• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 29 mai 2009

    A 4 mains...

    Si l'on en croit les astrologues, les gémeaux, esprits vifs curieux mais versatiles, présenteraient des prédispositions cosmiques pour la communication sous toutes ses formes. Quelque soit la crédibilité de ces affirmations dictées par la force invisible de l'inconnu spatial, je dois y reconnaître une certaines forme de vérité. Gémeau moi même entouré de nombreux gémeaux dont certains depuis notre tendre enfance, j'apprécie particulièrement chez les natifs de ce signe la vivacité d'esprit et cette sorte de complicité presque instantanée qui se noue d'un croisement de regard ou en quelques phrases, comme si nous étions "connectés" ou étions destinés à l'être à nouveau. Aussi avec certaines personnes le courant passe extraordinairement au point que quelques secondes suffisent à nous entraîner dans des délires psychédéliques qui n'ont de cesse de laisser les non initiés pantois : drogue ? Alcool ? Folie pure ? Un peu de tout ça à la fois en fait...

    Hélène, dont je vous ai dit tantôt avoir passé une soirée délirante en sa compagnie, est gémeaux elle aussi. Tous deux chargés de travaux dirigés à la fac il nous arrive régulièrement de concocter des sujets de partiels à quatre mains totalement délirants (sur la forme seulement, le fond était absolument irréprochable), voire de faux arrêts de la Cour de Cassation formellement parfaitement authentiques, chacun allant de sa surenchère personnelle dans l'univers de l'absurde et il n'est pas rare que l'on s'esclaffe comme des couillons en plein laboratoire de recherche devant notre écran d'ordinateur, face à un problème de responsabilité civile généré par un enchaînement causal totalement improbable, hormis dans notre esprit malade... (oui, oui, on peut dire 42 là ).

    L'autre soir donc, Hélène - qui suit actuellement en formation à l'école du Barreau de la Ville Rose - m'avait dit :
    " - Ho, j'ai un devoir d'expression écrite de deux pages à rendre pour mercredi sur le sujet Y a-t-il des actes impardonnables. Tu m'aides ? ".
    Et moi d'emblée de réfléchir à une problématique construite, d'élaborer de savantes distinctions et de rechercher des définitions aptes à délimiter un sujet assez costaud philosophiquement parlant, ne serait-ce que sur la notion de "pardon". J'acceptais donc cette rude mission, me préparant à affronter les affres de la dissertation philosophique. Alors que je donnais à Hélène les axes qui me semblaient bon d'aborder, celle-ci me coupa net dans mon élan :
    " - Nan mais en fait, j'ai déjà préparé une trame "
    et joignant le geste à la parole me donna une feuille sur laquelle étaient jetées les premières lignes de son devoir, que je lus aussitôt : du gratiné ...
    " - Tu vas pas rendre ça tout de même ? "
    et je compris aussitôt à son rictus d'enfant pas sage du tout que l'espoir de produire un travail sérieux était perdu d'avance. Dans le fond, ce n'était pas pour me déplaire.
    S'en est suivi une folle séance d'écriture frénétique entrecoupée de fou-rires, de brainstormings qui eussent sans doute justifié - en d'autres temps - des séances d'électrochocs thérapeutiques et de quelques gorgées de vin (très peu en réalité).

    Étrangement nous n'avons pas beaucoup bu ce soir là mais pourtant le résultat final de notre collaboration surpasse de très loin tout ce que nous avions pu produire jusque là... Plus que de longs discours, voici tout simplement le fruit notre composition.

    Et par avance : Pardon !

    4 commentaires:

    1. Mmmh... C'est noté ? :D
      On pourra avoir les commentaires du correcteur (qui, s'il a de l'humour, se fendra la poire) aussi ???
      :)

      RépondreSupprimer
    2. Méchant Chimiste30 mai 2009 à 16:33

      Edité direct à la Pléïade !!!

      RépondreSupprimer
    3. @ Nouck : Non, ce n'était pas noté. La prof a adoré !! Maintenant, l'auteure (je lui abandonne mes droits) va devoir en faire une présentation orale... x_x

      @ Méchant Chimiste : Je ne suis pas certain que ces délires dont l'aspect littéraire reste à démontrer, soit tout à fait du goût de ce bel éditeur... ^^

      RépondreSupprimer
    4. Je peux vous appeler cher collègue alors. Ils sont po facile à vivre les gémeaux,nous avons une vie intérieure très riche ( non non on est po des débiles ).

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !