• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 21 août 2009

    Vacances - Episode 8 : Intermède télévisuel

    Pendant que certains s'emmerdent fermement devant leur écran de télévision en raison de l'indigence intellectuelle des programmes d'été - dont l'essentiel est composé de jeux de toutes sortes permettant de fabriquer consciencieusement du temps de cerveau disponible pour ces messieurs-dames les publicitaires et nous faire bien acheter tout ce dont on n'a pas besoin, programmes qui n'ont fort heureusement pas vocation à survivre plus de quelques semaines - je profite de mes vacances pour d'intenses séances de lobotomie. L'autre jour je suis tombé par hasard sur l'émission de télé-réalité "Mon incroyable fiancé" saison 2 (la première avait eu lieu voici 4 ans déjà) diffusée sur la nauséabonde TF1.

    Mon incroyable fiancé était initialement une pseudo émission de TV-réalité dans laquelle une jouvencelle bien sous tous rapports était en prise à un piège atroce : faire croire à sa famille qu'elle est tombée folle amoureuse d'un damoiseau au cours d'un jeu télévisé auquel elle vient de participer et qu'elle a la ferme intention de se marier avec lui. Si la donzelle relève le challenge, elle empoche le jackpot, soit une coquette somme d'argent. Sauf que pour corser un peu la sauce, le fiancé en question est en réalité un comédien - ce qu'elle ignore - chargé d'incarner un incommensurable boulet sans fois ni loi, vulgaire et imprévisible, loin, très loin, à des années lumières du prototype du prince charmant dont on abreuve les petites filles depuis leur plus tendre enfance.

    Cet été, la première chaîne remet le couvert en changeant un peu la donne puisque l'incroyable fiancé revient à la sauce gay. Cette année c'est donc un charmant jeune homme - bien hétéro comme il faut- qui est pris au piège. Sa mission pour empocher la somme de 100.000 € : faire gober à ses amis et à sa famille qu'il a viré sa cuti et qu'il va se marier avec son cher et tendre rencontré sur le plateau. Voici le pitch original du programme :
    Christopher est célibataire et hétérosexuel. Il croit participer à un programme de dating où, comme il en est coutume, il va rencontrer et devoir séduire de jeunes femmes.
    Mais ce défi serait probablement trop facile pour un séducteur patenté comme Christopher car en vérité, il devra, pour empocher un gain de 100 000 euros, faire croire à ses proches et à sa famille qu'il est amoureux d'un jeune homme, Emeric, et qu'ils sont décidés à se marier.
    Ce qu'il ne sait pas en revanche, c'est que son partenaire Emeric qu'il croit embarqué dans la même aventure que lui est un comédien qui fera tout pour lui compliquer la tâche.
    Ma première réaction fut de bondir à la gorge de la chaîne honteuse qui surfe sur la vague facile du gayfriendly - du pédé en veux-tu en voilà - pour faire du bizness, de me fendre d'anathème en vilipendage, et de briser sur l'autel de la moralité cette émission qui - pensais-je- usera de tous les subterfuges pour vendre au français moyen (et ce n'est pas peu dire) l'image du pédé foufou et culcul-la-praline qui écoute du Mylène, tortille du popotin en marchant et accessoirement s'habille en Dalida pour sortir. Bref, le gryzzly sauvage qui dort en moi s'est soudain éveillé en une humeur grommelante passablement énervée, prêt à en découdre toutes griffes dehors. Et pourtant...

    Et pourtant, après avoir regardé (en replay sur le site de la chaîne) les deux premiers volets du nouvel opus, mon avis est non pas totalement favorable (sans que j'ai pour cela besoin de recourir à ne serait-ce qu'un soupçon de mauvaise foi...) mais disons que le programme n'est finalement pas si débile que cela. Je m'explique.

    Tout d'abord, il faut reconnaître que les clichés habituels n'ont pas effrayé la production : le "fiancé" se révèle exubérant aux moments les moins opportuns, est doté de la finesse d'esprit d'une poule, pleurniche régulièrement, badde son chéri comme un toutou devant un morceau de sucre que son maîmaître attend de lui donner, j'en passe et des meilleures. Bref, si l'émission ne reposait que sur cela, elle serait à peu près au même niveau que beaucoup d'autres sur le même sujet : merdique.

    Néanmoins, c'est le personnage de la "victime" (un vrai mec normal et hétéro) qui rehausse agréablement le niveau général. Car j'avoue trouver Christopher formidable. Certes il est gosse et viril tout ce qu'il faut, minimum syndical pour attirer les tarlouzes. Mais surtout, loin des caricatures de débiles mentaux dont la même chaîne nous abreuve dans son programme "Six crêtes story", notre impétrant fait preuve d'une belle ouverture d'esprit, d'une réelle humanité, et d'un équilibre mental plus qu'appréciable. Les séances de debrieffing lors desquelles il expose ses états d'âme sur la situation, ses angoisses, sa stratégie sont particulièrement touchantes : il exprime par des mots simples et une franchise du regard plein de candeur tout le poids juché sur le joug de ses épaules, ses angoisses, l'appréhension de la confrontation familiale, et mille autres choses. Franchement, je trouve ce mec hyper touchant et c'est un réel plaisir de l'écouter commenter son périple. En parallèle, la réaction des amis et de la famille lors de l'annonce de son homosexualité feinte sont particulièrement intéressantes : sentir la tension juste avant que les paroles ne tombent, puis le regard qui cherche le réconfort auprès d'yeux qui fuient la réalité, les voix qui s'élèvent, les mots qui fusent, dévastateurs et meurtriers, les sourires crispés tentant de masquer une profonde déception... Tant de choses que ne parlent réellement qu'à ceux et celles qui ont eu à vivre ces instants de profonde solitude, que l'on soit parent ou enfant, car non, même en 2009 ce n'est pas facile tous les jours d'être différents. Ce sera j'espère la morale qu'on l'on pourra retirer de cette saga estivale. Et ce ne sera déjà pas si mal.

    2 commentaires:

    1. Incroyable fiancé ? tout a fait nauséabond, de la même veine que Secret trash story...

      A part ca ton blog est tres sympa
      biz

      RépondreSupprimer
    2. @ Corto74 : Certes, certes, mais parfois c'est bon la honte ^^

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !