• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 11 août 2012

    L'obélisque de Naurouze

    Arpentant la campagne au retour d'un fort beau week-end au coeur de l'Aude, je fus interpellé par un panneau routier annonçant : "Obélisque de Pierre-Paul Riquet". En amoureux du canal que je suis, je ne pouvais rester dans l'ignorance. Et puis, au beau milieu de mes vacances, j'avais tout le temps nécessaire pour ne pas manquer cette occasion de m'instruire.

    Une fois garé au milieu d'à peu près nulle-part puis levant les yeux, on distingue, masqué par des arbres, un promontoire naturel duquel émerge ce que je devine être un obélisque. On grimpe un tout petit peu avant que ne s'ouvre une jolie allée de platanes. Peu à peu, à travers l'épaisse frondaison, l'obélisque se dévoile.


    J'ignorais que cet obélisque existât. Je n'en avais jamais entendu parler. En revanche sa situation géographique n'est pas surprenante du tout. Elle est même, symboliquement parlant très habilement choisie, car érigée au seuil de Naurouze. 

    Parfois appelé aussi seuil du Lauragais, le seuil de Naurouze est un seuil géographique situé à la frontière du département de la Haute-Garonne et du département de l'Aude sur la ligne de partage des eaux entre l’océan Atlantique et la mer Méditerranée.


    Connu depuis l'Antiquité, le seuil de Naurouze constitue le point le plus élevé du canal du Midi. A cet égard il constitue la pierre angulaire du projet de construction du canal du Midi qui relie la Méditerranée à l’Atlantique, et sépare le Massif central  des Pyrénées.

    Point le plus élevé du parcours, il nécessite un apport continu en eau pour alimenter le canal. Riquet a donc eu l'idée de récolter les eaux de la Montagne Noire et de les amener jusqu'au seuil. A cette fin il fait construire le lac de Saint-Ferréol, près de Revel, et la Rigole de la plaine qui amène l'eau depuis le lac jusqu'au canal au seuil de Naurouze. 


    L'obélisque fut érigé en 1827 à l'initiative de ses héritiers (pour mémoire, P.-P. Riquet est mort en 1680). Il s'élève à 20 mètres de haut.
    Le piedestal est orné d'inscriptions et de bas reliefs allégoriques. Côté Nord, les armes et le médalillon de P.-P. Riquet, soutenus par Minerve, déesse de la sagesse, et Mercure, dieu du commerce. Côté Sud, une nymphe, symbolisant la Montagne Noir, verse l'eau d'une urne, alimentant la Rigole de la Plaine. Cette eau se divise ensuite en deux courants, en référence au partage des eaux du canal. Neptune veille sur le versant océanique, Vénus sur le versant méditerranéen.


    Malheureusement l'accès est interdit par une lourde grille métallique qui barre le passage. Elle semble n'être que trop rarement ouverte.

    Faute de ne pouvoir approcher l'obélisque et d'en apprécier les bas-reliefs de près, sauf à zoomer avec son appareil photo, on peut faire le tour du monument, ceinturé par une muraille de soutènement, et jouir du fort beau panorama sur le Lauragais qui se déploie sous nos yeux, à perte de vue.


    6 commentaires:

    1. en amoureuse des canaux moi aussi, j'habite devant la station de métro Riquet.....l'es pas drôle la vie ?
      Je ne connais pas du tout ni ce coin ni ce monument, mais voilà quelque chose que je retiens..... belle journée

      RépondreSupprimer
    2. Merci pour la vadrouille... mais pourquoi faut-il toujours que tu tombes sur de tels monuments érigés ?

      RépondreSupprimer
    3. Je veux pas foutre le dawa, parce que l'article est sympa, mais apparemment, selon le Larousse, on dit "un obélisque"... U_U

      RépondreSupprimer
    4. @Boutfil : Tu crois au hasard ? :) Belle journée également !

      @Freançois : Tu remarqueras que, dès qu'il s'agit de faire un monument, les Hommes ont tendance à ériger des trucs. La nature humaine...

      @Gyom : Larousse a parfaitement raison. Corrigé !

      RépondreSupprimer
    5. Un coin à découvrir en effet...Belles photos !

      RépondreSupprimer
    6. Joli voyage virtuel encore une fois :) Et merci pour les infos culturelles :))

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !