• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 6 octobre 2008

    Envies vespérales

     Rude journée que ce lundi après un week-end à peine reposant. Non pas que j'ai au cours de ces jours derniers, assouvi quelques triviaux désirs au gré de frasques orgiaques qui eussent conduit quelques personnes sans scrupules à se gorger voluptueusement des délices excquises de mon corps d'apollon (bah, oui, on peut rêver non ?)...

    Non hélas rien de cela... la réalité est beaucoup plus simple quoique ne manquant pas d'originalité, puisque j'ai servi ces trois jours durant d'esclave à des musiciens de premier choix, afin que ces messieurs prodiguassent, avec la dextérité digitale qui sied à leur talent - et pour qu'ils ne faillissent point à leur réputation, les onctions célestes béatifiantes de bonheurs orphéens à un auditoire avisé, venu en nombre pour l'occasion.

    En clair, j'ai joué les tireurs de registres pour des concerts d'orgue, et écumé de longues heures de répétition plus ou moins soutenues, jusques en des heures fort tardives. Mais au final, quel enchantement ! Ce ne furent que louanges et applaudissements. Du bon boulot en somme. Je n'ai pas failli à ma réputation de tireur d'élite, gagnée à la sueur du front et à la force du poignet... (les initiés comprendront ^^).

    C'est donc pas du tout reposé que je pris ce matin le chemin de la fac pour mes trois heures de TD du lundi (8h-11h) avant que de rejoindre mes quartiers de la rue de la Fonderie pour mes quatre heures et demi de TD du lundi après midi (14h-18h30 non stop). Et entre midi et deux, déjeûner, rattraper les couffes qui apparaissent toujours au moment qui s'y prête le moins... comme de bien entendu. Sinon, bah se serait pas drôle du tout... Bref, que du bonheur.

    Tout ça pour vous dire que, là ce soir toussuite, je suis...

    ANEANTI !!

    Après 7h30 de cours assumés avec brio et panache, je l'avoue humblement... J'en peux plus... Si ! Même le Tambour Major a ses limites !

    Après une si rude journée, je n'ai qu'une envie...

    Un bon bain chaud avec profusion de mousse qui pique pas les yeux... 

    Et si je pouvais aussi...

    Des mains douces pour me masser le dos, la nuque, et me faire oublier tous mes tracas

    Du calme, du silence, envie de fraîcheur

    Des bras dans lesquels me blottir et me réfugier

    Quelqu'un qui m'attende à la maison et qui sache communier à ce silence

    Comater devant la télé, la tête bercée par le rythme lent d'une respiration profonde, lovés dans le canapé

    M'endormir comme un gros bébé et faire de beaux rêves.

    Envie ... d'être heureux, tout simplement.

    5 commentaires:

    1. Ah là là, le cornet, le prestant, la montre, y avait pas le nasard aussi ou quelque chose dans ce goût-là ?
      La registration c\'est vraiment UN MONDE A PART...

      RépondreSupprimer
    2. chimiste-méchant8 octobre 2008 à 13:21

      Tout vient à poinct à qui peut attendre (Rabelais)

      RépondreSupprimer
    3. Comme tout le monde je pense, jouir de la vie...
      bisous...
      cEndrinE...

      RépondreSupprimer
    4. Allez, une petite pensée de soutien d\'un qui cette année n\'aura pas eu la chance de passer 23h enfermé à St Sernin à bosser avec 6 cuivres, des percus et le plus bel orgue de la ville (on pourrait nuancer le propos, certes...). Ceci étant dit, non seulement c\'est le pied, mais en plus je voudrais pas ternir ta performance, on est quand même payés pour ça ! (ou alors ils t\'ont bien entubé...). Ca c\'est quand même un chouette métier (bon on peut quand même pas en vivre toute l\'année...).
       
      Pour le reste, rassure-toi, seul, à deux ou plus, c\'est ce qu\'on recherche toujours. Le nombre importe peu en fait, c\'est la quête qui compte réellement. Hardi jeune chevalier ! Le graal t\'attend (et ne perd pas patience parce que tu vas le chercher toute ta vie !)

      RépondreSupprimer
    5. @ Kingluther : certes non, je ne me plains pas... Faire un truc qui te passionne, le faire par plaisir, et en plus être payé pour ça... Non, vraiment aucune raison de me plaindre.

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !