• A propos
  • Me contacter
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • L'Oiseau Bleu
  • Vine
  • 20 janvier 2016

    La géométrie, les maths et Monsieur D

    Parmi les nombreux souvenirs que je garderai de mes années de lycée et plus particulièrement de ma terminale, figure celui que j'étais nul en maths.  

    J'avais pourtant bien commencé au collège où mes notes étaient tout à fait correctes dans cette matière, contrairement au sport. Et puis j'aimais assez ça, les maths. Surtout la géométrie. Là, j'étais très bon. Les angles, les propriétés des figures inscrites, tangentes, diagonales, segments et parallèles, j'adorais ça. J'y trouvais même une certaine poésie. Voir, à partir de quelques phrases, se dessiner un tracé complexe de lignes et courbes au sein desquelles s'inscrivaient d'autres motifs aux propriétés particulières. Il y avait là quelque chose de quasi magique.

    La géométrie produisait sur moi le même genre d'enchantement que la physique et la biologie, disciplines dans lesquelles j'ai toujours eu de très bons résultats. Probablement pour les mêmes raisons : donner à comprendre l'essence de certaines choses, un peu à la manière d'un alchimiste sur le chemin initiatique de la Pierre Philosophale du Savoir.

    A cet égard, j'ai certainement eu beaucoup de chance d'avoir eu, au collège, des profs passionnés et passionnants qui savaient transmettre le goût d'apprendre en suscitant notre insatiable curiosité, nous récompenser pour notre travail et nous insuffler ce petit plus qui nous amenait souvent à aller un peu plus loin que nécessaire. Je me souviens ainsi de cette prof de français qui, en 6ème et estimant que j'avais quelques prédispositions littéraires, me laissait tous les quinze jours dans son casier de la salle de des profs, un Stephen King à lire pour mon plaisir personnel, en plus des lectures obligatoires pour les cours. Grâce à elle je découvris des classiques de la littérature d'horreur : Christine, Cimetierre, Ca et bien d'autres encore...

    Je me souviens aussi de cette prof de physique qui, confrontée à mon irrassasiable soif de connaissances, bien au-delà des limites du programme, m'avait prêté tout un tas de revues scientifiques du type de Science et Vie Junior et probablement un poil trop avancées pour mon âge, mais avec plein d'expériences simples à réaliser, telles que construire un thermomètre, créer des cristaux de sulfate de cuivre et je ne sais plus quoi encore, que je réalisais effectivement et que je rapportait régulièrement en classe. Et cette même prof médusée de s'entendre un jour demander par un grand (je l'étais déjà) bonhomme de 11 ans à la fin d'un cours sur l'électricité : "Madame, c'est quoi la masse critique ?".

    Pour en revenir aux maths, je crois que le basculement s'est opéré en seconde. Je ne sais trop comment ni pourquoi. Un décrochage progressif de cette matière qui devenait de plus en plus obscure, à manipuler des concepts et des théorèmes dont je ne percevais ni la finalité ni ne comprenais la logique. Oui, cela a toujours été un défaut chez moi : ne rien pouvoir retenir que je n'aie pas parfaitement et préalablement compris. La mémoire pour la mémoire - et quoique je l'aie assez bonne - n'a jamais présenté d'intérêt particulier, sauf à permettre de replacer des éléments dans un contexte ou de me permettre de contextualiser certaines choses. Une tête bien faite plutôt qu'une tête bien pleine, en somme.

    La situation s'est ensuite aggravée en première, avant de sombrer définitivement en terminale avec Monsieur D, le prof qui hante encore certains de mes cauchemars. 

    Et là fut le point de non retour. 

    Monsieur D était l'incarnation du personnage antipathique. Froid, le sourire glacial, doté d'un sens de l'humour approximatif et très personnel, je ne l'ai jamais apprécié. Lui s'en foutait royalement et je suis à peu près certain qu'il n'en avait rien à foutre d'être apprécié ou pas, par ses élèves ou par quiconque. 

    A l'obscurité grandissante des dérivées et autres formules aussi opaques qu'une stèle de marbre, s'ajoutait désormais le répulsif Monsieur D qui produisait sur moi un spectaculaire effet contre-productif. Il avait ses têtes, et je n'en faisais pas partie. Je ne reçus donc à cet égard pas le moindre encouragement ni la plus petite bribe de compassion qui m'aurait aidé à sortir peu à peu la tête de l'eau et me refaire une santé. Ma moyenne glissait donc inexorablement, absorbée dans les sables mouvants de la relégation au rang des mauvais élèves, malgré mon envie de réussir. Mais rien n'y faisait. Les interminables interros de maths devenaient des séances de torture, chaque cours était précédé de sa série d'angoisses, chaque exercice me plongeait dès son énoncé dans un abysse de perplexité... J'étais nul. 

    Je terminais ma scolarité en décrochant mon bac avec mention, tout en écopant au passage d'un cinglant 7/20 en mathématiques, et prenais ensuite la route de la faculté de droit, laissant Monsieur D et son lycée dernière moi.

    Il devait pourtant encore hanter mes rêves, Monsieur D. Et il furent nombreux les cauchemars d'interros de maths et autres réminiscences de malaises qui vinrent ponctuer mes nuits et me réveiller en sueur, hagard et bêta. Et dernièrement encore, malgré les bientôt vingt ans qui me séparent maintenant de cet âge qui n'était déjà plus si tendre.

    Tout récemment, et donc de nombreuses années plus tard, par l'un de ces hasards incroyables de la vie, je devais rencontrer au cours d'un agréable repas baigné par la clarté du soir, une personne dont j'apprenais qu'elle avait été un collègue de ce Monsieur D et, qu'à ce titre, elle l'avait bien connu. Naturellement, nous avons discuté de nos années lycée, vécues chacun de notre côté du bureau. 

    Je ne saurais dire s'il existe bel et bien une Justice immanente à la Nature et à l'Univers et je ne saurais davantage dire s'il existe un Destin, ou s'il faut croire aux coïncidences.

    Mais toujours est-il que, ce soir là, c'est avec un plaisir non dissimulé que j'entendis mon interlocuteur déclarer, au détour d'une phrase, que Monsieur D était un sale con.

    6 commentaires:

    1. Merci pour ce billet très drôle. C'est le genre de récit qui égaye les mornes après-midis passées à travailler devant son ordinateur. Un plaisir à lire! Comme souvent par ici.
      Qui n'a pas connu le (ou la, ne soyons pas sexiste) prof qui, sans plus de ménagement, classait ses élève dans la catégorie des "nuls". En maths ou ailleurs, rares sont ceux qui n'ont jamais croisé la route de l'un d'eux. Pour ma part, ce n'était pas un prof de maths mais de solfège, Monsieur C., pianiste de son Etat et qui satisfaisait avec une précision toute chirurgicale à la définition du sale con donnée ici. Probablement un jumeau cosmique de Monsieur D. Il a d'ailleurs remporté haut la main la bataille que je menais contre lui et qui s'est soldée par mon arrêt des études musicales. Un regret de tous les jours. Longtemps amère, ce souvenir me renvoie aujourd'hui à l'une des plus belles périodes de mon adolescence. Doublement merci, donc.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. J'ignore si Monsieur D avait un jumeau cosmique prof de musique. Et c'est très con de t'avoir dégoûté ainsi d'un des plus beaux loisirs qui soit... Tu jouais d'un instrument en particulier ?

        Supprimer
    2. Merci aussi et j'y vais de mon anecdote. J'ai quitté le statut de bon élève en maths en seconde par la disgrâce d'un prof terriblement macho tennisman en raybannes au visage de faux beau gosse surbronzé ou passé aux rayons qui ne pensait qu'à épater quelques filles assez connes pour le bader.
      Nous n'avions que mépris l'un pour l'autre.
      Cela joua beaucoup dans mes orientations. Je m'éloignais un temps des maths et je détestais à jamais ce type d'homme...

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Hé oui, la relation prof/élève est beaucoup plus impactante qu'on ne le croit. Il ne s'agit pas que de bonnes ou de mauvaises notes. A un moment de la vie où l'on se construit, la fonction de rejet a des répercussions que l'on ne mesure pas ou dont on n'a alors pas forcément conscience.
        Tu dis que tu t'éloignais "un temps" des maths. Y es-tu revenu ?

        Supprimer
      2. Cette année là je me consolais avec la physique où l'on fait quand même un peu de calcul. J'avais là une vieille prof à la voix rauque, qui fumait sans doute des gitanes, et avait quelque estime pour moi. En première et terminale je renouais avec les maths avec une professeure humaniste très rigoureuse tant dans son enseignement que dans la relation aux élèves mais en prépa j'eus un prof qui vouait un culte inconsidéré à l'étincelle mathématique, sacrifiant les élèves qui en étaient le moins doté sur l'autel de la pédagogie élitiste. J'arrivais cette fois-ci cependant, malgré mon dégoût, à prendre un minimum. J'aimais les nouvelles perspectives comme celle des nombres complexes ou de géométries non euclidiennes... J'ai eu depuis à revenir aux maths plusieurs fois toujours avec curiosité et un certain plaisir.

        Supprimer
    3. Bonjour. Je t'écris car j'apprécie de te suivre depuis que j'ai découvert ton blog, et comme j'aime écrire moi aussi je me suis permis aujourd'hui de te mettre en lien sur mon blog. Ne t'attends pas à avoir un trafic démentiel grâce à moi, mais comme j'étais en train de créer ma page lien (appelé "copains"), il m'a semblé logique de t'y mettre. Merci encore pour tes écrits. David.

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !