• A propos
  • Me contacter
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • L'Oiseau Bleu
  • Vine
  • 12 juin 2014

    Prendre racine

    Déjà plus d'un mois que je n'ai rien écrit du tout ici. À plusieurs reprises pourtant je me suis dit que telle anecdote pourrait susciter l'intérêt ou que tel état d'âme ferait un joli billet qu'il me ferait du bien de relire dans quelques temps. Mais je n'ai rien écrit, du tout, ni même consigné la moindre bribe d'idée dans un quelconque brouillon. Engranger, c'est prévoir, anticiper. Et pour l'instant, il m'est assez difficile de me projeter. Je vis surtout au jour le jour, ma ligne de mire ne franchissant pas le seuil de la semaine.

    La cause de cet état est à rechercher dans l'inconfort de ma situation actuelle qui me sappe les éléments indispensables à un degré minimal de stabilité. Je parle de certaines incertitudes quant à ma situation professionnelle ici. En arrivant au Québec, j'ai dû repasser des examens professionnels pour obtenir certaines équivalences, et je les ai obtenues. Maintenant, et depuis de longues semaines, je suis dans l'attente d'un courrier l'officialisant. Pour ma malchance, des élections récentes ont occasionné un changement de gouvernement, et donc de ministres, ce qui ralentit davantage une machine administrative peu réactive. C'est pénible, et long. Pendant ce temps il m'est bien entendu impossible de travailler, ce qui rajoute une couche d'inconfort à ce magma de nébulosité. 

    Niveau boulot, le milieu semble encore plus hermétique qu'en France. Chaque jour fait s'accroître en moi la désagréable certitude qu'il est difficile de trouver du travail sans être préalablement recommandé. J'ai un peu l'impression de me débattre dans une piscine remplie de chewing-gum : cela ne fait pas mal, c'est doux et moelleux, presque agréable, mais garre à qui ne touche pas rapidement le bord.

    Et pendant que je cherche à prendre racine ici, je vois mon filleul grandir sur les photos que ma mère m'envoie tous les mercredis. Il a bien poussé. Il a une bonne bouille. 

    L'autre jour j'ai planté quelques fleurs dans le bout de jardin qui donne sur la ruelle arrière. C'est joli, cela met un peu de couleur et de gaité au bout de la pelouse. Une manière d'essayer de m'approprier cet endroit, de le faire mien, et, par une forme de métonymie, d'y prendre un peu, moi aussi, mes racines.

    20 commentaires:

    1. Ouais pis le chewing-gum ça épile douloureusement... je souhaite que la chance (et la Force) soit avec toi) !

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. J'invoque l'esprit du grand castor chaque matin avant l'aube en mâchouillant de l'herbe à gnou . Il paraît que ça fonctionne...

        Supprimer
      2. Rajoute un peu de sirop d'érable pour le goût (je pense à toi à chaque fois que je le choisis pour sucrer mon yaourt ;-))

        Supprimer
    2. Pour que pousse ce que l'on sème, prendre patience.
      Je sais. Plus difficile à dire qu'à appliquer.
      Mais tout vient à qui sait tenir la bonne direction.
      Je sais que ton jour vient.
      Et puis j'aime ton écriture...
      Henri-Pierre

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Merci :) Pour le moment je reste confiant même si je n'aurais rien contre un bon coup d'accélérateur.

        Supprimer
    3. bonjour ! il y a longtemps que je ne suis pas venue te voir, dis moi, tu cherches quoi comme boulot ? j'ai plein de cousins au Quebec qui peuvent ( peut-être ) t'aider selon ce que tu cherche

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Coucou :) On en discute par email. Je t'écris bientôt.

        Supprimer
    4. Salut Tambour, ça fait plaisir d'avoir de tes nouvelles. La recherche de boulot se fait par cercle, il faut en parler , en parler , les relations sont importantes dans l'autre pays.
      Mais tout va venir qui s'est attendre, et pour toi cela arrivera, c'est obligé :)
      Le plus important , c'est que tu sois heureux avec la personne qui t'accompagne :)
      A bientôt

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. C'est exactement ce que l'on m'a dit. Je construit peu à peu mon cercle. Cela demande beaucoup d'énergie...

        Supprimer
      2. Tu n'en manque pas .)
        Ton expérience sera reconnue ;)
        Courage

        Supprimer
      3. J'espère que tu as raison. Je commence à perdre courage...

        Supprimer
    5. J'y reviens, ton histoire me fait réfléchir... prendre racine... est-ce que ça a encore du sens au final ? et pourtant j'aime l'idée que l'on reste attachée à un endroit, un lieu, qu'il s'y construit un lien. Je pense que tes racines sont déjà prises :)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Probablement. Mais le sont-elles en raison du lieu ou d'une personne ? A durée égale, et en comparaison, je connaissais bein mieux Buenos Aires que Montréal.

        Supprimer
    6. Un Ours au pays des ours trouvera trouvera toujours qqch à se mettre sous la dent! :)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Je te rappelle que j'ai déjà de quoi me rassasier à ce niveau-là ;)

        Supprimer
    7. même des racines à grignoter! :)

      RépondreSupprimer
    8. Ces textes publiés de manière quelque peu sporadique, sont toujours agréables à lire. Je vous souhaite le meilleur.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Merci ! Ma porte est toujours grande ouverte aux visiteurs :)

        Supprimer
    9. Oui, prends bien racine pour t'épanouir.
      Bises de Nice

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !