• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 7 février 2017

    7 février 2017 - Memento

    Cela fait déjà plus d'un mois que l'année a commencé, que les fêtes et réjouissances de décembre sont finies et se prépare l'année 2018. Non pas que je veuille planifier les choses très à l'avance. Elles le sont pour moi. Un compte à rebours à commencé par le dépôt à la veille de Noël d'une grosse enveloppe sous plis recommandé. Et depuis la machine est en marche. Les premières pierres du cheminement dont je ne maîtrise ni le tempo ni le déroulement ont été lancées. Je sais que d'autres sont à venir. 

    Comme je l'écrivais à un ami l'autre soir, ce que je vis en ce moment est la traduction d'un processus en cours que je ne maîtrise pas et qui m'amènera peut être, dans quelques mois, à toucher du doigt quelque chose que je désire vraiment et que, certainement par une forme d'auto-dénigrement de mes propres compétences dont je me suis fait une spécialité, je me suis longtemps refusé. C'est en cela que la situation est étrange, grisante et effrayante à la fois.

    Dimanche soir, après avoir finalement décliné une invitation à aller au cinéma pour rester chez moi, j'ai ré-écouté en travaillant le finale du Dialogue des Carmélites de Poulenc. Depuis cette musique me hante et tourne en boucle dans ma tête. J'aime tellement Poulenc. Sa musique est si profondément humaine et chaleureuse, empreinte d'un romantisme puissant teinté de ce velouté soyeux propre aux vieilles roses et aux lueurs crépusculaires des soirs d'automne... Il faudra un jour que je m'achète un livre retraçant sa biographie.

    Du coup il me faudra aller voir La La Land avant qu'il ne soit retiré de l'affiche. Ou faire l'impasse dessus, juste par réaction contrariée à l'encensement collectif actuel.

    J'ai entamé ce billet sans vraiment savoir ce que j'allais y écrire. En fait si... Mais je me suis longtemps arrêté, repris. Il n'a sûrement pas grand intérêt, si ce n'est celle d'un mémento personnel à relire plus tard.

    Dans quelques mois.

    2 commentaires:

    1. Détrompez-vous, cher Tambour, vous avez réussi à nous faire battre le cœur, et voilà qui, en ces jours sinistres, n'a pas de prix !
      Tous nos vœux vous accompagnent pour que votre projet se réalise.

      RépondreSupprimer
    2. Cela fait deux fois que je vais entendre le Dialogue des Carmélites (une fois avec une mise en scène géniale (Bastille), une seconde dite moderne et inspirée, et donc, comme souvent dans ce cas, un peu nulle).

      A chaque fois je ne me souviens que peu du final, je pleure trop !

      Droopyx

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !