• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 16 novembre 2018

    Journée Mondiale de la Chocolatine

    4 commentaires
    Décriée, critiquée, moquée, dénigrée, copiée et jamais égalée, la Chocolatine n'a pas dit son dernier mot.

    Les Toulousains en ont rêvé, ils l'ont fait ! La Chocolatine connaît ce 16 novembre 2018, sa première journée mondiale dans la Ville Rose.

    Toulouse célèbre ainsi, en un jubilatoire pied de nez aux polémiques qui inondent régulièrement les réseaux sociaux, la viennoiserie devenue une sorte de symbole du Sud-Ouest.

    La chocola-quoi ?

    La C.h.o.c.o.l.a.t.i.n.e.!
    Comme le pain au chocolat qui lui emprunte tout et dont le nom est de rigueur dans les trois quart de l'hexagone, la Chocolatine est une viennoiserie constituée de pâte levée feuilletée, généralement de forme rectangulaire, et fourrée avec une barre de chocolat noir.

    Chocolatine, donc.
    C'est pourtant pas compliqué.

    Mais il vient d'où ce nom ridic si joliment exotique ?

    Si l'on en croit certains sites qui se sont longuement penchés sur la question, l’hypothèse la plus probable de l’origine du nom « chocolatine » (la seule, la vraie) viendrait de l'autrichien Schokoladencroissant. Selon cette théorie, par homophonie, les français auraient progressivement transformé ce mot par un glissement de la sonorité Schokoladen vers celle de Chocolatine. Car, en Autriche, si vous demandez un pain au chocolat, un vous servira le Schokoladebrot, c'est à dire une sorte de cake au chocolat.

    En effet, selon l'historien culinaire Jim Chevalier, c'est le boulanger autrichien Auguste Zang qui aurait introduit la viennoiserie en France. Ce viennois né en 1807 et mort en 1888 dans la capitale Autrichienne, a introduit avec grand succès les viennoiseries à Paris. Venu s'installer en France en 1837, il ouvrait dans les années 1838-1839 une boulangerie viennoise au 92 rue de Richelieu dans laquelle le tout-Paris se pressait afin d'y acheter et d'y savourer des Kipferl, l'ancêtre du croissant. 

    D'ailleurs, ce nom, Chocolatine, n'est pas propre aux quelques régions de France que le reste de nos concitoyens jalouse en silence. Ainsi au Canada, et plus particulièrement au Québec, on dit plutôt Chocolatine. Dans les pays germanophone, c'est le terme Schokoladencroissant qui prévaut. Dans les pays anglophones, notamment chez l'Oncle Sam, mais aussi en Australie et semble-t-il en Nouvelle-Zélande, on dit Chocolate croissant. Au pays de Cervantez, la Chocolatine se travestit en Napoletanas. Enfin, il semble que l'on parle également de Chocolatine au Mexique et en Amérique Latine (même si je ne me souviens pas en avoir vu une seule en Argentine).

    Ils sont bizarres ces gens du Sud-Ouest... non ?

    Absolument pas. Ce n'est pas parce que nous sommes minoritaires à avoir raison que nous avons tort face à la majorité.

    Les plus insolents rétorqueront qu'à ce compte-là il faudrait appeler un pain aux raisins une « raisintine ». Je leur demanderai simplement comment les Alsaciens appellent un pain au raisins : Escargot ou Schneck, et on ne les embête pas avec ça, que je sache.

    Même les grands Chefs se mêlent à cette querelle bon-enfant. Ainsi le  7 novembre dernier, Guillaume Gomez, cuisinier en chef de l’Élysée, prenait ouvertement de parti du Pain au Chocolat sur son compte tweeter :



    Mais la riposte de la #TeamChocolatine ne devait pas tarder car, le 13 novembre le chef Michel Sarran (épaulé par Philippe Etchebest et Hélène Darroze, excusez du peu) lui répondait par une vidéo pas piquée des vers, restaurant ainsi la seule vérité vraie, qu'une majorité de la population française feint d'ignorer (la force du déni, que voulez-vous...) :
    Parangon de la résistance face à l'uniformisation des cultures dans un mode globalisé, la Chocolatine s'offre aujourd'hui sa première journée mondiale, et je ne peux très chauvinement que m'en réjouir.

    Mais alors il faut dire comment ? 

    Appelez-là comme vous voudrez mais, ici, dans le Sud-Ouest en général et à Toulouse en particulier, on dit Chocolatine.

    Et puis c'est tout.

    Macarel !

    15 novembre 2018

    La photo du mois : Abécédaire

    12 commentaires
    Nous sommes le 15 Novembre, il est midi, c'est donc l'heure de notre rendez-vous mensuel avec La photo du mois.
    Chaque mois les blogueurs participants publient une photo en fonction d'un thème donné à l'avance. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants, le 15 de chaque mois, à midi, heure de Paris. 

    Cette fois-ci, le thème du mois, Abécédaire, a été choisi par écri'turbulente qui nous donnait les indications suivantes : 
    Ni calligraphie, ni broderie au point de croix, mais notre environnement champêtre ou urbain qui naturellement dessine les lettres de l'alphabet. Attention, on n'arrange pas trois brins d'herbe pour qu'ils deviennent un N. On observe autour de soi, on photographie et c'est tout !
    Pour tout dire, j'ai hésité. Beaucoup hésité...

    En effet, en prenant en photo mes chats-minous (dont je vous reparlerai bientôt), les petites oreilles pointues de l'un d'eux formait un très joli M, comme dans Merdeux, ce qui le caractérise parfaitement. Car, oui, je l'ose dire, c'en est un, un fieffé merdeux doublé d'un potentiel câlin qui défie l'entendement et le rend tellement attachiant (non, le i n'est pas de trop).

    Bref, point de chats-minous ce mois-ci (vous ne perdez rien pour attendre).

    Donc, ma photo a été prise il y a environ trois semaines, alors que la volubilis étalait sa constellation de fleurs bleues sur mon balcon.

    Et pour répondre au thème : je vous présente la lettre B, comme la "Belle Bleue".

    13 novembre 2018

    C'est quand qu'on se repose ?

    0 commentaire
    Cela fait plus de 15 jours consécutifs que je bosse sans m'arrêter. Je voudrais, m'arrêter et profiter un peu, mais la masse de travail fait que je ne peux pas. J'ai passé le weekend dernier au bureau, et celui d'avant également. Je ne prédis pas un meilleur sort à celui qui vient.

    Aujourd'hui à midi j'étais déjà épuisé et je ne tiens le coup que grâce à du sucre sous forme de  chocolat : presque un paquet de Petits Écoliers engloutis cet après midi, et une tablette de chocolat noir à l'écorce d'orange qui aura duré à peine plus de dix minutes hier après midi. Heureusement que, pour ma ligne, j'ai repris un peu le sport.

    Mauvaise organisation ? Peut-être. Mais aussi un mauvais travail d'équipe avec un boulot qui, alors qu'il est connu de longue date dans son contenu et son ampleur, n'a pas été planifié ni réparti au sein de l'équipe depuis septembre. De fait, je suis conduit à bosser en continu pour me remettre à jour dans des domaines que je ne maitrise pas du tout, sans certitude que ce que je fais est nickel chrome. Chaque semaine je suis sur des œufs et je déteste cela. 

    Le tout devrait être bouclé en fin de semaine prochaine, mais à quel prix ? En tout cas il me tarde de venir à bout de cette masse de travail et de pouvoir un peu relâcher la pression. Avant les fêtes qui approchent, ce ne sera pas si mal, vu que je ne prendrai que quelques jours de vacances autour de Noël et que je bosse le 25 et le 26 décembre. 

    Quant au Nouvel An, j'écrivais il y a 10 jours que je n'avais pas envie de le célébrer d'une quelconque manière  et qu'en "ultime pied-de-nez, je crois que, si je le pouvais, je me débrouillerais pour travailler cette nuit-là..."

    C'est désormais chose faite : je me suis collé une astreinte de nuit le soir de la Saint Sylvestre. 
    Je suis peut-être un peu trop dur avec moi-même...

    7 novembre 2018

    Constantin Brancusi et la stratégie de l'évitement

    2 commentaires
    "Les choses ne sont pas difficiles à faire, ce qui est difficile c'est de nous mettre en état de les faire." aurait dit / écrit / soupiré / murmuré / se serait exclamé Constantin Brancusi, sculpteur dont Google m'apprend que je connais certaines de ses œuvres, alors que j'ignorais, il y a encore quelques minutes, son nom. Je suis un Monsieur Jourdain en puissance...

    En cherchant un peu au pif sur internet une jolie citation sur l'art subtil de la procrastination, dans lequel je suis probablement troisième dan, je suis tombé sur cette citation qui représente très exactement mon état du moment : fatigué, avec une motivation globale proche de cette d'une pomme de terre bouillie face au moulin à légume, et une inertie monstrueuse qui me lignifie.

    Beaucoup de fatigue cumulée donc, beaucoup de travail aussi, et une stratégie d'évitement que j'observe insidieusement se mettre en place pour n'en faire pas une. La journée qui s'achève en est une assez bonne démonstration, tant je n'ai pas fait grand chose. Enfin, si, j'ai fait plein de petites choses, des choses insignifiantes ou peu productives et qui ne font pas beaucoup avancer l'immense train des tâches qui pendouillent et débordent le long des pages de mon agenda.

