• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 8 avril 2009

    In vino veritas

    La langue française est particulièrement riche en expressions imagées faisant référence à la bouffe : mettre les pieds dans le plat, mettre les pieds sous la table, ça ne mange pas de pain, rouge comme une écrevisse, mettre du beurre dans les épinards, comme un cheveu sur la soupe, tomber comme une couille dans le potage, mettre de l'eau dans son vin, mi-figue mi-raisin (et sa variante private joke: être totalement figue), ménager la chèvre et le choux, être soupe-au-lait, en faire tout un fromage, ce n'est pas de la tarte, rouler dans la farine, casser du sucre sur le dos, faire choux blanc, etc. etc. Je ne sais pas quelle est l'origine de chacune d'elles, mais je suis sûr qu'un minimum de réflexion et de bon sens populaire viendraient à bout de ces énigmes gastronomico-lexicales.

    "Mettre de l'eau dans son vin" est l'expression qui me correspond parfaitement aujourd'hui car de l'eau j'en mets des océans dans ma coupe !

    A première vue, le propos est intrinsèquement hérétique : couper le vin avec de l'eau - fut-elle minérale - mériterait a priori le pal et le fouet d'épines sans discussion possible. D'ailleurs c'est un fait caché de l'histoire de France, mais Jeanne d'Arc n'a pas été brûlée vive pour ses visions fantasmagoriques d'Archange aux fesses roses et dodues qui lui aurait soufflé d'aller casser du roastbeef, non non, mais bel et bien pour avoir mis un glaçon dans son rosé d'Anjou tandis qu'elle chevauchait en direction d'Orléans. Souvenez-vous en cet été lorsque vous prendrez l'apéro à l'ombre des pins parasols ! Le seul fait justificatif qui puisse être toléré afin d'épargner le malfrat serait que le breuvage fut non pas un Crozes Hermitage mais une innomable piquette à papi comme il en existe hélas, qui fasse tomber les dents et provoque une crise d'épyllepsie rien qu'en touchant le bouchon. Je ne vois pas d'autre hypothèse. Car mettre de l'eau dans du vin relève à peu près du même degré de sacrilège que manger de la langouste avec du ketchup, du foie gras froid avec du pain de mie industriel qui colle aux dents, du rôti de veau avec de la gelée de menthe (oups... zut, ça va pas plaire à nos amis fidèles sujets de sa Majesté ça... je vais encore perdre des lecteurs, tant pis, osons les vérités qui fâchent ! ) ou encore de faire une béchamel avec de la Maïzena™ (maman si tu me lis...^^).

    Mais alors, si mettre de l'eau dans son vin est un tel affront au bon goût, pourquoi diable la langue française a-t-elle fait sienne cette expression déplorable ?

    Quelques recherches m'ont permis de découvrir que l'expression "mettre de l'eau dans son vin" est employée assez tardivement. En 1646, Fleury de Bellingen dans son "Étymologie ou explication des proverbes français" donnait la signification suivante : "modérer ses passions comme la chaleur excessive du vin est tempérée par le meslange de l'eau". Dès lors, mettre de l'eau dans son vin doit permettre de boire le nectar au bouquet un peu trop développé, et ce quelque soit son degré d'imbuvabilité, par la dilution nécessaire de son caractère par trop extraverti. Car il faut se rappeler que pendant longtemps le vin devait être une sacrée mixture dans laquelle les vignerons faisaient macérer toute une variété d'herbes les plus invraisemblables sensées lui procurer diverses vertus digestives et organoleptiques qui devaient davantage le faire ressembler à un onguent pharmaceutique qu'à une boisson de table... Bonjour la sensation aromatique ! Mais revenons à nos moutons...

    Corollairement à la goutte d'eau coupablement versée dans mon verre de Côte du Rhône, point à mon esprit un autre adage populaire dont j'ai fait le titre de ce billet : "In vino veritas".
    L'explication sémantique consiste à reconnaître fort logiquement que les langues ont généralement tendance à se délier au fur et à mesure que les esprits s'égayent, tandis que les bouteilles se vident. C'est bien connu l'alcool peut rendre bavard ce qui est d'ailleurs bien commode pour draguer en boite... Hu hu ^^
    Continuons l'analyse un tout petit peu plus loin en tentant une expérience inédite : la lecture croisée de ces deux expressions. Vous z'allez voir ce n'est rien de bien extraordinaire mais j'avoue ma petite fierté de cette découverte.
    Si le vin est vérité, alors mettre de l'eau dans son vin revient à diluer la vérité, donc à la flouter, à la rendre moins perceptible, à la masquer en tout ou partie. C'est donc (admirez la pirouette) qu'à l'instar de tout vin qui n'est pas bon à boire, que toute vérité n'est pas bonne à dire...
    Pas mal hein ?

    Or croyez moi, de l'eau j'en ai mis dans mon vin plus qu'il n'y a d'eau dans la mer ! Aujourd'hui à force de déployer des trésors de bienséance et de souplesse verbale pour faire comprendre à quelqu'un ce que j'avais à lui reprocher, j'ai cru me transformer en homéopathe. J'ai du frôler le CH 1000 sans que cela produise le moindre soupçon de réaction dans sa petite tête ! J'ai finalement envoyé paître la galanterie et lui dire ses quatre vérités sans aucune forme de style, outre l'efficacité immédiate du procédé ma fois peu urbain, cela fait un bien fou !
    Comme quoi, mettre de l'eau dans son vin, au propre comme au figuré, conduit souvent à faire choux blanc !

    2 commentaires:

    1. La chute... du grand art ;)

      RépondreSupprimer
    2. La pirouette logique est assez hasardeuse, mais si elle t'a permis de te défaire d'un de ces casse-pieds qu'on traine à sa suite sans trop savoir comment s'en défaire, c'est tout à fait admissible ! ;o)

      http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18744568&cfilm=30478.html

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !