• A propos
  • Me contacter
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • L'Oiseau Bleu
  • Vine
  • 13 juin 2015

    Sale pédé

    Ils s'appellent Damien, Marion, David-Henri, Ali, Françoise ou Mohamed. Ils ont tous les âges, toutes les nationalités, toutes les religions. Ils habitent peut-être en face de chez toi, mais tu ne les vois pas. Ils n'attirent pas le regard.

    Et on leur fout la paix.

    J'ai fait mon coming-out à l'âge de 15 ans.

    Par contre, le grand mec du troisième qui vit en couple avec ce beau black et qui rit toujours fort dans les escaliers en téléphonant, ces deux-là, tu les as vus. Les deux pédés...

    J'étais le “pédé” du lycée. Étrange comme intronisation. Difficilement vivable.

    Ho ils sont gentils... Ils sont normaux. Ils s'habillent pas comme des tafiolles, eux. Pas comme le fils de Catherine. La pauvre. Ça doit être dur pour elle... Et son mari !

    J'ai d'abord découvert les regards, les rires étouffés.

    Et puis maintenant "ils" peuvent se marier... Manquait plus que ça ! Ho moi je m'en fous. Tant que c'est pas mon gamin....! Ha ça non alors ! Pas de ça chez moi.

    Rapidement, ils se sont mis à me jeter des pierres.

    Et puis leur carnaval là... leur truc... la Gay Pride ! Tu crois qu'on en a pas déjà assez avec la fête de la musique ? Nous avant on faisait des boums. Eux ils font ça dans la rue. Non mais franchement c'est sympathique hein. Moi aussi j'aime faire la fête de temps en temps. Mais franchement, ils croient quoi ? Que se trimbaler cul-nu en pleine rue ça va les faire accepter par les gens ? Et puis quoi encore ?

    Ils ont essayé de me coincer et tabasser à plusieurs reprises.

    Franck il y va lui, à la Gay Pride, avec des amis. Il paraît que c'est sympa tout ces gens qui dansent avec des ballons et des confettis derrière des chars. Même sa copine elle y va avec lui. Et tous les ans en plus. Moi je préfère rester chez moi...

    “Hey Damien, pourquoi t'aimes pas la chatte, sale pédé ?!”

    Il y a même des partis politiques qui défilent à la Gay Pride. Et des syndicats. De droite et de gauche, comme pour le premier Mai. Avec des banderoles et tout et tout. Ho, tu sais, ils feraient n'importe quoi pour aller gratter quelques voix aux prochaines élections ! Avec nos impôts ! Non mais moi j'y crois plus à la politique. La droite et la gauche, la gauche et la droite, le front national, c'est bonnet blanc et blanc bonnet...  Ils peuvent dire ce qu'ils veulent, moi je vote plus. Elections, piège à cons !

    Ils ont essayé de me brûler le visage dans le bus.

    Et puis maintenant qu'on leur a donné le droit de se marier, qu'est-ce qu'ils veulent de plus, hein ? Non mais ça suffit avec leurs histoires.

    Ils s'appellent Damien, Pierre, David, Ali, Mohamed, Françoise ou Marion. Ils ont tous les âges, toutes les nationalités, toutes les religions. Ils habitent peut-être en face de chez toi, mais tu ne les vois peut-être pas, tant ils font tout pour ne pas se faire remarquer et ne pas attirer les regards sur eux... On sait jamais ce qu'il peut passer par la tête d'un homophobe. Qu'il veuille te fracasser la gueule à coups de poing, ou simplement te virer de ta boite parce que ta gueule de sale pédé ne lui revient pas...

    L’homophobie, c’est ça.

    Alors toi, qui ira peut-être défiler lors de l'une ou plusieurs Gay Prides qui ont lieu cette année en France et un peu partout dans le monde, n'oublie pas pourquoi tu pourras y être, dans la rue, sans craindre de te faire arrêter manu militari, comme d'autres jeunes gays et lesbiennes dans les années 50, comme d'autres gays et lesbiennes le sont et le seront encore, un peu partout dans le monde, pour la simple raison qu'ils ce qu'ils sont ce qu'ils sont.

    Car si aujourd'hui tu peux défiler derrière un char avec des amis à toi, souviens-toi que ce simple droit, bien fragile, ne s'est pas gagné sans heurts, et que des racines homophobes sont encore trop bien ancrées dans notre douce France. 

    Ouvre les yeux, regarde donc du côté de certaines communes qui ont viré FN ou dont les élus FN sont en force dans les conseils municipaux, Metz par exemple, et la coupure brute et nette des subventions aux associations LGBT... Regarde Fillon et Sarkozy en train de réécrire la Loi Taubira, regarde Les Veilleurs, regarde La Manif Pour Tous qui est désormais devenue un parti politique... Tu veux faire la fête avec eux ?

    Ces enfoirés m'ont volé une partie de mon adolescence.

    La Gay Pride n'est pas et de ne doit pas devenir qu'une question de folklore "bisounours" où tout le monde s'aime en chœur, parce qu'elle est et doit rester une démarche fondamentale pour exorciser cette haine qui détruit des vies en toute impunité et précipite des braves gens au fond  de l'abîme. Et qu'il est par conséquent inadmissible de laisser défiler tout et n'importe quoi à nos côtés au prétexte que l'on se doit d'accepter l'autre tel qu'il est, et quoi qu'il pense, fût-il d'extrême droite... 

    Y aura-t-il, comme le craignait l'an passé Virgile, un char FN à la Gay Pride 2015 ? A-t-on à ce point la mémoire courte pour oublier d'où nous venons, par où nous sommes passés, calomnies, propos infâmes, faut-il rappeler les efforts titanesques de pédagogie qu'il a fallu déployer pour arriver à vivre à peu près correctement sans nous faire tabasser impunément au premier coin de rue ?

    L’homophobie, c’est ça. 

    Les passages en italique sont extraits d'un billet de Damien, alias Poupée Barbu, un billet écrit en 2013 à la sueur de ses trippes et que tu iras lire en entier chez lui, car hélas encore d'actualité. Parce que les actes qu'il y dénonce et qu'il a endurés pendant son adolescence ne sont pas derrière nous. Et qu'aux Damien d'hier ont succédé des Damien d'aujourd'hui, preuves vivantes que beaucoup de travail reste encore à faire...

    Marchons pour eux.

    3 commentaires:

    1. Un type qui rit très fort en téléphonant dans l'escalier, pour moi c'est un sale con. Qu'il soit homosexuel ou non.

      RépondreSupprimer
    2. Chaque année je me demande si j'irai marcher... Bien que je sois totalement pour le message originel, j'en viens à chaque fois à la même conclusion, je ne suis pas assez hypocrite pour oublier les 364 autre jours de l'année, et le message d'origine me semble assez peu présent (mais c'est un ressenti personnel).

      Accessoirement, je ne retire aucune fierté du fait d'être gay (sûrement un de mes gros défauts), du coup, participer à la marche des fiertés...

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !