• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 7 mars 2012

    Wait and see

    Lorsque j'ai ouvert mon blog il y a un peu moins de cinq ans et écrit mon premier billet, je dois reconnaître que tout n'allait pas très bien dans ma vie. En apparence pourtant rien ne semblait démontrer un quelconque tourment. Et pourtant dans ma tête c'était un vaste bordel. Un bordel que j'ai soigné à coup de mots. Des mots contre les maux. Des maux d'homo. Un parmi tant d'autres, anonymes.

    D'éclat de rires en écrits plus intimes, dans la peau d'un Tambour Major qui n'est en réalité que l'une de mes facettes, j'ai découvert ce moi que je croyais être un autre et commencé à comprendre ce moi que j'avais coutume de haïr. Rien ne fut sans peine. Mais les fruits en sont immenses. Si je ne suis pas réductible à Tambour Major, Tambour Major n'est pas très éloigné de celui que je suis. Et aujourd'hui je vais plutôt très bien.

    Car depuis quelques semaines maintenant, je suis à nouveau un homme libre confronté à une vie sociale foisonnante qui me donne toute satisfaction. J'ai entrepris de nouvelles choses, me suis constitué de nouveaux cercles d'amis, je sors, fais la fête, et j'ai des projets plein la tête. La vraie vie quoi. Une vie avec de vrais gens que j'ai plaisir à retrouver pour certains, que j'aime à détester pour d'autres. Des gens que je suis heureux de connaître, et d'autres dont je sais qu'ils ne sont que de passage. Cela me change d'une forme de vie par procuration : celle de facebook, twitter et les blogs. Je trouve la vie "réelle" tellement plus exaltante ! Preuve en est la diminution exponentielle de ma fréquentation des blogs, dont certains me sont pourtant incontournables. Attention, je ne crache pas dans la soupe. Rien de cela.

    Car il y en aurait des choses à dire et des questionnements existentiels à partager ! Mais je n'ai pas envie de tout raconter ni de dévoiler mon quotidien présent, dont bien peu de mes amis savent le contenu. N'y voyez aucune mesquinerie ni roublardise. J'ai juste envie de garder ça pour moi, mon petit jardin secret, et de savourer cette joie de vivre librement. En outre, il est certaines questions pour lesquelles je me sens aujourd'hui assez fort et assez grand d'affronter tout seul, comme un homme. Et cela même s'il ne fait aucun doute que des blessures seront à la clé de certaines de mes décisions. Mais aujourd'hui je me sens capable de voler de mes propres ailes et de me prendre des gnons sans trop broncher ni avoir besoin de tout déballer.

    Du coup, le blog n'a plus la même fonction, celle d'un exutoire puissant qui me permettait d'ouvrir la soupape de sécurité et de relâcher la pression. Ma vie évolue et les outils qui l'entourent doivent évoluer avec elle. Aujourd'hui, je n'ai juste plus de temps à consacrer aux réseaux sociaux ni vraiment l'envie d'écrire. Le nombre de billets publiés ces derniers mois est à cet égard éloquent.

    Pour l'instant je ne sais pas à quoi me sert ce blog. Je sais seulement que, à défaut de savoir quoi y écrire, je ne veux pas le fermer. Pas encore. Je n'ai pas encore dit mon dernier mot.

    Alors attendons, et voyons.

    28 commentaires:

    1. Réponses
      1. Non mais comment il en profite pour faire sa pub lui ! :D

        Supprimer
      2. Pas du tout ! J'étais justement en train écouter l'album de 'Diamond Rings', quand ton billet apparaissait dans ma bloglist !
        Après avoir lu le billet, j'ai tout de suite pensé au titre.
        Oui, je sais ...tout est lié à de la musique chez moi !
        ...
        Méchant !!!
        :)

        Supprimer
      3. Viiiiii !! Je suis méchaaaaant !! :-)

        Supprimer
    2. Tu es grand maintenant, tu es un homme, tu vas devoir bosser comme un malade pour attendre la retraite que déjà je vois pointer à la fin de cette décennie, tu vas payer tes impôts, si ce n'est déjà fait, tu vas rencontrer les emmerdes quotidiennes, mettre derrière l'oreille l'existence de ce blog puis un jour prochain, peut être, tu penseras à venir mettre un petit article histoire de ... et pendant ce temps ce qui aimaient venir ici, auront des souvenirs... juste des souvenirs ! Peut être que nous aurons l'occasion de nous voir dans Toulouse, mais j'en doute, encore faudrait il que l'on se connaisse ailleurs que par blogs interposés !
      Bon vent alors mais viens souffler de temps en temps une nouvelle par chez moi, histoire de dire que tout baigne encore et toujours !
      Jj

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Je suis toujours un peu décontenancé par le pessimisme de certains de tes commentaires (non, le boulot ce n'est pas forcément la prison) et le contraste avec la zénitude de tes pensées bouddhistes sur ton blog.

        Supprimer
    3. Cela ne me laisse pas de glace ! Gardes-tu le rendez-vous photographique du mois ?
      Je te souhaite de vivre pleinement ta vie à ta guise et tu sais que si un jour tu passes à Nice tu seras le bienvenu.
      A la revoyure

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Pour ce mois-ci je participe. Pour l'avenir, je me pose la question depuis un petit moment. Mais rien n'est décidé. Cela dit, ça me ferait chier que ce blog ne soit qu'un album photo. On verra.

        Supprimer
    4. Moi j'ai bien une idée de ce à quoi il pourrait servir : il pourrait servir pour les autres, mais ce serait un avis égoïste ! Et pourtant, c'est agréable de lire que tu vas bien, que tu sais jouir de petits instants simples, sans parler des péripéties de Gaudi... Mais ce que tu feras de ce blog, c'est finalement toi qui en détiens la réponse : peut-être le fermer, peut-être simplement le laisser plus ou moins à l'abandon ou ne publier qu'un billet tous les 3 ou 6 mois ? Nous aussi nous attendons, nous verrons.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Ce qui est certain c'est que ma manière de bloguer va évoluer. On verra bien de quelle manière. Pour l'instant le blog ne ferme pas. Ce billet est d'abord un marqueur pour moi même, un repère dans ce vaste journal, pour me souvenir, plus tard.

        Supprimer
    5. Tambour Major désertant la blogosphère ?! Impossible !
      Mais si ta nouvelle vie sociale te comble, je peux aisément comprendre que ça passe du mode "impossible" au mode "plus que possible".
      On dit bien qu'impossible n'est pas Français :D .
      Ce genre de changement de vie fait en plus plaisir à lire. Alors je ne peux qu'approuver ton choix bien qu'ayant découvert ton blog très tardivement, tes billets risqueront de me manquer.
      Mais maintenant ça me donne une excuse (et une motivation) nécessaire pour une descente dans le Sud pour éventuellement te rencontrer ^^ (si bien sûr, tu es d'accord).

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Je ne déserte pas ^^ Je me fais plus rare. Et si tu passes dans le Sud Ouest, n'hésiste pas à faire signe ;)

        Supprimer
    6. Il y a des périodes comme ça... pour moi c'est vrai aussi : plus je vis en vrai, moins je badine dans le virtuel. Et qui a dit que c'était obligatoire ? Wait and see, certes, mais surtout enjoy ! :-)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Oui, il y a des périodes, cela m'était déjà arrivé, mais pas à ce point. C'est une sorte de crise post partum d'une certaine manière.

        Supprimer
    7. C'est vrai qu'on te sent moins présent mais pour autant tu es toujours là quand même... Et tu vas bien, c'est l'essentiel.
      Je pense qu'il y a un temps pour tout, tout ce que l'on fait correspond à un besoin particulier et lorsqu'il est assouvi ou devenu obsolète, il est naturel de vouloir passer à autre chose.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Je ne suis jamais très loin (j'ai cru croiser Fred derrière un buisson ^^) et comme je l'ai écrit : je n'ai pas encore dit mon dernier mot. Il faut que je me réapproprie une manière d'écrire qui corresponde avec mes besoins actuels. Et pour cela il faut que j'arrive à trouver de quoi j'ai envie de parler. Depuis le mois de janvier, certains sources d'angoisses se sont heureusement volatilisées. Ca fait une sacrée différence !

        Supprimer
    8. Mais oui reste et vois, on fait tous la même chose. ^^

      RépondreSupprimer
    9. Il y a un temps pour tout... Celui des blogs n'y échappe pas. J'aime te lire parce que tu écris bien et que, souvent, bien que nous soyons certainement très différents, je retrouve une façon d'exprimer les choses qui me conviennent. Comme aujourdhui. J'ai appelé ce moment dans mon dernier billet sur C&D, "le doute"... De pause en pause depuis trois ans, je crois que la halali dudit blog est irréversible... L'envie n'y est plus, le fait aussi que je ne joue pas forcément le jeu de ce nouveau réseau social dont la finalité est souvent la rencontre, m'isole de mes lecteurs ou commentateurs, leur nombre s'amenuise au fur et à mesure de mon indépendance, de mon indidualisme plutôt, affichée expressément ou par courriel. J'ai quand même la chance de noyer tout cela dans une popote que je sers parfois encore les jours de fête, quand l'envie d'écrire revient. En réalité, ce n'est pas tant l'envie que le sens de la vanité (vacuité ?) de mes lignes... C'est vrai que la vie réelle ne laisse pas toujours le temps aux fantaisies. Mes blogs sont des fantaisies... Le tien sert surtout à nous faire partager des instants magiques à travers de jolis mots traduisant tes joies, tes interrogations, tes doutes, où, si futiles en apparence soient-ils, parfois on aime à se retrouver... Il me manquera si tu devais le fermer. Mais, en général, c'est souvent parce qu'on a mieux à faire ailleurs ou qu'on veut passer à autre chose qu'on envisage cette possibilité. Parce que, finalement, on y tient, hein, à nos petits bloguinets, ces bébés conçus un soir d'orage (non, là je confonds avec Frankenstein !), qu'on nourrit pour faire grandir et dont on ne sait plus quoi faire quand ils grandissent et nous échappent parce qu'ils cotoient le vaste monde des commentateurs et lecteurs qui, souvent, les influencent ! A plus tard, laisse ouvert au moins, qu'on puisse y revenir de temps en temps lire des morceaux choisis !

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. L'idée de supprimer le blog ne m'a jamais traversé l'esprit. En effet, on y tient à ce petit bout de toile. Sans parler de fierté, je dois dire que je suis plutôt content du résultat. Et puis pour l'instant je n'ai pas jeté l'éponge ;)

        Supprimer
    10. Le blog ne doit pas devenir un fardeau ou un boulet.
      Adopte le rythme qui te convient, que se soit régulier ou pas.
      Et puis, je te rappelle que tu m'as promis un crochet par l'Alsace ^^

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Ho mais je compte bien faire ce crochet ! Peut être cet été...

        Supprimer
    11. Quand même, j'aimerais que tu nous donne des nouvelles de ton oranger de de ton minon!!:)

      RépondreSupprimer
    12. D'après des tests effectués ce matin, l'oranger semble encore en vie ! J'attends des manifestations positives de vitalité, comme un bourgeon maintenant...

      RépondreSupprimer
    13. Je me dis qu'un blog est toujours le reflet de la personnalité qui le compose. Il y a des moments où l'on n'a pas envie d'écrire, qui ressemblent à ceux où on n'a pas envie d'aller au sport, de voir ses parents ou de parler de soi. Et d'autres moments où l'envie est là, tous les jours, tout le temps. Un blog, c'est une espace d'expression, de partage, mais pas une obligation, je crois.

      Tu es libre, Tambour. Tu nous manqueras un peu, mais cela ne doit surtout pas compter dans tes décisions ! ;)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Bon, je ne suis pas totalement disparu hein ! D'ailleurs, un événement inconcru de cette semaine m'a presque redonné envie d'écrire... pour l'instant je ne me force à rien.

        Supprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !