14 janvier 2013

Réminiscences et nostalgie

Nous nous sommes revus ce week-end. Malgré mon enthousiasme premier et l'envie de me trouver à nouveau à ses côtés, certains doutes me titillaient. Il me restait de lui le souvenir d'une soirée formidable. Qu'en serait-il quelques jours plus tard ? Me plaisait-il tant que cela après tout ?

Il est arrivé samedi en début de soirée. Sitôt que j'ai revu son visage, son sourire incroyable et ses grands yeux pétillants, l'évidence que ce garçon me plaît vraiment m'a envahi tout entier. Oui, définitivement, je sais désormais avec une absolue certitude ce qu'il me faut chez un garçon pour fondre littéralement. A vrai, dire rien n'a véritablement évolué depuis mon premier amour.

Je n'ai pas pu attendre longtemps avant de l'embrasser. Sitôt la porte de l'ascenseur fermée et la cabine élancée vers le dernier étage, mes lèvres frôlaient les siennes tandis que ses bras m'enlaçaient. La soirée fut belle, la nuit douce, le matin merveilleux...

Nous avons passé toute la journée de dimanche ensemble, à Tigre, une jolie ville portuaire sur le fleuve Parana, au nord de Buenos Aires. Nous nous somme promenés à l'ombre des allées bordant le fleuve, nous avons discuté, nous avons ri, mille fois je me suis étourdi  dans son regard. Bien évidemment je n'ai pas été insensible au contact de sa main caressant ostensiblement la mienne lors de cette balade en bateau sur l'estuaire. Pour la première fois de ma vie je ne me suis pas senti gêné par cette marque publique d'affection, au contraire. Sûrement parce que, avec lui, je me sens en paix avec moi-même. 


Il est reparti hier soir très tard, après que nous nous sommes longuement embrassés et promis de rester en contact. Ce matin mes lèvres sont encore imprégnées de ces réminiscences, et mon esprit est ailleurs...

Mon agenda des prochaines semaines ne me permettra pas de le voir avant un long moment. Peut-être trois semaines. D'ici-là, m'aura-t-il oublié ? Voudra-t-il encore de moi ?


Quelqu'un m'a dit un jour que la nostalgie est un élément indispensable dans un voyage : c'est elle qui suscite la joie du souvenir et le désir de repartir. La nostalgie, ce "désir d'on ne sait quoi" selon de Saint-Exupéry...

Si jusqu'à présent je ne voyais pas trop quelle nostalgie je pourrais retirer de Buenos Aires, je peux vous assurer qu'il n'en n'est plus rien...

8 commentaires:

  1. il faut parfois aller très loin pour trouver un bel amour, alors, profites en bien , bises

    RépondreSupprimer
  2. La nostalgie du présent, c'est le titre d'un billet que je vais finir par écrire et je penserais à toi à ce moment-là

    RépondreSupprimer
  3. Une journée plein de soleil dans un magnifique endroit pour une belle histoire!

    RépondreSupprimer
  4. t'as l'air d'être heureux là-bas,il suffit juste de faire venir ton minon pour que le bonheur soit total!!

    RépondreSupprimer
  5. Et dans 3 semaines, il sera encore la à t'attendre ;)

    RépondreSupprimer
  6. Tu te sous-estimes.
    Je trouve toujours émouvant,les petits gestes d'affection qu'échangent les amoureux. ^^

    RépondreSupprimer
  7. Tu sais tous les mots que je voudrais savoir écrire....

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

Ce billet vous a plus ? Il vous fait réagir ?
En mon absence vous pouvez laisser un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
Sinon passez directement à l'étape suivante.
5) Cliquez sur Publier.
6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

Elle est pas belle la vie ?
À bientôt !