    Alors, si, soyons tout de même honnêtes : je me suis acheté un nouveau téléphone portable pour le boulot. Pas une machine de guerre, mais une bébête suffisamment puissante pour pouvoir y faire toute un tas de choses aussi simples que lire et écrire un courriel sans épuiser la batterie à la moindre pièce jointe téléchargée et lue. Ce n'est pas rien. Et je suis assez content de mon acquisition. Avoir un nouveau joujou est toujours quelque chose d'agréable. J'ai d'ailleurs passé une bonne partie de mon après-midi à le configurer pour me le rendre encore plus agréable.

    Ce qui est difficile, c'est de nous mettre en état de les faire. Certes... Me mettre en état de travailler me demande une énergie considérable que je ne sais plus où puiser pour le moment. Ainsi, alors que j'ai encore tout un tas de copies à corriger et que la journée touche bientôt à sa fin, je préfère venir ici, noircir mon écran d'un nouveau billet pour le blog.

    Vous avez dit évitement ?

    2 novembre 2018

    Cinquante deux jours avant Noël

    2 commentaires
    Peu à peu la Ville Rose se pare des décors de fin d'année qui ornent déjà les rues du centre-ville. Un compte à rebours m'apprend que cinquante deux petits jours nous séparent de Noël et de son cortège de festivités obligatoires. Vu la propension du temps à passer comme un éclair en ce moment, ces cinquante deux jours sont en réalité après demain. 

    Il me tarde, à vrai dire, de pouvoir me poser un petit peu, de ralentir mon rythme de travail assez intense. De profiter de ma famille, passer deux ou trois jours au coin du feu, à ne rien faire ou si peu, d'avoir les narines emplies de ces odeurs si caractéristiques de vin chaud, de cannelle, de cardamome et de chocolat. L'odeur de Noël.

    Cela me fait songer à cette recette de biscuit absolument délicieuse que j'avais découverte chez la gourmande @cuipatchocandco. J'avais grâce à elle, pu réaliser l'an passé un très joli sapin de nawouel en biscuits qui avait été dévoré en quelques heures.

    Réaliser des biscuits. en voilà une activité simple, ludique et horriblement régressive qui me rappelle, l'odeur des épices à biscuit en plus, l'atelier pâte à modeler que j'affectionnais tant lorsque, gamin, j'étais en classe de maternelle. C'est fascinant combien notre enfance peut façonner notre vie d'adulte.

    A cet égard, depuis que j'ai passé une après-midi chez les parents de Tarvalanion en début d'année, à confectionner des biscuits pour le thé avec des emporte-pièces rigolos, j'ai acquis à mon tour tout un tas d'emporte-pièces sympas : étoile, licorne, ange, flocon de neige, nounours... Encore l'autre jour, j'ai sauté sur une occasion pour m'en acheter trois de plus, ce qui doit porter ma petite collection à une bonne dizaine de formes différentes. Il faut que je m'accorde un dimanche récréatif pour refaire des biscuits et emplir l'appartement de ces odeurs apaisantes qui donnent aux jours de grisaille un petit air de fête.

    Si je fêterai bel et bien Noël, je ne crois pas en revanche que cette année je fêterai le Nouvel An. Je n'en ai plus véritablement envie. Et ce n'est pas nouveau. Cela fait plusieurs années que je me dis : "cette année tu ne fais rien" et que, malgré moi, je me laisse entraîner dans des soirées plus ou moins conviviales. Et cette année, je n'en ai pas, mais alors pas du tout envie. 

    Ce qui me fatigue par avance avec le Nouvel An, c'est l'obligation d'être heureux sur commande, de festoyer à ce qui ne représente rien à mes yeux, sans aucune valeur symbolique. Ultime pied-de-nez, je crois que, si je le pouvais, je me débrouillerais pour travailler cette nuit-là...

    A propos de festivités, pour mon anniversaire l'été dernier, les copains m'ont offert un joli chèque cadeau chez un célèbre commerçant en ligne, afin de m'acheter une Switch et de jouer au dernier Zelda. Car je suis un gros fan de la licence depuis ses origines. Et que ce jeu est vraiment réussi, aux dires de tous et du haut des toutes petites minutes que j'ai pu y jouer. 

    Mais voilà, j'ai beaucoup de mal à admettre claquer autant d'argent dans une console de jeu à laquelle je n'ai, en réalité, que peu de temps à consacrer. En semaine, je suis beaucoup trop fatigué pour cela en rentrant du boulot tard le soir, et je crois préférer consacrer mes quelques weekends libres à mes amis et à un peu de vie sociale, plutôt qu'à pourfendre du monstre à travers les plaines d'Hyrule. Du coup, je ne sais exactement que faire ce de bon d'achat.

    Et en même temps, puisqu'il m'a été offert pour mes 40 ans, je ne veux pas l'employer à n'importe quoi. Dilemme car je demeure attaché à la force des symboles. A moins que je n'utilise cette somme pour financer l'achat de cette belle montre qui me ferait tant plaisir et que je suis sûr de porter au poignet pendant des années... Oui, ce serait une belle idée. 

    Et cela ferait un très joli paquet sous le sapin.