• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 1 mars 2012

    Le frigo et le néant

    Selon mes derniers calculs, il existe dans la vie d'un homme environ 791.125.325.014.784,3 raisons de se réjouir : arracher les ailes d'une mouche, manger du Nutella® dans le pot, jouer avec le chat, boire du champagne, se gratter les couilles, faire un croche patte à une vioque qui s'incruste dans la file d'attente, écouter l'intégrale de Lorie en se frottant les yeux avec du verre pilé... Je vous laisse compléter la liste. 791.125.325.014.784,3 et pas une de plus. Mes équations sont ab-so-lu-ment formelles. C'est assez peu à l'échelle de l'univers. Mais c'est déjà beaucoup trop à l'échelle de l'humanité. Et ne discutez pas je vous prie. Tout ça pour dire qu'il y a une foultitude de petits bonheurs dont on serait bien bécasse de se priver ou de ne pas apprécier à leur juste valeur. Parmi mes dernières trouvailles, il en est une toute simple : remplir mon frigo.

    Déjà, à la base, un frigo même vide, c'est fichtrement intéressant aussi. D'un point de vue conceptuel je veux dire. Par exemple, je suis à peu près certain que c'est en contemplant son frigo que Pascal a eu l'idée de son fameux Traité du vide. Et puis, c'est presque beau un frigo vide. Une beauté quasi surnaturelle ; presque inquiétante. Ici une bouteille de lait UHT parée de son incontournable bouchon bleu, indiquant la teneur semi-écrémée de son contenu. Là un pot de moutarde, tout aussi vide, laissé à son futile désœuvrement. Un peu plus haut, une clayette en verre tente d'exister dans toute sa transparence, perdue entre un citron rance et une demi tomate même pas mûre. Hé non, un frigo vide n'est jamais totalement vide. C'est une sorte de figure Sartrienne hyperbolique de la vacuité de nos contemporains doublée d'une allégorie cinglante d'un ostracisme paranoïaque refoulé. C'est beau...

    Ce matin donc, je contemplais le vide intersidéral de mon frigo et m'extasiais sur ce petit univers grelottant lorsque, soudain, je songeai aux invités qu'il allait me falloir régaler tantôt. Hé oui car, vois-tu, je reçois bientôt à table l'ami Brol qui doit me parler de son projet d'OPA sauvage sur la branche "croquettes pour chat" de la société Friskies ou quelque chose dans ce genre là, et qui me demande audience. Si je n'ai pas tout compris à sa question (j'y connais pas grand chose en OPA sur les croquettes pour chat), je sais en revanche que : 1/ je vais devoir le nourrir et que 2/ l'état de désertification de mon réfrigérateur s'y oppose. Face à cet abîme culinaire, une idée d'une transcendance inouïe s'est faite jour : et si j'allais faire des courses ? Ho oui tiens !

    Hop hop hop, quelques minutes plus tard et quelques dizaines d'Euros en moins, on revient les bras chargés de mille et une choses dont on n'avait pas forcément besoin mais dont les sirènes du marketing on su habilement nous convaincre du contraire. On tri, on déballe, on range et, miracle : mon frigo naguère vide est désormais grouillant de victuailles. Là où régnait la triste monochromie d'une blancheur immaculée se trouve désormais une symphonie de couleurs chatoyantes : du vert, du rouge, du jaune. Ha que tout cela est excitant. On croirait revivre, à l'échelle d'une cuisine d'appartement, les grandes heures du Big Bang et de la génération spontanée. Quand je pense que certains passent leur temps à scruter l'infini à la recherche d'informations cruciales sur l'origine de l'univers, alors qu'il leur suffirait tout simplement de mettre le nez là, juste devant eux : dans leur frigo... Que c'est beau, un frigo plein !

    25 commentaires:

    1. Heureusement que je suis passé là ce matin, et d'une ton nombre qui n'en finit pas me rapelle que Zoé m'avait laissé un travail que je n'ai point encore fait, et de deux je leur avais acheté deux pots de nutella en promo pour emmener au ski ... j'allais oublier toussa!:)
      Vite, au boulot!!

      RépondreSupprimer
    2. Un frigo vide, c'est angoissant : et si je mourrais de faim ? Que la femme préhistorique alerte son mari qu'il n'y a plus de mammouth au frais dans la grotte, d'accord. Mais nous, êtres suprêmement intelligents et évolués dotés d'une CB, n'avons aucune raison de nous en faire. Et pourtant, un frigo vide, c'est angoissant...

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Interessant... allonge toi donc là et raconte moi tout. Tu peux garder tes vêtements, petit canaillou :-)

        Supprimer
    3. Et des croquettes pour l'invité ? Non ? Ce serait pourtant de circonstance...

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. J'avais prévu un autre menu. Cela dit tu me donnes des idées pour les jours prochains.

        Supprimer
    4. Réponses
      1. Voilà ce que c'est que d'écrire un billet à une heure du matin !

        Supprimer
    5. Je n'aime pas mais alors pas du tout les frigos vides. Il y a des trucs comme ça...
      biz

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Si c'est le mien, cela ne me dérange pas trop : je sais que les placards sont pleins de réserves :-) Chez les autres en revanche, cela peut me mettre mal à l'aise.

        Supprimer
    6. Le frigo, c'est comme ma ville, j'en aime le monochrome que d'aucuns trouvent austère. Alors, forcément, chez moi, il est souvent vide, j'ai la phobie du frigo plein, celui qui dégouline dès qu'on en ouvre la porte... Et pourtant, je ne meurs jamais de faim, il y a à manger partout dans ma maison... sauf dans le frigo, qui ne remplit effectivement sa fonction que très "minimalistement". Et, sans être mathématicienne à l'image de ton ami Pascal, j'aime bien surfer sur le vide qui laisse place à tant de pensées, pour sortir du néant, surtout s'il est sartrien...

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. C'est rigolo ces différences de perception de l'un à l'autre !

        Supprimer
    7. J'attire ton attention sur deux points minimes, mais intéressants à mon sens (retors) :
      1/ dès les années 30/40, un certain Dirac -anglais taciturne autant qu'inventif- formula l'hypothèse que le vide quantique est essentiellement plein. Plein comme une œuf, même : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mer_de_Dirac
      Ce qui laisse ouverte la question (mais pas le frigo) du rapport au vide quantique du réfrigérateur.
      2/ les frigos sont de belles machines, qui appartiennent à la merveilleuse famille des machines thermodynamique. Ça ne crée pas du froid un frigo, ça utilise l'énergie (électrique) pour pomper la chaleur dedans, et la recracher dehors. L'opposé d'une pompe à chaleur, qui pompe la chaleur dehors pour la recracher dedans, et l'inverse d'un moteur thermique, qui fait de l'énergie (mécanique) à l'aide de la chaleur qui passe du dedans vers le dehors. (http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/physique/phys/bts-main/Thermo7/cours7.htm)
      Moi, ça ne me laisse pas froid.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Quand je disais que le vide ne laissait pas indifférent !

        Supprimer
    8. Heu! Je déments formellement l'assertion par laquelle un frigo n'est jamais entièrement vide! LE MIEN l'est de temps à autre, mais rien de rien; Même pas une bouteille de champagne, généralement d'ailleurs c'est le signal!

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. "Je démenTs".

        Merci Pascal, c'est que je cherchais ;-)

        Supprimer
      2. Oui oui, il y a un minimum syndical tout de même :-)

        Supprimer
    9. Une OPA sur la croquette, ça sonne bien, ça :-D

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Je suis pas sûr que l'idée soit bonne. J'en parlerai à l'ami Davy...

        Supprimer
    10. Et bien pour ne me ralier a personne sur ce sujet , le frigo est pour moi un mai et également le pire de mes ennemis.

      J'aime a le voir plein alors que la taille du miens serait plus appropriée a une famille de 15 enfants et pourtant quand il est vide j'arrive toujours a y trouver quelque chose qui me plaise alors quand il est plein je file chez le traiteur de toute urgence pour me préparer un repas.

      Je l'aime tellement qu'il m'arrive d'aller le voir la nuit de lui parler et depuis peu je parviens a ne plus l'ouvrir passé 23 heures parce que j'ai trouvé qu'il était plus raisonnable de ne plus le prendre pour un confident.

      Je dois avouer qu'il m'arrive meme d'acheter des aliments pour leur couleur parce qu'ils seront jolis sur la rangé du bas et parce qu'il s'accorderont parfaitement avec la salade

      C'est mon seul coté Artiste..

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Tu vas rire, il m'arrive de faire la même chose pour le choix de certains aliments : par couleurs :-)

        Supprimer
    11. mon dieu c'est affreux, je crois que je n'ai pas d'avis sur le taux de remplissage de mon frigo. Je me disais bien que quelque chose n'allait pas chez moi.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Heureusement je suis là pour poser les grandes questions existentielles !

        Supprimer
      2. Joss, merci ! J'hésitais à en dire autant, mais la peur de l'ostracisme me figeait...

        Surtout quand je pense que depuis plus d'un an, mon frigo ne contient que de l'alcool. Et du lait. Du coup, son taux de remplissage est stable. Ce qui ne m'empêche pas de l'ouvrir souvent, au cas où quelquechose aurait changé. Genre si quelqu'un l'avait ouvert pour y mettre un truc en mon absence. Hum.

        Supprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !