• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 19 juin 2020

    Hello little yellow bird

    1 commentaire
    Je n'avais pas parlé avec mon ex québécois depuis assez longtemps. Je veux dire vraiment parler, avec une conversation de fond. Pas simplement prendre des nouvelles l'un de l'autre, comme nous le faisons assez régulièrement. 

    Depuis mon notre séparation et mon retour à Toulouse, nous nous étions revus voici trois ans, lorsqu'il était venu en France avec son mari. Comme je l'écrivais à l'époque, ces retrouvailles devaient être une clé, l'amorce d'une réconciliation de moi-même avec un passé sur lequel j'avais plus ou moins inconsciemment mis une chappe de  granit. On avance beaucoup mieux en ne regardant pas trop derrière soi.  

    Malgré le temps passé depuis lors, je n'étais pas en paix avec certaines choses. En particulier avec  les circonstances de mon départ qui lui ont brisé le coeur. Alors, profitant d'une de ces conversations un peu rôdée où chacun tient son rôle, je le lui ai dit. Je ne sais pas si c'était le bon moment lorsque j'ai décidé de le faire samedi dernier, mais il fallait que l'on en parle, que l'on soulève les tapis  une bonne fois pour toutes et que l'on fasse le ménage bien dans les angles.  

    Nous nous sommes donc parlés et dit des choses assez fortes sur des sujets parfois très intimes, avec tout le recul nécessaire sur ces sujets. Cela m'a, cela nous, a fait du bien de crever les derniers abcès et d'anéantir définitivement les dernières zones d'ombre restants entre nous. Être au clair avec soi-même et avec les autres. Dire, parler et ne plus fuir droit devant en courant. Prendre le temps de s'arrêter, pour mettre un peu d'ordre dans sa vie. 

    Aujourd'hui, je peux dire que je suis en paix avec cette période de ma vie, qu'elle est mienne et que ces jolis souvenirs ne cachent pas de flèche empoisonnée mais bien des êtres qui m'ont été chers et dont l'absence me manque parfois. Nos rires, nos bons mots, nos soupers arrosés, et mille autres choses que nous partagions.

    Je sais à présent que je retournerai un jour à Montréal. 
    L'esprit tranquille et le coeur léger . 

    15 juin 2020

    La photo du mois : Mon amie mon ombre

    19 commentaires
    Bonjour les déconfinés ! Nous sommes le 15 Juin, date qui sonne le rendez-vous mensuel avec La photo du mois.

    Le principe de la photo du mois demeure inchangé : chaque mois les blogueurs participants publient une photo en fonction d'un thème donné à l'avance. Toutes les photos sont publiées en même temps sur les blogs respectifs des participants, le 15 de chaque mois, à midi, heure de Paris.

    Ce mois-ci le sujet  a été choisi par Akaieric qui nous a proposé : "Mon amie mon ombre".

    Nous avions pour ce-faire les indications suivantes :
    Elle nous suit partout, on ne fait plus attention à elle. Peut être que dans notre dos, notre ombre fait des choses surprenantes ou va dans des endroits inconnus? Alors n'hésitez pas à vous retourner et à prendre (ou à faire prendre) votre propre ombre en photo.
    Pour le coup, figurez-vous que mon ombre s'est baladée sur un volcan. Rien que ça !

    Ma photo provient en effet de mes vacances sur l'île de la Réunion en décembre dernier. Nous sommes le mercredi 8 janvier, il est environ 7 heures du matin et ce jour-là je me suis levé en pleine nuit pour faire une randonnée sensationnelle : grimper à 2632 mètres, tout en haut du piton de la fournaise.



    Il me fallait arriver aux aurores pour marcher à la fraîche, car en cette saison (le plein été) la température monte vite et fort. Surtout, dès la fin de la matinée, le ciel est bouché et il est souvent impossible d'observer quoi que ce soit à cause de la brume. Cela aurait été dommage. Du coup, je me suis levé à 3h du matin - ça pique - pour partir de Cilaos vers la région du volcan, à deux heures trente de route de là.
     
    Après avoir descendu la muraille de l'Enclos Fouquet, le cratère périphérique, on arrive dans l'ancien cratère constitué des laves accumulée au grès des différentes coulées dont certaines sont encore chaudes après plusieurs années. Au loin devant, se dresse le cratère actuel du volcan qui demandera presque trois heures d'exigeante ascension dans un parcours chaotique borné de petits cailloux blancs.

    Sur cette photo je tourne le dos au volcan, donc vous ne le verrez pas. Néanmoins on distingue très nettement un petit cratère ocre, appelé le Formica Leo, qui mesure tout de même un peu plus de 20 mètre de haut. Mon ombre s'y est également baladée. C'est une sacrée baroudeuse ! Il faudra vraiment que je prenne le temps de raconter tout ça plus en détails une prochaine fois...

    6 juin 2020

    XIII

    1 commentaire
    Douze plus un, quinze moins deux
    On me compte parfois à la douzaine
    Nombre de colonies d'origine des États-Unis
    Autant de lunaisons dans une année
    Les triskaïdékaphobes me craignent
    Étonnamment nombre premier
    Numéro atomique de l'aluminium
    Nombre d'années de mariage nécessaires aux noces de muguet
    Selon la superstition je porte malheur
    Nombre initial d'étoiles et de bandes du drapeau des États-Unis
    L'arrondissement des Gobelins, à Paris
    Héros de bande dessinée, aussi

    Je suis treize.
    Et autant de bougies sur le gâteau d'anniversaire de ce blog.