• A propos
  • Me contacter
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • L'Oiseau Bleu
  • Vine
  • 7 mars 2014

    Petit lexique Franco-Québécois à l'usage des débutants - Chapitre 2

    Dans un premier chapitre je vous avais introduit à certaines subtilités du parler-vrai québécois à travers quelques notions de vocabulaire typiques d'ici.

    Aujourd'hui je vous propose d'explorer plus avant la culture québécoise à travers un élément absolument indispensable à quiconque désire comprendre et se faire comprendre dans la Belle Province : les jurons.

    Au Québec on ne jure pas, on sacre... En effet les principaux jurons reposent en grande partie sur un détournement éhontément jubilatoire du vocabulaire liturgique. Le résultat est assez musclé, comme vous pourrez en juger tantôt.

    Commençons par choisir un mot innocent et au dessus de tout soupçon, tel que calice. Plaçons un accent circonflexe sur le "a" et remplaçons le "c" par deux "s". Nous obtenons à présent l'interjection Câlisse (prononcer [kôlisse], avec un "a" très ouvert). Câlisse est l'une des interjections de base à connaître absolument.
    Exemple : Câlisse ! On se les gèle à soir...
    Traduction : Sacrebleu ! Que n'ai-je point doublé mes bas de soie pour aller à vêpres...
    Dans ce contexte, Câlisse est synonyme de l'incontournable Tabarnak dont la renommée dépasse largement les contrées du drapeau fleurdelisé

    On ne dit pas Tabarnak à la légère. Il faut y mettre de l'intensité, beaucoup d'énergie et surtout être animé d'une incandescente conviction. Un Tabarnak c'est un cri rauque qui vient des trippes et frappe au visage comme la morsure d'un ours au sortir de l'hiver.

    Un Tabarnak suit une vocalité particulière : on articule bien chaque syllabe en prenant soin d'accentuer la première et la dernière : [Ta - bar - nak !] sinon, c'est un peu n'importe quoi.     
    Exemple : "Tabarnak ! Six piasses pour c't'ostie d'café ?"
    Traduction : "Jarnibleu ! Deux écus pour cet infect breuvage ?"
    On peut aussi faire un Tabarnak bref qui marque l'exaspération. Beaucoup plus serré, il sera prononcé avec la fulgurance d'un orignal au galop.
    Exemple : Là, là, tabarnak tu vas arrêter !
    Traduction : Anémone, il suffit !
    Bien moins musclé mais tout aussi populaire, on peut lui subsituer un Criss, dont on fera soigneusement siffler les "s", ou un judicieux Ostie aux accents gracieusement blasphématoires.
    Et si le coeur vous en dit, laissez libre cours à votre inspiration en ponctuant votre diatribe de l'un quelconque de leurs nombreux cousins tels que Ciboire, Sacrament (sic), Baptême (et sa variante adoucie Baptêche ou Baptince), Étole, Saint-Chrême et d'autres encore. Attention, ils se placent surtout en début de phrase.
    Exemple : "Criss que Didier est con !"
    Traduction : "Pauvre Édouard-Martial..."
    Exemple : "Ostie qu'c'est moche c'qui t'arrive !"
    Traduction : "Diantre que votre mésaventure est fâcheuse..."
    À noter que baptême, étole et saint-chrème sont tout de même un poil vieillots et guère plus employés que par une population d'un certain âge. Certains même pervertissent la châsuble (prononcer "châsub") au service d'une expression populaire de basse extraction...

    Pour approfondir un peu l'usage de Criss et de Tabarnak, sachez qu'ils peuvent aussi s'employer précédés de la préposition "en" : en criss, en tabarnak (parfois travesti sous la forme adoucie de en tabernouche). Ils prennent alors le sens de "très", "beaucoup", "en masse" pour rester couleur locale.
    Exemple : "J'ai bu en criss / en tabarnak à soir..."
    Traduction : "Charle-Henri, je suis complètement pompette..."
    Toujours dans la même veine, Criss peut aussi se rencontrer sous la forme adverbiale Crissement que l'on peut également traduire par "beaucoup".
    Exemple : Tu me fais crissement chier à matin, tabarnak !
    Traduction : Calixte, vous êtes profondément désobligeante de bon matin. 
    À propos de l'expression en criss, l'on prêtera attention à bien distinguer l'interjection sous la forme que nous venons de voir et sa fonction d'épithète lorsque précédé de l'auxiliaire être. En effet, être en criss signifie grosso-modo être très énervé, voire fâché contre quelquechose ou quelqu'un.
    Exemple : "Câlisse, j'ai crissement perdu mon temps à cause de l'autre ostie de cave. Je suis en criss maintenant."
    Traduction : "Morbleu, ce nigaud d'Antoine-Marie m'a fait perdre un temps précieux. Me voici tout courroucé."
    Voilà pour l'essentiel les principales interjections couillues à tendance grassement velue usitées au Québec. Comme en France, il est bien entendu possible de les combiner pour donner un peu plus d'ascendance à son discours.
    Exemple : "Câlisse d'hostie d'ciboire, vas-tu me crisser patience ?"
    Traduction : "Jésus Marie Joseph venez à mon aide, je défaille !"
    Bien, maintenant que vous maîtrisez les jurons sous leur forme d'invective, nous allons voir leurs dérivés sous forme verbale. En effet, certaines de ces expressions sont protéiformes, ce qui enrichit d'autant la palette du vocabulaire. 

    Tout d'abord Câlisse peut devenir le redoutable verbe Câlisser, que l'on peut traduite par "mettre", "jeter", "foutre".
    Exemple : "Câlisse-moi ça aux vidanges."
    Traduction : "Alfonsine, vous voudrez bien nous débarasser de cet immondice ?"
    Câlisser pourra être remplacé à loisir par Crisser, qui a exactement la même signification.
    Exemple : Crisse ton camps espèce d'hostie d'tabarnak !
    Traduction : Déguerpissez donc, hé, fieffé chenapan !
    Quoique ce ne soit pas un sacre à proprement parler, on peut aussi rencontrer le verbe Garocher, de sens voisin mais qui prend davantage le sens de "lancer".
    Exemple : Ostie si tu continues j'vais t'garocher mon verre par la tête...
    Traduction : Monseigneur je vous conjure de bien vouloir cesser sur le champ, sinon vous aurez à en découdre...
    Vous voici désormais armés pour affronter le bon-parler québéquois dans ses plus fines subtilités. À vous maintenant de les faire votres et de laisser travailler votre imagination créatrice.
    Contrairement à ce que l'on pourrait de prime abord penser, sacrer n'est pas l'apanage des parangons de la vulgarité, loin s'en faut. Un bon Tabarnak ! bien senti, et surtout bien placé, cela fait drôlement de bien.
    « Le premier homme à jeter une insulte plutôt qu’une pierre est le fondateur de la civilisation » écrivait Freud. Qu’on se le dise, ostie d'tabarnak !

    14 commentaires:

    1. J'aime beaucoup vos traductions, esti d'câlisse !

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Elles sont fidèles à l'esprit du texte :D

        Supprimer
    2. Le Tambour Major traducteur est foutrement plus drôle que le Google traduction. Je voudrais bien l'avoir en ligne.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Il n'est malheureusement pas disponible sur internet ;)

        Supprimer
    3. C'est fort bien exprimé! Avec toute la verve voulue! Ceci dit, un détail: pour que ça marche, ces jurons, il faut vraiment que ça vienne d'un francophone canadien. Autrement, ça sonne affecté, sinon ridicule. Et le summum du sacrage, bien entendu, c'est lorsque l'on conjugue et que l'on accorde ses jurons dans une phrase, d'une manière que n'arrivent à vraiment faire que les «gars de chantier» et les mécaniciens. J'avais un oncle mécanicien qui avait développé la chose à sa perfection absolue, au point qu'un mot sur trois était un juron. Je vous jure, ça vous en schtroumpfe un bout!

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. C'est vrai que criss est un peu l'équivalent de schtroumpf, en un peu plus gaulois...

        Supprimer
    4. super et savoureux ,maintenant j'attends avec impatience le lexique concernant toutes les choses de l'amour et de cul !!

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Je ne vois pas de quoi tu veux parler =)

        Supprimer
    5. Autre particularité du Québec: un peu comme dans la France d'Ancien Régime, les ministres ne sont pas uniquement responsables de leur département ministériel, mais aussi d'une région du pays.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Si tu vas par là, le Québec compte bien d'autres particularités hors du strict vocabulaire (l'objet du présent billet) mais c'est un tout autre sujet.

        Supprimer
    6. Je viens de passer un moment totalement succulent, j'attendais limite plus tes traductions française que l'utilisations des sacres dans les phrases.

      Du très grand Tambour :)

      Je me permets de le partager sur Facebook, une telle production littéraire se doit d'être partagée :)

      RépondreSupprimer
    7. Génial, j'adore les traductions encore plus que les exemples, je crois. Attention tu as mis un "Tabarbak" dans le 5è ou 6è paragraphe... mais je trouve que ça pourrait se prêter aussi à de belles expressions ! :)

      RépondreSupprimer
    8. Hop, correction faite, merci !
      Tabarbak, je devais probablement avoir faim :)

      RépondreSupprimer
    9. J'ai vraiment bien rigolé en lisant ce billet, les traductions sont chouettes aussi :D J'ai appris à prononcer ces mots avec un peu plus de correction ;-) Etant belge, bruxellois de surcroît, cela m'a fait penser à certaines expressions délicieuses de par chez moi. En tout cas toutes mes félicitations pour ce billet!!! "Ah non peut-être?" (double négation bruxelloise formulée en question, de façon très déterminée, et qui veut dire "ah oui, à coup sur!") Cordialement

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !