• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 6 avril 2013

    Silence

    Au commencement était le Silence                    Le Silence
                                                 
                                   Rien que le Silence               Statique                             Vide

                                                                                  Et le Silence était Roi               
        
    Mais le Roi s'ennuyait


    Une main qui se pose sur le clavier                                                    Elle est là
                          Des pages qui s'ouvrent                                                     Elle attend
                                     Chrysalide de traits noirs                                                    Elle est prête
                                                  Sur du papier blanc
         
                                                
    Dans la tête de celui qui s'apprête                                     Quelques harmonies
                    Elle existe déjà                                              Une esquisse de mélodie 
                           Elle résonne                                      Délicate
                                 Par petite bribes                  Voluptueuse 

    Il n'y a plus qu'à ouvrir la cage 
    La laisser s'envoler 
    Et répandre sa lumière

    Suivant l'allure mal assurée
                                Des mains qui tâtonnent
                                                   Sur l'ivoire et l'ébène
                                                                           La nymphe s'élance                                    Son pas hésitant
                                                                                  Un peu gauche                  Ses ailes encore engourdies
                                                                                                Fragile
                                                         
                                                                    Elle tombe

                                                                                                                Le Silence triomphe

       Ne s'avouant pas vaincue                        
                                                Se relève
         
                         
       Une                                       Do majeur
              Deux                                          La mineur
                     Trois                                            Fa majeur                       Si bémol à la main gauche
                                       

    Peu à peu les doigts                         Se font plus agiles                             Prennent confiance
                                   Se délient                                         Plus véloces 
                                         
              Elle s'enfle                                        Domine le Silence Roi                        
                                                  Grandit                                          Qui vibre
                                                  Se déploie                                     Virevolte
                                                 Avec majesté                                  Avec elle 
                                           
    Il s'efface            
    Elle l'étouffe                                                                 Mais voici déjà venue la dernière mesure
    Ils ne font plus qu'un                                            
                   
    Les mains s'arrêtent
                        Les doigts se relèvent
                         
                        L'acier des cordes étouffe
                                                        Un dernier accord
       Qui s'éteint
                                 Meurt

                                                                                                        Elle s'endort avec lui

                                                                                                                                 Le Silence renaît 

    Rassasié 
    Et heureux

    10 commentaires:

    1. Quand la géographie rejoint l'histoire...

      RépondreSupprimer
    2. Magnifique!
      (presque en accord avec ma photo Fb)

      RépondreSupprimer
    3. Et c'est une performance d'effectuer ce genre de mise en page sur cette plateforme :)
      (t'as vu, je suis sympa, hein, je commente ici aussi)

      RépondreSupprimer
    4. je sais pas comment tu fait ça ! en plus c'est très joli ! bises

      RépondreSupprimer
    5. Très belle et esthétique transcription d'un moment d'extase. Musicale (ou pas). Je clique sur j'aime :-)

      RépondreSupprimer
    6. Une partie de la réponse probablement.

      RépondreSupprimer
    7. Comment tu fais cette mise en page?

      RépondreSupprimer
    8. J'aime beaucoup, tiens! Et en plus, pas de linéarité imposée, on peut lire de plusieurs façons différentes (c'est presque ad libitum, quoi).

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !