• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 15 août 2011

    La Photo du Mois : Soleil

    Bonjour tout le monde ! Nous sommes le 15 Août, c'est donc le jour de La photo du mois !

    Chaque mois les blogueurs participants publient une photo en fonction d'un thème donné. Toutes les photos sont publiées sur les blogues respectifs des participants, le 15 de chaque mois, à midi, heure de Paris.

    Ce mois-ci le thème choisi est : " Soleil ".

    L'idée de la photo m'est venue assez rapidement. Ce mot m'évoque en effet de lointains souvenirs d'une chanson de Dalida qu'avec mes cousines nous écoutions gamins en boucle sur le tourne disque de ma grand mère, chanson qui fut notre tube de l'été pendant de nombreuses années et qui s'intitule sobrement Soleil. Vous la connaissez certainement cette ode à l'astre du jour qui la nuit venue cède la place aux "soleils électriques" dont il est question dans la chanson.

    Suivant cette idée, je vous présente un soleil électrique, un soleil moderne, artifice génial par lequel l'homme a aboli la nuit, source de ses peurs ancestrales. Si le soleil véritable est irremplaçable, nous sommes envahis de ces soleils électriques qu'ils soient halogènes, néons ou basse consommation. On n'y prête même plus attention tellement ils sont devenus banals dans notre quotidien. Pourrions-nous seulement nous en passer ?


    « Une odeur remplaça toutes les autres et persista. Cela sentait le mur de vieilles pierres ensoleillé, où poussent la giroflée et l’œillet du poète. (...)
    Et d'un seul coup, comme une pierre, le noir tomba. Le poste, les lumières du plafond, tout, à la fois, s'éteignit.
    - Zut, mon disjoncteur a sauté, c'est bien le moment ! jura Legrand.
    Il se leva. Il se dirigeait à tâtons, se cognait contre les meubles.
    - Tais toi ! dit François. Écoute...
    Il y avait quelque chose d'anormal dans l'air. Il semblait que la lumière avait emporté, en disparaissant, tout le monde extérieur. François et son hôte se sentaient comme isolés au sommet de quelque montagne, dans l'immense silence vide du ciel.
    - La rue..., souffla François.
    Il parvint à la fenêtre, tira les rideau, ouvrit la croisée, se pencha, bientôt rejoint par Legrand. L'obscurité noyait la ville. Et tout le bruit était mort.
    (...)
    La panique, peu à peu, gagnait tout le monde. Hommes, femmes se mirent à courir dans tous les sens, et chacun murmurait ou criait sans espoir de réponse la question posée quelques instants plus tôt par Legrand :
    - Que se passe-t-il ? Qu'est-ce qu'il y a ? Qu'est-ce que c'est ? Qu'est-ce qui nous arrive ?
    Les esprits ne pouvaient par comprendre encore, ni même imaginer quel bouleversant changement venait de se produire au sein de la nature, et formulaient en eux-mêmes une réponse rassurante, la seule qui leur semblât logique :
    - De toute façon, ça ne peut pas durer. Tout va recommencer comme avant, dans quelques instants, tout de suite...

    Mais les instants passaient, et la lumière ne revenait pas.»

    [ R. Barjavel, Ravage - La chute des villes ]


    Préparez la crème solaire et allez donc bronzer au soleil des autres participants à la photo du mois : 100driiine, A&G, Alice, Anne, Astrid, Babou, blogoth67, CalamityScrap, Carnets d'Images, Caro, Caroline, Cathy Brocard, Celiano, Cécy, Céline, Céline in Paris, Cherrybee, Chouchou, CindyChou, Clara, Claude, Cynthia, Damien, Dicey, Doremi, Doréus, Dorydee, Dr. CaSo, E, Eff'Zee'Bee, Emma, Ennairam, Fabienne, florianL, François, Frankonorsk, Frédéric, Genki, Gilsoub, Gizeh, Grignette, hibiscus, Ines meralda, Isabelle, Jo Ann, Krn, La Madame, La Parigina, L'azimutée, Laure, Le Loutron Glouton, Les Caribous-bou-bou, M, magda627, Mandy, Manola, Marie, MarionMaureen, M'dame Jo, mel, Nathalie, Nicopompus&SeriesEater, Niwatori, Noelia, Nolwenn, Olivier, Onee-Chan, Où trouver à Montréal ?, Paris by Mag!, Pavot de Lune, 4 petits suisses dans un bol de riz, SébastienStephane08, The Breathless Quills, The Parisienne, Thib, Titem, Un jour-Montreal, Urbamedia, Véronique, Virginie et Viviane.


    Vous désirez participer à La Photo du Mois ? Rien de plus simple : connectez-vous sur Facebook et rejoignez-nous. Une question ? Contactez Olivier.

    35 commentaires:

    1. Bonjour Tambour,
      Moi aussi c'est une chanson qui m'est venu en tête quand j'ai vu le soleil !

      RépondreSupprimer
    2. Comment, pas de coucher de soleil impérissable?
      Bravo, on ne s'attend pas au soleil de minuit de chez Legrand.
      En plus la macro est très réussie, il y a donc de la nostalgie dans le filament!

      RépondreSupprimer
    3. Bravo, je suis admirative. J'en profite d'ailleurs pour le dire, visiter ce blog est un vrai plaisir.

      RépondreSupprimer
    4. Merveilleuse photo avec un texte qui l'accompagne superbement bien!

      RépondreSupprimer
    5. Quelle idée originale! J'aime beaucoup la photo (comme toujours!) et le texte.

      RépondreSupprimer
    6. Aaah ! Ravage de Barjavel ! J'ai adoré lire ce bouquin dans ma jeunesse :) Tiens, tu me donnes furieusement envie de me replonger dedans !!

      RépondreSupprimer
    7. Roulement de Tambour et...

      Bravo pour la photo !

      RépondreSupprimer
    8. Billet tres poetique!

      Quand j'ai commence a lire le texte sous la photo j'ai tout de suite reconnu Barjavel, j'aime beaucoup cet auteur. Interessant choix!

      RépondreSupprimer
    9. Très imagé, poétique ... j'aime !

      RépondreSupprimer
    10. Bravo pour ce billet ! je ne connaissais pas ce bouquin non plus :/

      RépondreSupprimer
    11. On est bien dependant de ton soleil aujourd'hui.

      RépondreSupprimer
    12. mes petits poussins sont accros à ton soleil vu que l'"autre" fait défaut!!:)

      RépondreSupprimer
    13. Moi aussi j'ai beaucoup lu Barjavel pendant une période. Ravage fait partie de mes préférés!

      RépondreSupprimer
    14. J'aime beaucoup et la photo et le texte qui l'accompagne...Quelle participation magnifique ! Bonne journée !

      RépondreSupprimer
    15. Ton idée est très originale Tambour :)

      RépondreSupprimer
    16. J'adore l'idée ! et puis accompagné par Barjavel ... Bravo ;-)

      RépondreSupprimer
    17. Ah ! toi non-plus tu ne l'as pas trouvé hein !!!

      RépondreSupprimer
    18. Bonne idée ! ça me fait songer aux mystérieuses cités d'or :p et l'homme qui veut conquérir le soleil LOL

      RépondreSupprimer
    19. ...grâce à cette photo du mois, je découvre tous pleins de nouveaux blogs... et c'est bien quelque fois d'ailleurs, voir ailleurs : comme par chez vous: découverte de petits billets exquis.. avec ce sujet sur le soleil, ou un filament qui se la joue star...
      belle idée.. et belle soirée à vous avec ce petit filament qui fut si magique à un moment donné dans ce monde..;-))

      RépondreSupprimer
    20. bonne idée. C'est vrai que dés que le soleil se couche, on appuie sur un bouton et voilà un soleil électrique qui s'allume.

      RépondreSupprimer
    21. Et je compris pourquoi il s’appelait Tambour "Major"...
      Bravo pour l'idée, la réalisation, l'habillage... excellent.

      RépondreSupprimer
    22. Interprétation très originale du thème et surtout magnifique macro! Ca change un peu des couchers de soleils qu'on a vu à la pelle :)

      RépondreSupprimer
    23. Très belle phot ! Et merci pour cet extrait de Barjavel !
      Ma nièce lisait "Ravage" ce weekend dans notre jardin ! Tu le cites aujourd'hui ... Décidément, il faut vraiement que je le ressorte de ma bibliothèque ;-)

      RépondreSupprimer
    24. Pas grand chose à ajouter aux autres commentaires... On est jamais déçu avec toi... :-)

      RépondreSupprimer
    25. @ François : On voit les mélomanes ;)

      @ Flavien : Figure toi que je n'avais pas du tout fait le lien entre le fabriquant de matériel électrique et le nom (authentique !) du personnage de Barjavel. La rencontre, quoi que fortuite, est tout de même assez cocasse.

      @ Isabelle, La Parigina, Anne Lise, Celiano : Merci. J'espère que le thème prochain me réussira tout autant !

      @ L'habitante de la petite maison, La Madame : J'aime bien verser dans l'originalité :)

      @ Krn : Merci, c'est très gentil :)

      @ Nicopompus : J'aurais voulu une ampoule plus complexe encore, qui ait un coté "mécanique" ou "machine infernale".

      @ E. : Je n'ai aucun mérite, j'avais lu ce livre il y a un an ou deux et l'avais encore bien en tête.

      @ Sèv : Une bonne lecture. Quand on prend un peu de recul, la saveur en est quand même fortement amère...

      @ Stéphane Danré : Tiens, il y a longtemps qu'on me l'avait pas faite celle là :)

      @ Dicey : J'aime bien de temps à autre, illustrer ma photo avec un texte plus ou moins long en rapport avec le sujet, histoire de prolonger un peu l'instant ou d'illustrer ma propre réflexion. J'avais fait de même notamment avec .Mon Trésor.

      @ Florian : Merci. ravagefait partie des classiques de Barjavel. Mais, comme beaucoup d'autres, on peut très bien vivre sans l'avoir lu ;)

      @ Cecy : Aujourd'hui seulement ? Entre dans n'importe quelle boutique et demande-toi à quoi elle ressemblerait sans tout son système d'éclairage ;)

      @ Nigloo : Ha oui, j'imagine bien les pioupiou groupés sous la lampe chauffante !

      @ Nathalie : J'avoue, c'est le seul Barjavel que j'ai lu ^^

      @ Magda : Hé bien merci beaucoup ! Bonne journée également !

      @ Gilsoub : J'ai un peu cherché et puis je me suis rendu compte que j'avais la solution à toutes mes questions sur ma table de nuit. On va parfois chercher très loin ce qu'on a juste sous le nez ^^

      @ Onee-Chan : Je crois que ce jour là il faisait un soleil radieux à Toulouse. Tout comme le jour d'avant. Et celui d'après d'ailleurs :D

      @ Zoursland : Hé oui, il y a un peu de cela. Sauf que dans les Cités d'Or les peuples ont apprivoisé l’énergie solaire. Pour l'instant nous n'avons fait que le remplacer.

      @ Manola : Hé oui, la photo du mois c'est aussi l'occasion de découvrir plein de nouveaux blogs ! La photo n'est qu'un prétexte à une ouverture sur l'autre ;-)

      @ Sgiworld : Exactement. Comme Cécy, regarde bien si ces soleils là ne brillent vraiment que la nuit...

      @ Niwatori : L'origine de mon pseudo, qui n'a rien à voir avec les majorettes, trouve une explication de ce coté ;-)

      @ CindyChou : Je voulais à tout prix éviter une photo de coucher de soleil, même s'il sont magnifiques à Toulouse qui, à ces heures là, porte bien son nom de "ville rose".

      @ Thib : Ha oui, là ce sont trop de signes concordants ! Bonne lecture alors ;)

      @ L'azimutée : Hé hé :)) Bon, tu me mets la pression là ! Va falloir que je me décarcasse pour le prochain épisode !

      RépondreSupprimer
    26. Toujours aussi admiratif de tes macros, l'idée est judicieuse.

      Tu me donnes envie de ce livre, j'avais beaucoup aimé Le Grand Secret, du même auteur.

      RépondreSupprimer
    27. C'est tellement vrai tout ça... et la citation, Ravage, mon livre culte!

      RépondreSupprimer
    28. Le soleil le plus original de ce mois-ci. :)
      Ça me fait penser que ma grand-mère a des lampes à pétroles dans sa cave. Ça serait amusant de s'en servir de temps en temps. :)

      RépondreSupprimer
    29. Très belle photo et texte super...j'adore les quelques bouquins que j'ai lu de Barjavel... excellente idée tu as eu !!!

      RépondreSupprimer
    30. Encore un (chouette) soleil original, halogène qui plus est :)

      RépondreSupprimer
    31. Extrait du livre "Myst : le livre d'Atrus", page 164.

      "Il descendit le pente jusqu’à ce qu'il atteigne un surplomb rocheux qui dominait le lac. Il s'accroupit et contempla les eaux troubles. L'obscurité était trop grande, à présent, pour qu'il en distingue les limites ; il avait l'impression de plonger son regard dans le cratère d'un volcan par une nuit sans lune . On ne voyait rien mais on pouvait tout imaginer. C'était cela, l'obscurité... un état qui se refusait à rester une simple absence. A la différence de la neige, qu'il avait vue dans d'autres mondes de Gehn, l'obscurité revêtait des formes, des millions de formes, car le noir était à la fois la couleur du néant et l'écran de l'imaginaire."

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !