• A propos
  • Me contacter
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • L'Oiseau Bleu
  • Vine
  • 19 septembre 2016

    Colères (en réaction à l'alerte attentat du 17 septembre)

    Cela ne m'arrive pas souvent, mais depuis samedi je suis assez furieusement en colère.

    Colère contre des "informations" que j'ai pu voir passer sur mon fil twitter samedi après-midi alors que j'étais afféré à chercher comment vanner un twittos aux grosses patounes et qui me le rend bien :
    "Potentielle prise d'otage à Etienne Marcel selon la police... quartier bouclé - mouvement de panique."

    Potentielle prise d'otage. Décryptée, cette affirmation dégouline de sensationnalisme et la recherche exacerbée du buzz. Potentielle, cela signifie que l'on n'en sait rien, qu'il n'y a aucune certitude, que l'information n'est pas vérifiable ou à tout le moins qu'elle n'a pas été vérifiée. Une information qui n'en est pas une, donc. Une rumeur, un bruit de couloir, un souffle putride au fond d'un chiotte mal nettoyé...

    De la merde.

    Colère parce qu'au moment où je répondais à cette flatulence nauséabonde, le twitt avait déjà fait l'objet de 48 rediffusions, touchant je ne sais combien de milliers de personnes. La panique véhiculée par ce même message indiquant un "mouvement de panique" appelant la panique, je ne sais combien de personnes ont paniqué en le lisant.

    Colère...

    Par la suite, le système Alerte Attentat mis en place par le Gouvernement signalait quant à lui, une intervention policière dans le 1er arrondissement de Paris et invitait la population à se tenir à l'écart. Le message évoquait « une intervention en cours des forces de l’ordre à la suite d’un attentat » près de l’église Saint-Leu. Simple, mesuré, efficace, véhiculant un message rassurant : certes il se passe quelque chose, mais la police est déjà là. Restez loin des lieux en question et continuez à vivre normalement. 

    Les informations devaient révéler, quelques longs instants plus tard, la fausse alerte et l’inexistence de la menace.

    Potentielle prise d'otage, donc...

    Colère ensuite contre ces petits cons qui, comme le relaye le journal Le Monde prétendent être à l'origine de cette fausse alerte.

    D'une part si leur affirmation repose sur l'espoir de récupérer le fait divers pour de la gloriole personnelle et ricaner de leur bonne blague avec leurs potes, c'est vraiment très très con.
    D'autre part s'il s'avère qu'ils ont réellement provoqué la fausse alerte pour faire le buzz et rigoler avec leurs potes, on touche le fond de la bêtise la plus crasse et du degrés le plus haut de l'inconscience égocentrique. J'espère dans cette hypothèse des poursuites judiciaires et une sanction exemplaire...

    Colère enfin contre nous tous, pendus à nos écrans, relayant, amplifiant, absorbant la rumeur et la crainte qu'elle véhiculait. Combien en ai-je lu en quelques minutes seulement sur mon fil twitter pendant que les sites des grands médias demeuraient taiseux ? Pendant ce temps, pris d'un mouvement de cyber panique, de nombreuses rumeurs sur les réseaux sociaux faisaient état de fusillades ou de prises d’otages dans une église, qui se sont révélées bien évidemment fausses, indique Le Monde dans le même article.

    Colère enfin contre nous-mêmes. Par ce que nos réactions démontrent que, quoi que l'on veuille en dire, et malgré nos bon mots, la peur nous tenaille et qu'il suffit d'un petit soubresaut pour faire frémir toute la fourmilière.

    Colère.

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !