• A propos
  • Me contacter
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • L'Oiseau Bleu
  • Vine
  • 22 juillet 2014

    Aller de l'avant - Un an après

    Il y a quelques jours, Aerials33 et Tto discutaient, entre autres choses, de la mort des blogs. Je ne vais pas refaire le débat ni même essayer de le trancher, mais une phrase m'a interpellé de cet échange, selon laquelle le déclin des blogs serait consécutif à une certaine paresse des blogueurs eux-mêmes. 

    Et je dois dire que, me concernant, c'est assez vrai. Certes ce n'est pas l'unique raison, j'en conviens, mais tenir un blog et l'alimenter suppose un certain travail (oserais-je parler d'effort ?) qu'il est bien commode de régulièrement ranger aux oubliettes car, au fond, rien ne nous oblige à bloguer, sinon - dans mon cas - le plaisir.

    En faisant du ménage sur mon blog, je suis retombé sur ce brouillon inachevé. Il remonte à juillet 2013. C'était il y a un an.
    "Je n'aime pas les lendemains de week-end. Ce boisseau d'heures épineuses à l'ambiguité malsaine qui nous partagent entre joie et nostalgie. D'un coté la réminicence moelleuse des moments passés, l'or vibrant des souvenirs amoncelés et l'espoir rayonnant des fois prochaines entourés d'êtres qui nous sont chers. De l'autre, le vide nauséeux de cet après, où les rêves s'arrêtent pour laisser place au quotidien granuleux. 


    Le week-end, une parenthèse bienfaitrice qu'il est sain de renouveler le plus tôt possible. Au fond, je sais que cela ne tient souvent pas à grand chose. Une pointe de folie sauvage qu'il nous faut renoncer à apprivoiser. Ce sont nos folies qui nous font avancer..."
    Ca me fait drôle de relire cette ébauche. Et la première chose qui m'a frappé, c'est son ton passablement mélancolique, preuve manifeste que je n'allais pas très bien.

    Je me souviens de ce mois de juillet-là. Professionellement parlant, ce n'était pas vraiment glorieux. Après avoir fui un pervers narcissique qui me traitait comme une sous-merde, je croyais avoir trouvé asile chez quelqu'un de bien. Malheureusement pour moi, nos relations se sont très rapidement dégradées. Je l'ai quitté quelques mois mois plus tard sans regrets aucun. Je suis sorti de ces deux mauvaises expériences plutôt abîmé, au point de me plonger dans d'insondables remises en question. Aujourd'hui encore, je garde certains stigmates de cette époque de grande déprime et de mal-être.

    Et puis vint cet électrochoc. Que dis-je : cet impact météorotique qui est venu tout faire exploser dans ma vie...

    Un an après, hé bien... je ne sais pas trop par quel bout commencer !
    J'ai entrepris un virage interdimensionnel dans ma vie et pour l'instant, je ne regrette rien. Tout n'est pas simple, tout n'est pas rose chaque matin. Le moral oscille souvent entre une forme d'euphorie béate et et un profond découragement doublé d'une envie sanguine de tout foutre en l'air. Mais non...

    Et puis certains jours, d'excellentes nouvelles arrivent. Des efforts sont récompensés. Les pièces d'un immenses puzzle prennent leur place et s'ajustent. Lentement mais sûrement. De jolies fondations pour des lendemains meilleurs.

    Il me reste encore du chemin à parcourir et je sais que je n'ai pas encore fini d'en découdre avec l'administration, mais je veux y croire, jusqu'au bout.

    Ce sont nos folies qui nous font avancer. 

    17 commentaires:

    1. En tout cas, cela me fait plaisir que tu aies eu suffisamment de courage pour revenir plus régulièrement sur ton blog et nous faire partager tes joies, tes doutes.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Avant, je me disais "bon, allez, je fais une petite pause, je n'ai plus envie d'écrire".
        Maintenant, je me dis "bon, allez, aujourd'hui, j'écris un article, ça fait longtemps." Et quand je me connecte audit blog, je réalise que ça fait deux mois que je n'ai rien écrit.
        Déprimant ! :D

        En attendant, tu as l'écriture qui a bonne mine, et ça fait plaisir ! Go on !

        Supprimer
    2. Toujours aussi nombriliste et gnagnan ce blog... Et puis quelle écriture précieuse et ridicule.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Tellement nombriliste que je me suis reconnu dans ces mots

        Supprimer
    3. Heureusement que Toi et d'Autres écrivez encore sinon je me demande bien ce que je lirais!! :)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Tu n'as donc pas renouvelé ton abonnement au Pèlerin Magazine ?

        Supprimer
    4. Je lis, ne commente pas, mais cela importe de le dire de temps en temps...

      RépondreSupprimer
    5. Je trouve que si toi, Tto ou Matoo arrêtiez d'écrire, la blogosphère manquerait un peu de saveur. Je peux aisément comprendre que la vie et ses aléas fait que l'envie a tendance à s'émousser mais je tire mon chapeau à ceux (dont toi) qui réussissent à nous captiver avec des billets mêmes publiées de manière espacées. Bien sûr, il y a foultitude de blogs encore en activité mais vous faites partie de ceux qu'il faut avoir lu au moins une fois :)
      En tout cas, bon courage pour la suite de tes démarches en espérant qu'elles t'apportent ce que tu souhaites ^^

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Et moi je pue? ^^ #JeTeBoude :p

        Supprimer
      2. Meuh non... Je ne t'ai pas oublié :p Tu sais bien que tu es un de ceux que j'aime lire bien que tu aies pas mal la bougeotte pendant un certain temps ^^ Et en plus, comme on dit souvent : qui aime bien, châtie bien :p

        Supprimer
    6. Paresse des auteurs... et des lecteurs/commentateurs aussi !
      Perso, j'en suis à mon 4ème blog (2 perso, 2 à plusieurs mains).
      Pour être tout à fait honnête, en tant que lecteur je ne lis quasi plus que 2 blogs régulièrement, et j'y commente vraiment rarement. Pas qu'il n'y ait rien à dire, mais une grande paresse quand vient le temps de réagir "d'autres l'ont dit mieux que moi", "les redites et autres +1 digne d'un lobotomisé de frais n'apportent rien de vraiment intéressant", "fermer sa gueule, c'est bon pour mon poil aussi"...
      Pourtant, je sais qu'en tant qu'auteur, la lecture des commentaires m'est une bonne source d'inspiration et d'énergie mais actuellement la flemme est la plus forte.
      Et puis, avec toutes ces distractions de réseaux sociaux qui ne nous ont jamais tant éloignés les uns des autres, ça pompe de se re-raconter, de rapporter ces trucs de nos vies cette fois-ci dans un blog !
      Bref, on va mettre cette flemme sur le dos de la chaleur étouffante, hein ?

      RépondreSupprimer
    7. Moi, je me souviens de quelques jours avant ce mois de juillet ... de cette conversation que nous eûmes au cours de laquelle je ne suis pas peu fier d'avoir trouvé quelques mots qui ont fait mouche.

      Pour le reste, je maintiens ce que je disais à Benjamin et que tu as mis en exergue : oui, c'est une question de motivation et d'application. Il y a aussi un peu de discipline (surtout quand on écrit quotidiennement comme moi depuis plus de 9 ans) et il y a, n'en déplaise à Benjamin ^^, aussi un phénomène de mode. Et je crois que la mode qui voulait faire mourir les blogs est passée ... Je vois revenir certains, je sens trépigner d'autres ... A l'inverse, je vois aussi les publications de Matoo s'espacer davantage ... Facebook et Twitter ont un peu ringardisé l'exercice sans jamais le remplacer, ils ont surtout écumer ceux qui tenaient un blog un peu sans trop y croire. Comme toujours, je crois qu'il nous reste de beaux restes (et je ne m'inclus pas dedans ... moi je ne fais pas ça pour la gloire, seulement pour le plaisir). Si le plaisir est partagé tant mieux ... s'il permet de faire de belles connexions ou belles rencontres (dont tu es cher ami), je ne peux que m'en réjouir. Mais c'est comme tout, il faut s'en donner la peine ! La paresse de s'investir dans un exercice d'écriture est en définitive le salut du blogueur, ce qui fait qu'il continue ou pas.

      RépondreSupprimer
    8. Salut,
      Je passe sur ton blog non pas par hasard, t'ayant vus dans les commentaires de Mister Tto, j'ai décidé, de passé sur tes écrits, j'avoue que ton blog est superbe, bien structuré,et on ne s'ennuit pas, ce qui est un avantage.
      Ensuite, pour commenter qd même ton article , j'ai tenu un blog pendant 4 ans, dont Tto , doit se rappeler et bien d'autres aussi, je tournais entre 500 et 600 visiteurs par jours... J'en étais fier, il faut de la motivation oui.... Mais un blog qui tourne beaucoup te demande aussi beaucoup de temps, et tu ne peux , en tout cas, pour ce qui est de ma part, te diviser entre ta vie professionnelle, ta vie privée, ta vie de blog et vie familiale... Donc j'ai dû arreter à contre coeur, oui à contre coeur, car j'ai regretter et je regrette encore d'avoir supprimer ce blog que j'avais structuré, que j'avais monté de mes mains et de mes idées... Aujourd'hui j'ai refais un blog, et, je peux te dire que j'ai signé pour au moins 150 ans lol !! Et malgré que le blog ne doit pas être un frein à ta vie, je crois, que je vais tenter qd même de me diviser .... Je reviendrai ici !!

      RépondreSupprimer
    9. Même si l'espace entre chacune de tes publications s'allonge, cela reste toujours un plaisir de lire tes lignes :)

      Il faut toujours garder en tête que de tenir un blog doit rester un plaisir et ne jamais devenir une corvée ;)

      RépondreSupprimer
    10. Je retrouve ton blog après plusieurs mois (années) et ai toujours autant de plaisir à te lire! Que de temps passé... Je vais me plonger dans tous tes articles ! Passionnant et si bien écrit et riche !
      Maintiens ce blog ouvert

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !