• A propos
  • Me contacter
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • L'Oiseau Bleu
  • Vine
  • 28 juillet 2015

    Épuisé

    Cette année comme rarement, les vacances se font attendre. Mon état d'épuisement est total, depuis maintenant six mois, bientôt sept, passés à travailler d'arrache-pied, sans avoir eu de congés. Certes et fort heureusement il y eut ces quelques salutaires ponts du mois de Mai qui me permirent de reprendre quelques forces, mais j'ai besoin de beaucoup, beaucoup plus qu'un pont pour recharger les batteries à un niveau acceptable

    Sept mois... si l'on m'avait dit cela mi-janvier je crois que j'aurais eu peur. Et ils n'ont pas étés de tout repos. Nouveau boulot, nouvel environnement, nouvelles méthodes de travail, nouvelles connaissances, capacités cognitives sollicitées à leur maximum, journées de douze heures régulières... Je ne me suis pas ménagé.
     
    Je passe sur le toxique épisode "colocataire adoré" et son chien qui furent une source additionnelle et parfaitement inutile d'inconfort et de stress quotidien, enfer domestique dont j'ai courageusement pris la fuite voici bientôt deux mois. Ce fut une excellente décision. La prochaine sera de revenir à mes pénates toulousaines. Ici, je suis et me sens véritablement chez moi. Et j'en mesure l'importance chaque week-end lorsque je regagne mes quartiers.

    Mes nuits ne suffisent plus à me reposer, mes journées sont globalement insipides, mes soirées sont une porte ouverte sur un océan de déprime... Déprime conjoncturelle seulement, exacerbée par mon état proche de l'anéantissement. Corolairement ma consommation d'alcool a sensiblement augmenté depuis quelques semaines. Non pas que je sois saoul tous les soirs, mais les cadavres de bouteilles qui s'accumulent à force de ne pas être remisés au bac de récupération parlent d'eux-mêmes. Heureusement le sport permet de réguler ces excès.

    Aujourd'hui, mon corps m'assaille de messages d'alerte de toutes sortes que je ne peux pas écouter.

    Du repos, du silence, rien à penser, aucune préoccupation, le vide intersidéral du néant absolu auréolé du silence le plus complet plusieurs jours d'affilée... voilà ce qu'il me faut pour me remettre d'aplomb.

    Encore deux semaines à tenir.
    Elles vont être longues.


    16 commentaires:

    1. il a fait aussi très chaud dans le sud, et surtout la nuit : tout ça épuise les organismes. C'est ce que me confirment mes potes dans le sud. Tout ça n'aide pas.

      RépondreSupprimer
    2. Effectivement il a fait une chaleur de fou ces 3 denières semaines, tant le jour que la nuit, ce qui n'aide pas à récupérer, surtout quand la fatigue de l'année est déjà là.

      RépondreSupprimer
    3. Je vais peut-être poser une question débile mais la voilà : comment est-il possible qu'en sept mois de travail tu n'aies pas eu une seule fois des congés ?

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Nouveau boulot, dernier arrivé dans la boîte, énormément de travail pour cause d'une période en sous-effectif. Et une pointe de scrupules à demander des congés en pleine tempête...

        Supprimer
    4. En fait, oui ton corps te parle et, comme toi, je n'aime pas ces discussions. Sauf que naïfs que nous sommes, nous feignons d'oublier qu'en réalité, c'est lui qui a le dernier mot ! Et le jour où il ne goûtera plus ton aveuglement, il te le fera savoir sans qu'aucune négociation ne soit envisageable.

      Certains disent que c'est manger la banane par les deux bouts, moi je me dis que c'est vivre profondément. Le seul souci dans tout cela, c'est l'insipidité de tes journées alliée à cette dépression lancinante. Tu sais toujours où me joindre si en parler pourrait te faire du bien, ma main est toujours tendue (oui oui, la main). Sache juste une chose : je ne suis pas rassuré à te lire depuis sept mois. Mais je te fais confiance ... il n'y a qu'un chat qui reconnaît un chat.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Je sens que la période des négociations arrive a terme. Heureusement les vacances arrivent à point nommé.
        L'insipidité de mes journées est vraiment conjoncturelle. J'en connais les causes. J'en connais le traitement... Mais je redoute que ce ne soit que la face émergée d'un iceberg titanesque dont nous avions déjà parlé il y a maintenant 2 ans.

        Supprimer
    5. Voilà des vacances qui vont être revigorantes... Qu'as-tu prévu?

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Du calme, du repos, de la lecture, des randonnées au grand air, quelques amis... Ça fait très maison de retraite, mais c'est vraiment ce dont j'ai besoin.

        Supprimer
    6. Boire de l'alcool n'est pas une solution. Prends plutôt des jus de fruits et pratique des exercices physiques et n'accepte pas tout et n'importe quoi à ton boulot aussi passionnant soit-il.
      Bises et bonne retraite estivale

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. L'alcool n'est certes pas une solution mais comment passer outre ses effets agréablement euphorisants et décontractants que n'ont pas les jus de fruit ? Quant au boulot je n'ai guère beaucoup de marge de manœuvre... Plus qu'une semaine à tenir !

        Supprimer
    7. Je pense que pour toi ça ne l'était pas forcément, mais j'ai trouvé le tweetage épisodique de tes aventures colocationnesques assez savoureux.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Savoureux, ça l'a été aussi pour moi. Ce n'était peut-être pas exactement la même saveur de part et d'autre de l'écran :)

        Supprimer
    8. Courage mon grand ! Tu profiteras bientôt de congés salvateurs qui te permettront de te reposer comme il se doit. Il est vrai que les chaleurs accablantes des dernières semaines ont su pomper l'énergie de nos batteries plus qu'elles ne les ont rechargées. Et je vois que je ne suis pas le seul (heureusement) à avoir des scrupules à ne pas poser/demander de congés pendant les périodes de forte tempête. Mais comme le dit si bien @Tto, le corps a ses limites que même l'esprit ne saurait oublier ou passer outre ! Dans tous les cas, des câlins et des bisous d'encouragement pour les derniers jours ;)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Dans certaines professions le concept de congé est assez ténu, hélas. J'ai mal choisi mon métier.
        Des câlins il m'en faudrait environ beaucoup beaucoup, et même un petit peu plus...

        Supprimer
    9. Essaye de couper le plus possible chou.
      Ta santé passe avant tout ;)
      #Hugs

      RépondreSupprimer
    10. Maintenant on attend impatiemment les photos des vacances tant méritées.
      Bises

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !