26 janvier 2013

Réalité familière

Presque cinq mois que je suis en Argentine. Cinq mois. Dans quelques semaines sonnera l'heure du grand retour. Enfin, ou déjà, je ne sais pas trop. Certaines choses me manquent un peu, j'y pense parfois avec une douce et heureuse nostalgie. Je me suis attaché à d'autres qui font désormais partie de mon quotidien et qui, je crois, me manqueront une fois rentré à Toulouse. 


Il y a quelques heures, j'ai feuilleté mes photos, en commençant par celles prises lors de mon arrivée ici. Je me souviens exactement de l'excitation de ces premiers instants.

En revoyant ces photos j'ai à nouveau ressenti très précisément l'émotion intacte de mes premiers pas dans Buenos Aires, cette grande ville dont je ne connaissais rien et pour laquelle chaque mètre parcouru révélait de nouveaux attraits : l'Avenue 9 de Julio et son obélisque, la Casa Rosada, cette rue dont je ne sais toujours pas le nom et dans laquelle j'avais craint de m'être égaré, ce quartier non-loin de Puerto Madero qui me semblait à l'époque au bout du monde et dans lequel j'avais peur de m'aventurer par crainte de ne plus savoir rentrer chez moi, alors qu'il est en réalité tout proche et que je le connais aujourd'hui comme le fond de ma poche. 


Oui, c'est une sensation assez étrange que de revoir ces photos et de me dire que tout ce monde naguère inconnu m'est aujourd'hui parfaitement commun. Ma vie ici, qui s'est faite à son tour presque ordinaire...


14 commentaires:

  1. bientôt de retour ? tu es sûr de vouloir rentrer ? parce qu'ici, c'est pas la joie..lol
    bisous et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas trop le choix... Et puis ici non plus, à certains égards, ce n'est pas non plus la joie même si cela ne m'affecte pas directement.

      Supprimer
  2. Très bel immeuble vu de dessous ! Fais-le plein de souvenirs, c'est bon à savourer ensuite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé bien figure toi que l'autre jour en prenant des photos de cet immeuble, un monsieur s'est arrêté et s'est exclamé "Le château de Dracula ! Le château de Dracula !".
      L'édifice est assez bizzare, de style plutôt tourmenté mais j'adore. Le soubassement abrite des galeries commerciales.

      Quant aux souvenirs, chaque week-end en apporte de nouveaux...

      Supprimer
  3. rentre vite pour la manif alors!!:)

    RépondreSupprimer
  4. Là, Bow-window rime avec wow !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'immeuble a - je crois - un frère jumeau à Montevideo. J'espère avoir le temps d'aller vérifier de moi même :)

      Supprimer
  5. Tu auras une période perdue en rentrant, c'est certain, on ne vit pas 6 mois d'ailleurs sans que ça laisse des traces (surtout que tu as vraiment pris un bon bain, j'ai l'impression :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca va laisser des traces, c'est sûr. Pour le moment vivons dans l'insouciance sans nous préoccuper de demain.

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Hé oui. Et même un peu plus depuis notre Montreuil des Blogs !

      Supprimer
  7. Le retour risque d'être terriblement difficile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'attends à un bon coup de cafard... On verra bien le moment venu.

      Supprimer

Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.
Ce billet vous a plus ?
En mon absence vous pouvez laisser un commentaire grâce au magnifique formulaire gracieusement mis à votre disposition.

Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

1) Ecrivez votre petit mot doux dans le magnifique formulaire de saisie ci-dessus.
2) Sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
Sinon passez directement à l'étape suivante.
5) Cliquez sur Publier.
6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

Elle est pas belle la vie ?

Merci de votre visite et à bientôt !