• A propos
  • Me contacter
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • L'Oiseau Bleu
  • Vine
  • 14 janvier 2014

    Relax, nothing is under control

    Tout est parti de ces cinq petits mots : Relax, nothing is under control.

    Longtemps j'ai cru pouvoir tout contrôler, tout maîtriser, tout appréhender, essayer de tout comprendre, tout analyser, tout anticiper, au prix d'efforts continus, épuisants, vains.
    Une soif de totalité absolue confinant à l'obsession, source de bien inutiles tourments et de frustrations abyssales.

    Rejetant les concepts divins et déterministes, et quoique n'excluant pas l'idée séduisante et rassurante des conjonctions heureuses, prendre progressivement conscience - facile me direz-vous -  que non, on ne peut pas tout contrôler de ce qui nous arrive, fut le point de départ d'un vague sentiment de frustration mêlé de vertige.

    Si je ne suis pas le maître absolu de ma propre vie, alors qui tient la bride ?

    Étrangement ce sont ces dernières semaines qui ont le plus donné de grain à moudre à mon moulin astral.

    À quelques jours d'un grand départ, vaste chamboulement dans ma petite vie, je réalise le puits d'incertitudes dans lequel je m'élance. Croire que je pars en ayant parfaitement réglé chaque détail est une grossière erreur. Beaucoup de choses devront et ne pourront se régler qu'une fois sur place, les mains dans le sirop d'érable. Dire que je contrôle quoi que ce soit serait un berceau d'illusions !

    Relax,
    Nothing is under control.

    J'aime beaucoup cette phrase. Je me le répète souvent en ce moment, face à un stress grandissant et à des nuits aux rêves quelque peu perturbés.

    Relax, se laisser totalement faire... jeter l'éponge de la volonté et subir passivement les événements ? Certes non.

    Cette question est entré en résonance avec un passage de Vertiges de Lionel Duroy que j'avais lu en diagonale il y a quelques temps :

    "Il faut faire quelque chose de ce qui nous arrive, Maria, il faut s'en emparer et en faire quelque chose, c'est cela vivre, ça se résume à cela finalement, faire quelque chose de ce qui nous arrive, sinon on reste là au bord du chemin, comme une bête apeurée, et on n'a plus d'autre choix que de crever"
    [Lionel Duroy, Vertiges]

    Des risques. Voilà, des risques. Je prends des risques. Ho, je ne m'élance pas sans filet ni filin de sécurité. Et puis j'essaie de me préparer à pouvoir surmonter les obstacles qui voudront bien surgir devant moi, et je sais qu'il y en aura, des déconvenues, des tours de passe-passe dont l'administration conserve jalousement le secret, des imprévus cataclysmiques qui me donneront envie de traverser l'atlantique à la nage et de vite venir me réfugier dans les jupons de ma mère.
    Je ne dis pas que cela arrivera, je sais seulement que la probabilité pour que tout ne sois pas simple est loin d'être nulle.

    "C'est cela vivre, ça se résume à cela finalement, faire quelque chose de ce qui nous arrive..."
    Relax.

    Il y a quelques temps, quelques années, cela m'aurait probablement découragé. Trop d'efforts, trop de compromis, trop d'insécurité quant au résultat, pas assez de maîtrise du tout...
    Ou alors j'aurais blindé mon projet pendant 2 ans jusqu'à en contrôler chaque micro-éléments avec la précision d'un horloger suisse, perdant un temps précieux et peut-être aussi toute la saveur aigre-douce de l'excitation et de l'inconnu.
    "C'est cela vivre..."
    Nothing is uder control.

    Non, on ne contrôle rien, ou pas grand chose en définitive.
    Je ne sais toujours pas si cela est rassurant ou terrifiant.

    J'apprends à vivre avec, pour commencer.
    Relax.

    8 commentaires:

    1. Et que devient le chat dans tout ca ?

      RépondreSupprimer
    2. Bientôt la grande traversée ! Je vous souhaite bon vent, et j'espère que vous viendrez fréquemment nous faire part de votre nouvelle vie chez nos cousins du Québec. Tous mes vœux vous accompagnent.
      Et puis, tiens, je mets un lien sur GC, tant vos billets sont dignes d'intérêt.

      RépondreSupprimer
    3. Vas-y, avance. Et tiens nous au courant. Si le sirop d'érable n'est pas trop collant, essaie de revenir à la photo du mois. Bises

      RépondreSupprimer
    4. pour une fois c'est pas moi qui m'inquiète pour le minon!! :) Bon, on avait déjà eu la réponse.....!!

      RépondreSupprimer
    5. Etrange comme cela résonne avec ce que je vis et écris en ce moment. Toi tu lances et moi je suis sur le point de le faire parce que je pense que tous deux nous ne sommes convaincus que d'une chose : si nous continuons à ne faire ce que nous faisons actuellement, alors il ne nous arrivera rien d'autre que ce qui nous arrive actuellement. Alors agissons !

      RépondreSupprimer
    6. C'est petit à petit que l'oiseau fait son nid....le bonheur,Tambour,se construit pas à pas et si «nothing Isabelle under control»,tu verras que les choses se calent quand même bien....
      Au plaisir de te lire...

      RépondreSupprimer
    7. Bonnes aventures et fais-nous part des tes succulentes découvertes ! Un rien est immense ^^
      Comme Mimireliton, au plaisir de te lire :)

      RépondreSupprimer
    8. Cadeau :-) http://kpc.am/1dvKjDP
      Et à demain !

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !