• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 15 octobre 2008

    Echos et concordances

     

    C'est marrant la vie... la façon dont les événements peuvent s'enchaîner dans une journée, comme ils se font écho, se complètent, se répondent, prennent leur cohérence, alors qu'isolément ils sont insignifiants et restent au rang de micro-événement sans conséquence que l'on a déjà oublié le lendemain matin en se levant.

     

    Ce midi, de passage sur le blog de Méchant Chimiste, je découvrais un billet somme toute laconique,mais contenant un lien vers un autre billet situé sur un autre blog, celui de Colin-Ducasse, que j'avais déjà croisé un peu plus loin chez Matoo.

    [mode **lèche cul** Off]

     

    Le billet donc, que je vous invite à lire, m'a fait passablement réagir. Il y est grosso-modo question de réussite professionnelle et de réussite personnelle, de plan carrière et de projet de vie, d'être esclave de son travail ou acteur de sa vie (vous irez voir tout ça vous-même)

     

    Je me suis posé et me pose encore beaucoup de questions sur mon avenir, mes études que je poursuis encore (bah oui, un doctorat ne se prépare pas en 2 mois, surtout lorsque l'on taffe à coté) et de ce que je veux en faire. Je ne me plains pas trop, je crois ne pas trop mal réussir dans ma branche, de la façon la plus honnête, et non pas à force de jouer au lèche-boules comme certains maitres de conférence - incapables notoires - qui ne doivent leur statut qu'au fait qu'il n'ont pas eu peur d'avoir la langue qui sente la merde. La méritocratie... illusions et désillusions. Malgré tout, j'en reste un fervent défenseur.

     

    Je n'ai jamais vraiment eu de plan de carrière de projet bien défini, avec un objectif précis à atteindre par tous les moyens et ai toujours placé autant que possible ma vie personnelle avant mes études (dans une mesure relativement raisonnable je l'avoue) mais par exemple, l'idée de préparer un grand concours comme celui de la magistrature, alors que j'en avais je crois pleinement les capacités, et de passer une année entière à bosser comme une andouille nuit et jour m'a toujours révulsé. Encore maintenant, j'aime bien prendre mon temps et profiter de l'instant présent, quitte à retarder certaines échéances. Non pas que je n'aie aucune ambition, ne vous y trompez pas. J'ai même pas mal d'ambition et des envies professionnelles assez prétentieuses. Non pas pour la gloriole dont je me contrefous, mais simplement par goût, gagner suffisamment pour vivre bien sans trop se poser de question, et jouir de la vie entouré des gens qu'on aime. En toute simplicité.

     

    J'en étais à cet état de ma réflexion lorsque je croisai ce soir un énergumène digne du plus haut intérêt au sortir d'une messe pour laquelle je jouais à l'organiste. Je crois que j'avais engagé la conversation avec sa copine ou sa grande soeur, à moins que ce fut quelqu'un de totalement étranger... Lorsque nous en vînmes à ouvrir la conversation alors qu'il me proposait un verre de coca. Rapide description : le monsieur doit avoir 22/23 ans, est en Master 2 "droit des systèmes et réseaux" - ou quelque chose dans ce goût là - à la fac, petit, cheveux chatain-clair, courts et raie à peu près de coté (après 19h c'est excusable), un léger embonpoint signe d'une alimentation abondante et d'une sédentarité certaine, s'exprimant assez fort, vêtu d'un pantalon beige à pinces et d'une chemise de marque légèrement débraillée laissant apparaître un poitrail à la pilosité foisonnante. Un petit ourson en somme, issu sans aucun doute des beaux quartiers de Toulouse et comme on en croise régulièrement sur le parvis d'une belle église de la rue de la Dalbade les soirs de semaine où ont lieu les réunions de l'aumônerie étudiante pour ces messieurs-dames les petits bourgeois (ceux qui sont déjà passé par là vers 19H30 savent de quoi je parle). Bref... Il a envie de tcharrer et j'ai envie de l'écouter, de voir un peu ce qu'il a à raconter. On parle de ses études, de ses perspectives professionnelles. J'ai pas perdu mon temps... J'apprends que Winnie (appelons le ainsi, ourson-attitude oblige) a effectué un stage cet été au Ministère de la Défense ou un de leurs services délégués, je n'ai pas tout à fait compris - mais de toute façon le genre de stage que ni vous ni moi ne sommes capables de dégotter sans le subtil piston d'une connaissance bien bien placée... mais là n'est pas la question, et après tout tant mieux pour lui ! - et qu'il s'est "trop marré" (sic.). Qu'il veut ensuite bosser dans le public parce que, me confia-t-il : "Là, ben, t'as vachement vite des responsabilités importantes pour un salaire pas terrible." Et moi de lui dire qu'à mon avis s'il veut gagner du fric il a tout intérêt à aller dans le privé... C'est pas un secret ! Et Winnie de me répondre : "Haaaa mééé noon !! D'abord du bosses dans le public, tu te fais un CV avec des responsabilités importantes, parce que dans le public ont te file assez vite des grosses responsabilités, et ensuite, tu vas dans le privé. Parce que là, tu leur dis : voilà les responsabilités que j'avais avant ; donnez moi les mêmes ! Et là, ben forcément tu doubles ton salaire facile ! Point de vue plan de carrière c'est top..." Et Winnie d'arborer un sourire satisfait béatement candide.

     

    Tout d'un coup, tout m'est revenu comme un flash : le mail de Méchant Chimiste, le billet de Colin-Ducasse, la pyramide de Maslow...

    C'est parfois marrant, la vie.

     

    5 commentaires:

    1. chimiste-méchant15 octobre 2008 à 16:18

      La notion qui fait cruellement défaut au discours de ton cuitre en chaussures bateau : la compétence.
       
      M\'enfin bon, si on ne donnait de responsabilités qu\'aux seules personnes compétentes, ça se saurait !

      RépondreSupprimer
    2. "Etudiant poil au dent, j\'suis pas d\'ton clan pas d\'ta race, mais j\'sais qu\'le coup d\'pied au cul que j\'file au bourgeois qui passe, il vient d\'l\'école de la rue et il salit ma godasse. Maman, quand j\'ch\'rai grand, j\'voudrais pas être étudiant, ben alors qu\'es\'tu veux êt\'e ? J\'sais pas moi, poète..."
      C\'est pas toi qui citait Renaud récemment ?

      RépondreSupprimer
    3. Recherchant hier soir quelques contes et récits sur le hasard et les coincidences, je suis tombée sur ton billet et avoue avoir été prise au jeu de te lire. J\'ai déjà ma petite idée sur ce que je pourrais faire comme commentaire, mais comme je suis extrêment curieuse (pour la bonne cause bien sur et toujours !), je préfère aller faire un tour d\'abord sur le billet de Colin-Ducasse, la pyramide de Maslow etc... Alors si tu le permets, je reviendrais dès que mon temps me le permettra pour y ajouter, non pas le mot de la fin, mais quelques annotations et mon point de vue (de ma fenêtre !)
      Bravo pour ton espace
      Salut à toi !

      RépondreSupprimer
    4. Trèèèèèès saine de corps et d\'esprit... j\'débute dans mon espace... un peu space.... les idées fusent, vont, viennent au gré de ma sensibilité, mes délires, mes joies, mes amis, mes amours et... mes emmerdes comme dirait Charlie ! ... bref j\'m\'éclate. Je n\'reviens pas de Katmandon non plus, loin s\'en faut !!!
      Salut à toi !

      RépondreSupprimer
    5. Bon, c\'est re-moi ! ... J\'ai tout lu. Le Méchant Chimiste à qui j\'ai d\'ailleurs laissé un message sur Woody Allen.... Tiens d\'ailleurs que penses-tu de son film "Tombes les filles et tais toi" ?. Je te le recommande si tu veux te marrer aux larmes.
      J\'ai lu le billet de Colin-Ducasse. Effectivement ça rejoint ce que disait le tiens. Visiblement suis mal tombée... Non pas par rapport aux commentaires des uns et des autres, mais, travaillant dans une école après BAC à BAC+5 (non non je ne fais pas parti de l\'Education Nationale et n\'ai donc que 5 semaines de CP par an) je pense que j\'aurais beaucoup, beaucoup de choses à dire. L\'éducation des jeunes (dans tous les domaines) n\'est plus ce qu\'elle était mon pauv\' môsieur !! A l\'occasion, je me lançerai bien sur ce sujet sur mon espace.
      Ha ! au fait ! tu prêches dans ma paroisse "mon fils" avec ton billet sur les bobos.... y a qu\'à voir mon fond d\'écran !
      Salut à toi

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !