière. C'est vous dire l'ampleur du drame. Comment ça, vous ne voyez pas de quoi je veux parler ? Mais enfin...! de la journée de la gentillesse, qui a lieu chaque 13 novembre bien entendu ! Gniarf, ma navritude est immense... Je n'ai pas été à la hauteur, je suis un blogueur indigne.

Alors pour compenser et vous instiller la dose de bonheur sirupeux sans laquelle votre existence serait aussi exubérante que celle d'un gravillon sur une route départementale du Gers, voici une photo de mon chat, certainement l'un des plus beaux de la voie lactée et qui, mine de rien, a bien poussé depuis le mois de mai !

J'ai conscience qu'autant de bonheur d'un seul coup pourra paraître excessif à certains d'entre vous mais, que voulez-vous, je suis né comme-ça j'aime j'aime la vie.


Bien entendu, toute allégation tendant à soutenir que mon prétendu oubli de la journée de la gentillesse n'est qu'un prétexte à publier une photo de mon chat, ne serait que mensonge et calomnie !

19 novembre 2011

Portrait chinois

8 commentaires
FalconHill m'a tagué pour un portrait chinois en 10 questions. Le principe :  répondre aux questions de celle ou celui qui vous tague, puis créer dix questions à l'adresse de celles et ceux que vous allez taguer.  Cela, sur le ton du "Et si tu étais...".

Hop, c'est parti !

Si j'étais...

1. Un objet sexuel : Je ne suis pas très porté sur ce genre de jouets et n'en ai jamais utilisé. Cela étant, je crois qu'une paire de menottes pourrait débrider l'imagination. A condition d'avoir des barreaux à son lit... ou plusieurs personnes à attacher ensemble.

2. Un plat cuisiné : Un bon gros poulet rôti de chez papa-maman, un vrai, qui a couru et gambadé pendant des mois, qui a mangé du vrai grain. Entouré de son cortège de patates cuites dans le jus. Avec un verre de rouge de Fronton, c'est démoniaque.

3. Un moyen de transport : Idéalement un télé-porteur, comme dans Star Trek. Mais au quotidien j'utilise un vélo.

4. Un lieu de culte : Spontanément j'ai pensé à la magnifique Basilique St Sernin à Toulouse, dont j'aime la pureté, la majesté et le calme. Et puis j'y ai pas mal de très bons souvenirs. Mais j'aurais pu être aussi un lieu de culte païen, comme le Palais Idéal du Facteur Cheval que javais beaucoup aimé lors de ma visite cet été 2010, à condition d'en retirer la marmaille hurlante qui m'avait tant déplu. Alors cela restera la Basilique, y compris pour certaines valeurs auxquelles je suis attaché et qui, comme je l'expliquais il y presque deux ans dans ce billet totalement schizophrène, font de moi ce que je suis, indépendamment des représentants de l'Institution.

5. Un bistro : J'en ai découvert un il n'y a pas longtemps, le Champagne, bien plus pouilleux que son nom ronflant ne semble l'indiquer, mais simple et sans façon. J'y vais refaire le monde avec un pote régulièrement. Sinon, pour de vrai, j'aime bien le London Town, un très bon pub anglais situé place des Carmes. 

6. Une marque de bière : Si j'aime tant le London, c'est parce qu'on y sert de la Guiness que  l'on peut accompagner de chips au vinaigre, mon péché mignon. Sinon la Leffe (que l'on sert au Champagne) me va très bien aussi. La bière que je bois, lourde et amère pour la Guiness, légère et fruitée pour la Leffe, dépend beaucoup du moment de la journée et de l'humeur du moment.

7. Un sous-vêtement : Je suis pas très branché sous-vêtements, non pas que je n'en porte pas, mais que je n'y attache pas une importance extraordinaire. Un boxer bien ajusté mettant parfaitement en relief tout ce qui doit l'être, c'est très bien.

8. Un matériel électroménager : Un rutilant Kitchen Aid. Sans hésiter. Nekkonezumi en avait déniché un modèle absolument wonder !

9. Une île : Peut-être bien cette île paradisiaque au large de Rio, dont je conserve un souvenir impérissable de mon voyage en 2010, mais dont j'ignore si j'y retournerai un jour. Haaaa que c'était bien !

10. Une autoroute : Dur dur, j'aurais préféré à la rigueur qu'on me demande pour un timbre poste ! Peut être l'A61 qui mène de Toulouse à la Méditerranée, qui parcourt des régions encore assez sauvages comme les très belles Corbières, régions où l'air comme le vin sont bons, et les paysages magnifiques en toutes saisons. Mais je crois que j'apprécierais beaucoup l'A35 qui passe au milieu de la Route des Vins d'Alsace, nectar dont je me délecte à loisir...

Et voilà, le compte y est. A mon tour maintenant de relancer les dès. Tiens, et si on demandait à Seb67, Nekkonezumi, Olivier, Brol et François ?

Et si vous étiez :

1. Un objet sexuel
2. Un plat cuisiné
3. Une marque de bière
4. Un matériel électroménager
5. Une pièce de théâtre
6. Une bande dessinée
7. Un médicament
8. Un restaurant
9. Une station de radio
10. Un objet que l'on trouve sur ton bureau

Allez les blogueurs, au travail !

17 novembre 2011

Les contes de la Forêt Magique : "Tambour Major et la Chocolaterie"

14 commentaires
Il était une fois, dans la Forêt Magique, des petits lapins et des petits écureuils qui aimaient beaucoup s'amuser, rire et chanter. Ce sont les petits animaux de la Forêt Magique... 

Tambour Major n'en finissait pas de recevoir des paquets de toutes tailles, des gros des petits, des lourds des plus légers. Et chaque fois il était vraiment très content mais aussi étonné que, d'un bout à l'autre du Pays Magique, les petits lapins et les petits écureuils se soient donné le mot et lui envoient autant de belles et bonnes choses. Car, il a beau être un grand gaillard, il a un petit cœur sensible le Tambour Major...

Ce matin-là, le Facteur vint lui apporter un gros paquet, particulièrement lourd. Il venait d'un pays fort lointain : le Pays de la Chocolaterie. Tambour Major en avait entendu parler, il y a bien longtemps. Un pays fabuleux à ce que l'on dit...


Ce paquet était vraiment très lourd.
- Mais qu'est-ce que cela peut bien être ? se demandait Tambour Major, résolument intrigué. Et tous les animaux de la Forêt Magique se posaient la question avec lui.

Revenu chez lui, Tambour Major se décide à ouvrir méticuleusement l'étrange paquet. Ce fut une vision onirique.

- Hooooooooooooo !


Oui, "Hoooooooooooo" était la seule chose qu'il ait pu dire en découvrant le contenu.

Et tous les petits lapins regroupés autour de la fenêtre dressèrent bien haut leurs oreilles soyeuses, intrigués par ce "Hoooooooooo" qu'avait poussé le grand ami.

C'est alors que Tambour Major plongea la main dans l'épais sac cartonné. Il n'en crut pas ses yeux !


C'est un gros ballotin que Tambour Major tient dans sa main. Il n'en a que rarement vu et tenu d'aussi gros, ce qui ne manque pas d'éveiller son insatiable appétit.

Avec précaution, il libère ensuite le sommet de la boite de son étreinte autocollante. Elle s'ouvre, pétale après pétale, délivrant à la vue de toute la Forêt Magique massée autour de la fenêtre, un spectacle extraordinaire.


- Hoooooooo ! fit à nouveau Tambour Major qui ne sût que dire d'autre.
Il était vraiment très gâté.

D'une main tremblante il se saisit d'une pépite qu'il croque avec délectation. Oui, vraiment, c'est une fine appellation, il est des rites qu'il ne faut point bâcler, pensa-t-il la bouche pleine.

Et Tambour Major s'en revint travailler, inlassablement, en attendant le paquet suivant, qui arriva quelques jours plus tard.

A suivre...

Dédicasse à Joss
Un immense merci à Traileur Fou  

* * *
PS : Deux magnifiques contrepets se sont astucieusement dissimulés dans cet innocent billet bucolique. Sauras-tu les démasquer ? 
smileys Forum

15 novembre 2011

La photo du mois : Au bout du monde

52 commentaires
Bonjour tout le monde ! Nous sommes le 15 Novembre, jour de la de La photo du mois.

Chaque mois un groupe de blogueurs réalise une photo en fonction d'un thème donné. Toutes les photos sont publiées sur les blogues respectifs des participants, le 15 de chaque mois, à midi, heure de Paris.

Ce mois-ci le thème a été choisi par Alice qui nous propose : " Au bout du monde ".
"Parce que - explique-t-elle - la notion de bout du monde est toute relative, parce que ça peut être le coin de sa rue ou le fin fond de la Patagonie, et que j'ai bien hâte de savoir ce que ça représente pour l'ami blogueur..."
J'avais plusieurs idées en tête mais en ce moment je n'ai pas trop le temps de mettre mon génie créatif au service de la photo du mois, même si la fois précédente je m'étais prêté à une rapide petite mise en scène.

Ce mois-ci, la photo s'est imposée d'elle même, alors que j'allais emprunter un tronçon de rocade pour rentrer chez moi. Sans m'en rendre compte, j'étais sur le point de me retrouver propulsé bien au-delà du bout du monde...





Ne vous inquiétez pas, il ne s'agit pas d'une route de téléportation interstellaire sorti d'un Guide du voyageur galactique ! Cette Voie Lactée ci est une portion de rocade située au nord de Toulouse qui dessert le pôle Aéroconstellation. C'est là que se situe le site d'assemblage des Airbus A380, grâce auxquels, chaque année, des milliers de voyageurs se rendent aux quatre coins du monde.


En attendant le 15 décembre pour notre prochain rendez-vous, bouclez votre ceinture et partez au bout du monde en allant rendre visite aux autres participants à la photo du mois :

Alexanne, Krn, Lhise, M'dameJo, François, Sébastien, Le Mag à lire, Cherrybee, Noon, La Parigina, Guillaume, M.C.O, Olivier, Mandy, Grignette, margote05, Dorydee, The Mouse, Frédéric, Cindy Chou, Mérantaise, Titem, Sephiraph, Les voyages de Seth et Lise, magda627, Marion, Carnets d'Images, E, Surfanna, Hugo, Agnès, Gilsoub, Ori, A&G, Kyn, Alice, Rene paul henry, Jen et dam, Cynthia, Onee-Chan, Sinuaisons, L'azimutée, La Papote, Frankonorsk, Stephane08, Jean WILMOTTE, Celiano, Claude, M, Glose, Céline, Urbamedia, La Fille de l'Air, Doremi, Cathy Brocard, Nomade57, Laurabreizh, Calamity Scrap, Lucile et Rod, Emma, Viviane, Nathalie, JoAnn, Fabienne, Un jour-Montreal, Tam, Terhi, Niwatori, Céline in Paris, Thib, florianL, Xavier Mohr, Clara, Boopalicious, Dr.CaSo, Filamots, Manola, 4 Petits suisses dans un bol de riz, Margouia, Sprout©h, lesegarten, Ines meralda, 100driiine, Champagne, La Madame, Isabelle, LE BOA BLEU , Maureen, Nolwenn, Le Loutron Glouton, Babou, Laure, Aude, Karrijini, le via carmina, Où trouver à Montréal ?, Anne, blogoth67, Florian, Urbaine, Caro, Cécy, Hibiscus, Vanilla, Gizeh et Marie.

Vous désirez participer à La Photo du Mois ?
Rien de plus simple : connectez-vous sur Facebook et rejoignez-nous.
Une question ? Contactez Olivier
.

13 novembre 2011

Plaisirs simples

14 commentaires
Aujourd'hui c'est dimanche et j'avais envie de souffler un peu, de m'aérer, de prendre un peu de temps pour moi. Car même lorsque l'horloge se fait menaçante, rien n'est plus urgent que de ralentir un peu le pas. Juste un peu. Alors après m'être levé, pas trop tôt ni très tard, je m'en suis allé transpirer un peu à la salle de sport. Faire le vide dans ma tête, pour penser plus sereinement et libérer mon corps de cette énergie dont il ne sait que faire.
En ressortant tout frais un peu avant midi, je n'avais qu'une envie : me faire du bien. Aussi, avant de prendre le chemin du retour, je décidais de faire une courte halte au marché Victor Hugo, un lieu de vie unique, antre d'Épicure. J'aime cet endroit,simple et sophistiqué à la fois, où se croisent la mémé du coin, bobos du quartier et touristes de tous horizons. J'ai d'abord craqué pour cette moitié d'un énorme pain à la mie ferme et moelleuse, parée d'une croûte épaisse aux parfums de noisettes torréfiées. Un peu plus loin la gentille vendeuse emballait trois beaux morceau de fromage faits à point. D'abord du Pecorino au poivrre, puis de la tomme de brebis, enfin le dernier quartier de Salers pourvu d'une croûte généreuse proportionnelle à son grand âge. J'ajoutais un morceau de beurre salé frais pour parfaire mon panier et imaginais déjà mon festin du midi.

Sur le chemin du retour je repensais à ce billet de FalconHill dans lequel il vidait son sac et répondait à un autre billet dans lequel il avait un peu été pris à parti. Ce billet, et avant lui quelques autres, m'a interpellé sur ma façon de bloguer. En particulier FalconHill contestait l'étiquette de "blogueur de droite" en ce qu'elle est profondément réductrice et ne représente pas ce qu'est son blog. "Je blogue comme j’en ai envie, écrivait-il. J’ai envie de faire du "bucolique" et de poster une image de l’automne, je fais du bucolique et je poste une image de l’automne. J'ai envie d'exprimer ce que personnellement, j'ai sur le cœur, ben je l'écris et je le fais." Je souscris intégralement à ces propos. Moi même, je me revendique comme pédéblogueur, ainsi qu'en atteste le petit écusson figurant à la fin de la blogroll. Et pourtant, plus le temps passe et plus je me pose la question de son bienfondé. Car mon blog n'est pas que cela, et je crois qu'il s'en faut de beaucoup. C'est du moins mon sentiment. Il m'arrive de parler d'homosexualité, ou de faire quelques allusions plus ou moins directes, mais je n'ai pas l'impression que mon blog tourne uniquement autour de cela, du fait même que je ne crois pas que ma personne puisse se réduire à ma seule orientation sexuelle.

De retour à la maison, après un petit café chez Stef et Pierre en plein dilemme existentiel à propos du plafonnier du salon, me voici attablé devant mes trois morceaux de fromage et ma motte de beurre fermier. Une bouteille d'un excellent Gewurztraminer 2005 Grand Cru d'Alsace, de chez Hartmann (je vous recommande, c'est mon fournisseur officiel) me tenait par ailleurs en excellente compagnie. Entre deux pitreries, le chat, par l'odeur alléché, vint renifler mes doigts toutes moustaches dehors mais les arômes un peu trop rustiques lui ont fait préférer retourner ronfler sur ce morceau de soleil alangui sur le tapis.
C'est si simple la vie parfois...

En prologue au même billet, FalconHill écrivait que "Bloguer est une activité magnifique, enrichissante. Source de plaisir, souvent. Source de rencontres sympathiques (...)".
Écrire ici est pour moi un moment privilégié qui me procure  intrinsèquement une certaine joie. Quoique j'écrive. Oui, bloguer doit rester un plaisir.

Un plaisir simple.
Comme un bon morceau de fromage, avec du bon pain.



10 novembre 2011

Blagounette

11 commentaires
Dédicace à Loup, en réaction à ce billet dans lequel il pose une question fondamentale : " j’ai compris que jamais je ne comprendrai comment ça fonctionne une fille… "
Par un bel après-midi d'été un garçon se promène sur une plage du Finistère. Soudain il trébuche sur quelque chose enterré dans le sable : une vieille bouteille vide. Elle est toute sale. Machinalement il passe sa main sur la surface pour la nettoyer. Aussitôt jaillit un génie qui sort par le goulot.

- " Bonjour bel étalon, je suis le génie de la bouteille. Tu m'as libéré, je suis disposé à faire tout ce que tu veux et à exaucer ton vœu le plus cher.

- Un voeu ? Un seul ? C'est pas trois d'habitude ?

- Non non, trois c'est dans les contes de fées. Dans la réalité, c'est un, et c'est bien assez. Alors, que veux tu, la gloire, la richesse, la vie éternelle ?

- Ben, je ne m'attendais pas vraiment à ça, je n'y ai pas réfléchi... Ha,si ! Voilà : ma copine habite à New York et pour se voir ce n'est pas très commode. Alors si tu pouvais construire une autoroute qui irait d'ici à New York, ça nous permettrait de nous voir plus souvent.

- Non mais ça va pas la tête ? Tu te rends compte un peu de ce que ça représente de construire une autoroute qui traverse l'océan ? Non non non, c'est beaucoup trop compliqué... T'as pas une autre idée, un autre vœu ?

Le mec se gratte les couilles la tête, réfléchit encore et encore, puis au bout de cinq bonnes minutes dit :

- Ha ! Si.... Je sais ce que je voudrais à la place. Voilà : j'aimerais savoir ce qu'il se passe dans la tête d'une femme.

A son tour le génie se gratte les couilles la tête, réfléchit encore et encore, puis au bout d'un long moment répond :

- Tu la voulais à combien de voies ton autoroute déjà ?"

5 novembre 2011

Le bout du tunnel

16 commentaires
Les jours passent et se ressemblent. Le rituel est quotidien, fastidieux, ennuyeux. Ecrire, lire, réfléchir, vérifier, chercher des références, relire, effacer, réécrire, couper ici, coller là, ramasser ce paragraphe, intervertir ces deux là, soigner ses titres, sauvegarder souvent, manger, boire, sortir peu, bouger encore moins, grossir inévitablement.

Hier soir j'ai fait un grand rangement dans mon bureau. D'un coté des piles de photocopies surlignées et annotées, plus ou moins classées par thème. De l'autre, le reliquat de documents qui me serviront pour les dernières pages. Je ne réalise pas exactement ce que cela signifie "les dernières pages". Et pourtant les faits sont là...
Le temps passe avec une fulgurance incroyable. 

Il faut que je m'y remette. 
Et bientôt ma vie cessera d'être entre parenthèses. Enfin.

3 novembre 2011

Les contes de la Forêt Magique : "Mon ami le Facteur"

13 commentaires
Il était une fois, dans la Forêt Magique, des petits lapins et des petits écureuils qui aimaient beaucoup s'amuser, rire et chanter. Ce sont les petits animaux de la Forêt Magique... 

Chaque matin, à l'heure où lapins et écureuils s'éveillent à peine, le Facteur de la Forêt Magique gare son carrosse en écailles de nacres devant la cabane de Tambour Major. Depuis quelques temps, c'est un rituel. Et Tambour Major sait que son ami le Facteur lui porte de jolies et bonnes choses. Et le Facteur est content car chaque jour il porte un nouveau colis à Tambour Major. C'est pour ça qu'il aime son métier le Facteur, il rend les gens heureux. Ça fait rire les oiseaux, et fait chanter les abeilles. Ça donne des couleurs aux couleurs de l'arc en ciel.

Ce jour là c'est un gentil Lutin qui passe régulièrement mais discrètement dans la tanière virtuelle de Tambour Major qui lui envoie un  petit quelque chose.


Aussitôt rentré chez lui, tous les écureuils et les petits lapins avoisinants se précipitent à la fenêtre, toutes oreilles dehors et les yeux bien écarquillés pour voir ce que Tambour Major venait de recevoir. 
Mais qu'est-ce que cela peut-il bien être ?
Délicatement Tambour Major ouvre le paquet dont le carton craquèle bruyamment.

Hooooooooo !



Du chocolat ! Quelle surprise !

Oui, c'est une belle tablette de chocolat au lait artisanale, accompagnée de quelques morceaux gingembre confit enrobé.
Aussitôt ouvert Tambour Major en croque un pour se mettre en forme et bien commencer la journée.
- Miam ! C'est bon ! S'exclame-t-il sous les yeux ébahis de tous les animaux de la Forêt Magique frétillants d'envie.

Et Tambour Major s'en revint travailler, inlassablement, en attendant le paquet suivant, qui arriva le surlendemain.

A suivre...

1 novembre 2011

Les aventures de Jean-François : Chez le psy

14 commentaires
Résumé des épisodes précédents : Jean-François a décidé de partir à la découverte du vaste monde. Victime d'un terrible traumatisme, il est convaincu d'être la réincarnation de Madonna, et sombre dans la drogue...


Aujourd'hui :



FIN