27 février 2012

Je vais bien, tout va bien

21 commentaires
Cela doit faire un bon bout de temps, peut être plusieurs années, que je n'ai pas pu dire ou écrire que je vais bien. Vraiment bien. Pas d'angoisse particulière, pas de stress inutile, pas d'épée de Damoclès au-dessus de la tête. Ma vie est un petit ruisseau de montagne, vif et tranquille à la fois, qui serpente entre les pierres et s'écoule au grès de la douceur des jours, au jour le jour.

C'est une sensation assez étrange que de redécouvrir le temps qui passe et de pouvoir apprécier le temps que l'on a pour soi. Ce dernier week-end en fut une nouvelle occasion. D'abord une agréable soirée avec quelques blogueurs zé blogueuses, puis la visite d'un pote venu s'exiler à l'ombre du Capitole, un déjeuner en ville, puis un autre sous le premier beau soleil de l'année. 
Hier j'ai profité de la fin d'après-midi pour remettre mes balcons en état après les ravages de la morte-saison et du gel qui a grillé mon bel oranger tout en fleurs. J'espère qu'il va repartir... En tout cas, la clématite et la vigne montrent déjà des signes de vie sous la forme de gros bourgeons qui ne vont pas tarder à éclore. Dans leur pot en terre, les jonquilles s'étirent de tout leur long avant que leurs corolles d'or ne parsèment l'air de fragrances fauves. Le plaisir des petites choses...

20 février 2012

11 Choses et des poussières...

17 commentaires
Pffffffff... Deef m'a tagué pour une chaîne. Il y  en a qui ne savent vraiment pas quoi raconter sur leur blog, j'vous jure ma brave dame ! L'insolent me demande de répondre à 11 questions navrantes, mais drôles. Comme je suis de bonne composition, et prince parmi les Seigneurs hop, je me lance dans le marathon des questions.
Tout d'abord, un petit rappel des règles pour ceux qui n'auraient pas tout suivi, mais aussi pour les suivants (hu hu hu) :

1 – Vous devez publier les règles,
2 – Faire 11 révélations à votre sujet,
3 – Répondre aux 11 questions du blogueur qui vous a tagué puis créer 11 nouvelles questions destinées aux personnes que vous taguez,
4 – Choisir 11 blogueurs et insérer un lien vers leurs blogs dans votre billet,
5 – Vous rendre sur leurs blogs afin de leur dire qu’ils ou elles ont été tagués,
6 – Ne pas les taguer sans les prévenir,
7 – Taguer obligatoirement 11 personnes.

C'est parti mon kiki !

1. Qu’est-ce qui vous démange ?
J'ai la guitare qui me démange,  alors je gratte un petit peu. Ça me soulage et ça s'arrange mais ça fait pas très sérieux.  Pardonnez-moi, c'est très étrange, ça me prend là où ça veut.  C'est la guitare qui me démange, alors je gratte un petit peu.

2. Avez-vous déjà fait l’amour en avion ? (Si oui, développez : pourquoi, quand, avec qui, combien de fois, était-ce plus orgasmique qu’ailleurs ? Si non, développez quand même).
Non, jamais. Déjà que j'ai du mal à m'installer entre deux sièges sans avoir les genoux en compote, je vois mal comment je pourrais faire des galipettes dans un endroit aussi exigu !

3. Au secours, êtes-vous laide ?
Ça va, je me plains pas trop. Je suis assez loin de me taper un 10/10 au laideronnômètre !

4. Irez-vous voter en 2012 ? Pourquoi ?
Oui, j'irai voter. Par devoir, par envie, par conviction !

5. Avez-vous encore des rapports sexuels ?
Oui, et toi connasse ?

6. Quelle est votre plus grande peur ?
Qu'il n'y ait plus de café moulu dans mon placard le matin lorsque je me réveille. Oué, j'ai de graves préoccupations dans la vie.

7. Avec ou sans la langue ?
Avec !

8. Quel est le pire gros mot que vous connaissez ?
"Diantre". Ou peut être "Bigre"... Ça tue sa mère à coup de pioche non ?

9. Faites-vous l’étoile ?
Non, je préfère faire le 2 pour dire que je suis satisfait d'avoir fait le 1 parce que j'avais tapé 4.

10. Le sexe : avec ou sans poils ?
Soyons précis... J'aime bien les mecs un peu velus, certes. Mais je déteste avoir un "seuveu" sur la langue ou coincé entre les dents :D

11. La réponse est 42 : trouvez la question.
Quel nombre forment les 92e et 93e décimales de µ ?

* * *

Ha mécépatou !!! Car voyez-vous, le double effet Kiss Kool, ou effet Pec Citron "même quand il n'y en a plus, il y en a encore", a frappé : voilà-t-y pas que le petit Flavien m'a également tagué pour la même chaîne et ses onze huit questions ! C'est à croire qu'il s'agit d'un complot inter-blogueurs... Moi je dis que tout ça se paiera un jour ou l'autre... Alors, réponses en folies, acte deux :

1bis. Que serait pour toi un monde sans électronique ?
L'enfer.

2bis. Tu prends ta douche le matin ou le soir ? (le matin pour les autres, le soir pour la propreté, les deux pour le perfectionnisme)
Généralement le matin. Quand je fais du sport je me douche aussi au moment.

3bis. A quelle personne célèbre aurais tu aimé dire Papa, ou Maman, ou Mon enfant ?
De personne. Demande un peu à Luke Skywalker ce qu'il en pense !

4bis. Tu crois que Madonna Lady Gaga et Jeanne Mas sont has-been ? (Une seule réponse par oui ou non).
Non (hélas pour les unes, heureusement pour l'autre).

5bis. Si tu devais obligatoirement habiter à la campagne, quelle région de l'univers, de la terre, ou de la France choisirais tu ? Pourquoi ? (si tu trouves la question trop longue tu switches avec : « quel est le sens de la vie? »)
En France ce serait certainement le Tarn ou l'Aude. A l'étranger, l'Argentine ou l'Italie.

6bis. Que ferais-tu de ton gain au loto?
Tout dépend du gain. S'il est assez important : je finis ce que je suis en train de faire sans me soucier de fric, puis je me casse à l'étranger pour quelques années, histoire de vivre une vie de princesse all inclusive. S'il est plus modeste, je mets un peu de beurre dans les épinards et garde quelques noisettes de côté pour les beaux jours.

7bis. Quelle qualité préfères-tu chez ceux que tu aimes ?
Leur humour et leur vivacité d'esprit.

8bis Qu'est-ce que tu vas faire là, juste après ?
Sûrement bouquiner un peu.

 * * *

Dans la logique des choses, c'est à moi de poser 11 questions. Les voici : 
  1. Qu’est-ce qui te démange ?
  2. Iras-tu voter en 2012 ? Pourquoi ?
  3. On mange quoi ce soir ?
  4. Rat des villes ou rat des champs ?
  5. Que serait pour toi un monde sans électronique ?
  6. Quel est le parfum de ton gel douche ?
  7. Dans ton évier, là, maintenant, il y a quoi ?
  8. Chèque ou CB ?
  9. Le dernier morceau de musique que tu as écouté aujourd'hui, c'était ?
  10. Laura Ingalls, c'était quand même une belle connasse, non ?
  11. Le facteur sonne toujours deux fois. Et toi ?
Et les heureuses victimes sont : Loup, FalconHill (qui m'avait tagué la fois dernière.. gniark gniark gniark...), Charly, Nekkonezumi, Gayculte, François, L'Azimutée, Trois point zéro, Sandrine, Ennairam, et last but not least : Joss. Inutile de me remercier, tout le plaisir est pour moi !

15 février 2012

La photo du mois : "Mon rêve serait "

42 commentaires
Bonjour tout le monde ! Nous sommes le 15 Février, fête de la Saint Claude, mais surtout jour de La photo du mois ! Comme chaque mois, un groupe de blogueurs réalise une photo en fonction d'un thème donné à l'avance. Toutes les photos sont publiées sur les blogues respectifs des participants, le 15, à midi, heure de Paris.
Ce mois-ci le thème a été choisi par 100Drine qui nous propose de plancher sur : " Mon rêve serait ".
Comme mon Blog parle de "Rêver d'Ailleurs", le thème que j'ai choisi pour Février 2012 est : "Mon rêve serait..."
Par là, vous êtes libres de mettre en image le rêve d'un moment, d'un jour, d'une vie... ou même votre rêve de la nuit dernière ! Plus c'est fou, mieux ce sera (enfin dans la limite du raisonnable bien sûr...).
Très sincèrement, j'ai énormément galéré pour ce thème. Pour plusieurs raisons. D'une part je suis un éternel rêveur, toujours un orteil dans la lune et le nez dans les étoiles. J'ai donc beaucoup de rêves, plus ou moins fous mais aucun qui me tienne plus à cœur qu'un autre. La question du choix fut donc cornélienne. D'autre part, le rêve représente l'inaccessible, ce que l'on n'a pas, ce que l'on n'est pas, et que l'on aimerait être ou posséder. Comment alors représenter cette absence ? 
Du coup, le salut est venu en fouillant dans mes archives photos. Un cliché fait à la volée, un matin d'avril 2008, dans un pays lointain. Un rêve de voyage :


Il s'agit d'une photo faite à Guanajuato, lors d'un mémorable voyage au Mexique en avril 2008 avec mon meilleur ami. Mon premier grand voyage, qui me laisse des souvenirs impérissables. Le Mexique est un magnifique pays dans lequel je me suis parfaitement senti à l'aise, notamment parce qu'il n'y avait aucune barrière linguistique. Et Guanajuato est certainement l'un des plus beaux endroits que j'aie jamais visité et où j'ai très envie de revenir. Tout y est beau : les couleurs, la lumière, la douceur à l'ombre des arbres, les odeurs du marché (dont on aperçoit la sortie dans le coin en haut à droite de la photo), la gentillesse des gens... Je me suis promis d'y retourner un jour et de voyager aux quatre coins du mondes. Voilà l'un de mes rêves.

A quoi rêvent les autres blogueurs de la photo du mois ?
Allez le découvrir chez eux : 100driiine, 4 petits suisses dans un bol de riz, A&G, A&Y, Agnès, Alexanne, Anaou, Anne, Anne Laure T, Anne-Cécile, Aparça, Aude, Ava, Babou, Batilou, Bestofava, Blogoth67, Boopalicious, Carnets d'images, Caro, Carole In England, Caroline, Cathy, Cekoline, Céliano, Céline in Paris, Champagne, Cherrybee, Chris et Nanou, Cindy Chou, Clara, Claude, Clem et Cha, Coco, Cocosophie, Cricriyom from Paris, Cynthia, Dorydee, Dr CaSo, E, Edegan, Eff'Zee'Bee, Emi London, Emily58, Emilyinfrance, Emma, Fabienne, Fanny et Vincent, Florian, florianL, François, Frédéric, Galinette, Gilsoub, Gizeh, Grignette, Guillaume, hibiscus, Hugo, Isabelle, J'adore j'adhère, Jean Wilmotte, jen et dam, Julien, Karrijini, Kia909, Krn, Kyn, Kyoko, La Fille de l'Air, La Flaneuse, La Madame, La Nantaise, La Papote, La Parigina, LaGodiche, L'atelier azimute, Laure, Lauriane, L'Azimutée, Le Mag à lire, Le-Chroniqueur, Les Maudits Expats, Les voyages de Lucy, Les voyages de Seth et Lise, Leviacarmina, Lhise, Louiki, Loutron glouton, Lucile et Rod, Lyonelk, M, Ma, Madame zaza of mars, magda627, Mamysoren, Mandy, Manola, Marion, M'dame Jo, Meyilo, Mgie les bons tuyaux, Narayan, Nataru, Nathalie, Niwatori, Nomade57, Noon, Nora, Nous4auQuébec, Ori, Où trouver à Montréal ?, Pitch, Quelbazar, Renepaulhenry, Sébastien, Sephiraph, Shandara, Sinuaisons, Soiz, Sprout©h, Stephane08, Stéphie&lesCacahuètes, Surfanna, Suzie, Tam, Tambour Major, The Parisienne, Thib, Titem, Ty, Une niçoise, Urbaine, Urbamedia, Vanilla, Vinie, Violette, Viviane, Voyagesetc, Xavier Mohr, Zaromcha,

Vous désirez participer à La Photo du Mois ? Rien de plus simple : connectez-vous sur Facebook et rejoignez-nous. Une question ? Contactez Olivier.

12 février 2012

Cauchemar sur pattes

43 commentaires
Il n'y a pas à dire : avoir un chat c'est super cool. Depuis maintenant sept mois que je vis chez l'un d'entre eux, j'ai pu goûter les joies félines des ronrons sur le canapé, les séances de gratou-gratou avant d'aller se coucher, ou encore les parties ultra régressives de cache-cache et autre coucou-le-chat à travers tout l'appartement. Ceux qui partagent la même situation que moi savent exactement de quoi je parle. Gaudi et moi nous entendons très bien, j'adore mon chat, et non pas seulement parce qu'elle est le plus beau chat du monde, et mon chat m'adore, parfois façon pot-de-colle.

Avoir un animal domestique, c'est adopter une bestiole vivante, dont il faut s'occuper, qu'il faut nourrir, soigner. Vous me permettrez d'insister sur le terme vivant. Le vivant, la vie, cette chose que l'on ne comprend pas vraiment, cette force qui anime les être et les conduit, par tous les moyens possibles, à perpétuer l'espèce. Hé oui, avoir un animal vivant c'est aussi accepter que quelqu'un d'autre que soi puisse avoir une vie sexuelle dans le foyer. Lorsque l'on adopte un poisson rouge, ce n'est pas bien grave. La sexualité du poisson rouge est assez sommaire et ne dérange personne. Il en va tout autrement de la sexualité du chat...

Gaudi, qui est une minette de compétition, ne fait pas exception à la règle. Elle avait déjà connu quelques soubresauts hormonaux en août. Rien de bien dramatique, cela n'avait duré que quelques petits jours. Cette fois-ci, c'est plus sérieux. Tout a commencé insidieusement : des câlins et des ronrons un poil plus insistants que d'habitude, puis ça commence à se rouler par terre avant que n'arrivent les premiers "miaou". Pas des miaou de la mort façon troll en rut (le rut du troll Auvergnat peut rendre sourd un éléphant). Non non, rien de tout ça. Juste des "miaou" sirupeux, des "mrrrrrrou" liquoreux, et des "meeow" apitoyés, le tout dans des postures navrantes que seule la haute tenue de ce blog m'interdit de décrire ici.

Cela a d'abord eu lieu durant une pleine semaine voici 15 jours. Et comme un tremblement de terre séisme, depuis 3 jours, c'est la réplique. Des "meow" en veux-tu en voilà que ça n'en finit pas. Inutile de demander Putain mais pourquoi tu fais "miaou" le chat ? Kessia kivapa à la fin ? La réponse saute aux yeux. En soi, ces "miaou", "mrrrrrou" et autre "meow" ne sont pas tellement gênants le jour. La nuit en revanche, c'est insupportable.

Car cela ne s'arrête jamais.
Jamais...
Jamais.
Le chat devient votre pire cauchemar.


Au secours j'ai la chatte en chaleur, et je n'en peux plus !


Un rendez-vous chez le véto s'impose... 

7 février 2012

Comme un vent frais sur la Garonne

17 commentaires
Au début, je ne m'en étais pas rendu compte. Je n'avais pas perçu la réalité de tous les bouleversements qu'allait produire ma soudaine libération, après des années d'oppression. Se lever, y penser, s'y mettre, faire une pause café pour fuir un tout petit peu, aller au cinéma et se dire que peut-être l'on n'aurait pas du, culpabiliser pour un rien en songeant que l'on aurait peut être mieux à faire....
On me l'avait pourtant dit : "Après ça, va commencer le premier jour du reste de ta vie". Cette jolie phrase m'était apparue comme une pure abstraction.

Les choses se font progressivement tant je ne perçois pas encore toute l'étendue des possibilités qui sont désormais à ma portée. Je me sens un peu comme un prisonnier qui sortirait d'une longue peine d'enfermement et qui réapprend peu à peu la liberté. C'est étourdissant et extrêmement excitant. Cela peut vous sembler tellement banal. Car au fond je ne fais rien d'autre que reprendre une vie normale...

Depuis maintenant quelques jours, je revis. Vraiment.
Je fais des choses qui me plaisent, ma vie sociale connaît un second départ après une longue traversée du désert. Ce week-end, j'ai même rebranché la vieille Game Cube qu'un pote m'avait prêté, et joué à Zelda pendant des heures, chose que je n'avais pas faite depuis.... pfiou ! je ne saurais même pas le dire.

Agir sans culpabiliser, sans cette pression sournoise qui teintait de grisaille tout ce qui aurait pu être des instants parfaits. Aller au cinéma, sortir dîner, flâner le nez au vent, le cœur et l'esprit légers.

(Toulouse sous la neige, 7 février 2012)

Un grand vent d'air frais souffle sur la Garonne.
Le vent du changement, le vent du renouveau.

Et cela fait un bien fou.

3 février 2012

Un cadeau qui fait un tabac

14 commentaires
Fumer ne m'a jamais vraiment intéressé et j'ai traversé toute mon adolescence sans flirter avec la nicotine. J'ai dû cramer ma première clope il y a deux ans je crois. Je ne sais plus vraiment comment ni pourquoi je suis passé à l'acte. Une part évidente de stress je pense. Une part pour faire comme tout le monde je crois aussi. Un soir, besoin de décompresser, un pote qui fume à coté de moi, "tiens passe m'en une", regard incrédule, le petit rouleau inséré entre mes lèvres, un coup de briquet, et c'était parti. Personne ne m'a vraiment poussé, tout s'est fait de ma propre initiative.

S'il peut m'arriver de griller exceptionnellement une clope piquée à un pote, je ne me considère pas comme un fumeur. Une par-ci, une par-là, sans régularité, tout en sachant que ce n'est pas la meilleure idée qui soit. Cette consommation tout aussi sporadique qu’homéopathique ne me fait pas me considérer comme un fumeur, un vrai, un qui achète son paquet de clopes, a toujours sur lui un briquet et s'intoxique les bronches à la première occasion. Je n'ai d'ailleurs jamais acheté un paquet de cigarettes. C'est une activité de je réserve à certains moments et qui ne se pratique qu'en présence de fumeurs invétérés, et pour cause. Aussi, quelle ne fut pas ma surprise de me voir offrir, à l'occasion d'un heureux événement universitaire, quatre très beaux cigares de Havane, à l'abri dans une jolie boite en bois.

J'ai déjà eu l'occasion de fumer le cigare. Pour le nouvel an d'abord, puis quelques jours plus tard pour célébrer un heureux événement. Un bon gros cigare. Avec une flûte de champagne bien frais. Ce fut un agréable moment qui m'a procuré une satisfaction à peu prés égale à celle que me procure la dégustation d'un très bon whisky généreusement tourbé. Je ne sais comment le décrire. Toujours est-il que j'ai aimé ça et je sais que je renouvellerai certainement l'expérience, à un moment qui s'y prêtera.

Pourtant, jamais il ne me serait venu à l'idée que l'on puisse m'offrir du tabac, à moi, qui ne fume quasiment pas. J'avoue avoir été un peu décontenancé. Aussi, lorsque j'ai déchiré le papier, découvert puis ouvert la boite, ce sont deux sentiments totalement contradictoires qui se sont entrechoqués : de la joie mêlée d'une sorte de malaise, comme si l'on m'encourageait à la faute.

Pour l'instant ils dorment dans leur boite, bien à l'abri dans un petit sachet étanche qui préserve leurs arômes, en attendant que le moment vienne. Car j'ai bien l'intention de les fumer un jour ou l'autre ces quatre cigares. Ce serait dommage de gâcher !