• A propos
  • Me contacter
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • L'Oiseau Bleu
  • Vine
  • 31 janvier 2015

    Premier week-end !

    Cela fait bien longtemps que je n'avais pas apprécié un week-end pour ce qu'il doit être, c'est à dire avant tout un temps de repos, pour soi, pour déconnecter du boulot et ne rien faire. Cela faisait en effet pratiquement un an que je n'avais pas travaillé, au sens où on entend généralement ce verbe, mon expérience québécoise ne m'ayant pas permis d'accéder aux postes pour lesquels je présentais pourtant, sur le papier, toutes les aptitudes.

    Rentré le 16 novembre, après plusieurs entretiens d'embauche très favorables, je signais exactement deux mois plus tard mon actuel contrat de travail. Et j'avoue que cela fait énormément de bien au moral de voir que, contrairement à ce que j'ai pu subir là-bas, en quelques coups de fil seulement, j'étais capable de trouver un emploi correspondant exactement à mes qualifications et, cerise sur le gâteau, de pouvoir me payer le luxe de choisir...

    Après un an sans bosser, forcément, on se sent un peu rouillé. Serai-je à la hauteur ? Saurai-je faire preuve de toute la vivacité requise ? Après une première semaine passée dans le jus, je crois que je n'ai pas trop perdu la main, ce qui, encore une fois, fait du bien au moral.

    Seule petite ombre au tableau, il m'a fallu pour cela m'éloigner un peu de Toulouse. Pas grand chose. Une centain de de kilomètres. Ho, après avoir passé 6 mois à Buenos Aires et 10 à Montréal, vous me direz que c'est finalement bien peu. C'est vrai. Cela m'oblige toutefois à rester sur place en semaine afin d'éviter de perdre mon temps dans les transports et pouvoir me lever à une heure correcte le matin. Car la rocade de Toulouse est un véritable enfer entre 7h et 9h du matin. 

    Si Toulouse n'est pas une aussi grande ville que Paris, Marseille, Buenos Aires ou Montréal, elle reste toutefois une grande ville à l'échelle de la France.  Une ville dans laquelle il est possible de se fondre, de devenir anonyme, et de vivre sa vie sans attirer la lumière. C'est un confort non négligeable en termes de tranquilité personnelle. 

    Aussi, quitter Toulouse pour aller dans une plus petite ville, un peu plus rurale, voire rustique, où les gens parlent en patois au supermarché et paient leurs courses avec des chèques, cela fait une petite différence. Là-bas, tout le monde se connaît, les nouvelles font le tour des oreilles en quelques heures. Et a fortiori lorsque l'on travaille au sein d'un petit sérail, véritable microcosme recroquevillé sur lui-même, cela va encore plus vite. Et je dois dire que je n'ai pas l'habitude...

    Cela veut dire qu'il me faudra être sur mes gardes quand à mes moindres faits et gestes, ou alors assumer à 1000% chacun d'eux pour renvoyer d'éventuels détracteurs dans les cordes en usant au besoin d'effets réthoriques dissuasifs, risquant au passage d'en égratigner quelques uns et de m'en faire des ennemis. On verra bien comment cela se passe.

    Quoi qu'il en soit, cette première semaine de boulot s'est fort bien passée, entrecoupée de quelques gentils petits messages venus de Gironde... (insérer ici quelques papillons dans le ventre)

    Pour l'heure, je suis fourbu. Déjà le soir s'annonce et je n'ai presque rien fait.
    Et c'est vraiment très agréable...

    7 commentaires:

    1. Vraiment contente pour toi, Monsieur Butterfly :-)

      RépondreSupprimer
    2. Bah, tu es à Saint-Girons ?
      Profite bien de ta dimanchade...

      RépondreSupprimer
    3. Trois mots : félicitations + bonne chance :-)

      RépondreSupprimer
    4. « Bien faire et laisser dire » c'est parfois aussi une option…

      RépondreSupprimer
    5. Félicitations pour l'obtention de ce boulot et je suis partisan comme Eric du « Bien faire et laisser dire ». Personne n'a besoin d'avoir des ennemis.

      RépondreSupprimer
    6. Comment ça, on ne peut plus parler en patois???? :) j'ai passé un peu de temps à chercher ce que je voulais te dire en patois, j'ai quand même quelques lacunes! Pourtant, gamin,je passais beaucoup de temps à causer dans la rue avec "La Françoise" .... !:) Alors pour en revenir au sujet,je ne peux te dire que:" Losque t'vé "? à traduire par "Où tu vas" ? La réponse m'importe peu ! :) Moi qui ai acheté à Noël à la plus grande de mes petites filles "Expressions savoureuses du parler comtois. ",je ne sais plus où me mettre! :) Bon pour te détendre, un peu de Comtois! :) http://youtu.be/yi0frtAYRDo

      RépondreSupprimer
    7. "Insérer ici papillons dans le ventre" oui mais tu as oublié "étoiles dans les yeux" :)

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !