• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 23 février 2018

    Mon premier Gâteau à la Broche

    Parmi les choses étranges qui attirent inévitablement le regard, le gâteau à la broche se pose évidemment là. Je me souviens que tout petit déjà j'étais intrigué par la forme de ce gâteau et je crois que ce n'est qu'assez tardivement que j'en ai mangé pour la première fois. Et autant vous le dire tout de suite, pour ceux qui l'ignoraient encore : j'adore ça ! 

    Selon ce que j'ai pu lire ici ou là sur le net, l'origine du gâteau à la broche est très discutée : une tradition l'attribue au maître pâtissier du roi de Prusse qui l'aurait créé dans les années 1790 à Salzwedel. L’histoire et la légende veulent que ce soient des soldats de Napoléon, de retour de campagne en Europe du Nord, qui auraient ramené sur leurs terres recettes et gâteaux.

    En effet, on retrouve ce type de gâteau un peu partout en Europe. Ainsi en Allemagne, il est appelé baumkuchen - « gâteau arbre », traditionnellement préparé pendant les soirées d'hiver dans les pays de montagnes. C'est un gâteau festif qui sert à saluer les grands événements de la vie : mariages, baptêmes.

    Le gâteau à la broche est aussi connu dans de nombreux pays d'Europe sous différentes formes. Le Trayne Roste est une variété anglaise du Moyen Âge confectionné notamment à partir de figues, dattes et d'épices embrochées et qui sont enrobées de pâte à gâteau cuite à la cheminée. On le rencontre aussi en Hongrie (kürtőskalács), en Suède (spettekaka - littéralement "gâteau à la broche" en suédois), en Pologne (sękacz), en Lituanie (šakotis) ou encore sous une variante dont il ne conserve que le principe de cuisson en République tchèque (trdelník).

    En France, le gâteau à la broche est présent dans le Massif central et dans les Pyrénées. La tradition du gâteau à la broche est particulièrement répandue dans l'Aveyron et dans les Hautes-Pyrénées où siège la Confrérie du Gâteau à la Broche, sise à Arreau et qui organise chaque année, en juillet, une fête du gâteau à la broche. 

    Cela faisait très longtemps que j'avais envie d'apprendre à en faire, par simple plaisir et curiosité scientifique. Par le hasard des discussions et des rencontres, c'est grâce à l'ami @TarVal (à qui j'emprunte une bonne partie des photos qui illustrent ce billet et qui avait live-twitté les opérations) c'est désormais chose faite.

    Me voici donc début janvier dernier, au fin fond des Pyrénées, à quelques kilomètres de Arreau, pour réaliser mon premier gâteau à la broche. Hé bien autant vous dire que, même si ce n'est pas très compliqué, ce n'est pas non-plus du gâteau ! 

    Allez, viendez, j'vous montre.

    Recette du Gâteau à la Broche


    Pour environ 4Kg de pâte (oui, 4 Kg parce que vu le travail que c'est, quand on y est, on en fait !) :
    • 24 œufs
    • 1 Kg de sucre
    • 1 Kg de farine
    • 1 Kg de beurre
    • Du rhum (beaucoup)
    • De la patience (pas mal : comptez une à deux heures par gâteau).
    Il vous faudra également un moule spécial en l'occurrence un cône de bois monté sur une broche mobile, ainsi qu'un foyer qui fera cuire votre gâteau. Oui, ça se mérite un gâteau à la broche !

    La première étape consiste à préparer la pâte.

    1/ Tout d'abord, séparez les blancs des jaunes d’œufs, blanchissez les 24 jaunes avec le sucre, montez les blancs et faites fondre le beurre.


    2/ Ensuite, ajoutez la farine dans le mélange oeufs/sucre. Et un peu (beaucoup) de rhum pour le parfum (un tiers de litre est un minimum pour commencer). L’esprit de Maïté est avec nous.


    3/ Une fois la pâte devenue homogène, ajoutez le beurre fondu par parties et incorporez à la masse. Bon, nous on a fait ça à la main, à l'ancienne (sauf les œufs, qui ont été fouettés et levés avec un batteur électrique). Mais avec un robot mélangeur cela doit être un peu plus facile, si tant est que le bol supporte les 4 Kg de préparation...


    4/ Enfin, incorporez les blancs d’œufs en neige en soulevant bien avec une cuillère en bois pour ajouter de l'air (vous avez remarqué qu'il n'y a pas de levure dans cette recette).


    Et bien sûr on goûte à la fin, pour être sûr qu'il ne faille pas rajouter un peu de rhum. Hein ? Si si, on  en rajoute, et pas qu'un peu... Vas-y, lève bien le coude.

    Voilà, notre pâte est à présent prête, il faut désormais s'attaquer à la phase deux.

    La seconde étape consiste en la cuisson du gâteau à proprement parler, et c'est là que les choses commencent à se gâter...

    Préparer un gâteau à la broche nécessite un minimum d'équipement que ni vous ni moi n'avons spontanément à domicile, à savoir : une cheminée suffisamment haute ou un foyer vertical doté d'un porte broche, ainsi que le fameux cône de bois monté sur axe, spécialement destiné à la fabrication dudit gâteau. 


    Pour commencer, on chemise le cône de papier sulfurisé puis on le place devant le foyer pour le faire chauffer afin que la première couche de pâte adhère.

    On met également un peu de pâte dans la lèchefrite pour la détendre, qu'elle soit fluide lorsqu'on la versera sur la broche, et pour récupérer les eslcapous qui couleront inévitablement. C'est en effet uniquement de la pâte préalablement tiédie au lèchefrite que l'on versera sur la broche.


    Tout en tournant ni trop vite ni trop lentement, on verse de la pâte pour former la première couche.

    La préparation du gâteau à la broche consiste en effet à alterner les phases de cuisson, qui se font entièrement à l’œil et au jugé, et les phases où l'on coule la pâte pour recouvrir la couche précédente de pâte crue, en couche assez épaisse pour que le gâteau grandisse mais pas trop non plus pour que la cuisson puisse se faire de manière homogène. 


    Comme la chaleur est très intense, la pâte cuit presque instantanément puis prend une belle couleur plus ou moins uniforme.

    Ça sent super bon le gâteau et le cochon rôti aussi, car la main à quelques centimètres du foyer en prend pour son grade... Mais tourner coût que coûte, petit scarabée, tu dois. Quelques secondes d'inattention et ton gâteau tout cramé sera !


    Couche après couche, tourné lentement devant les flammes, le gâteau prend forme.

    Pour assurer une cuisson relativement uniforme et surtout éviter que la base ne reste crue et que le gâteau ne s'effondre lamentablement une fois dressé, il faut constamment jouer avec la distance du foyer, rapprocher une extrémité, éloigner l'autre, tout en tournant continuellement et en laissant la pâte prendre entre deux couches. 

    Si une couche n'est pas assez cuite, le gâteau risque d'exploser sous son propre poids (les deux gros que nous avons réalisés ce jour là pesaient environ 1,5Kg chacun, si ma mémoire est bonne).
     

    Normalement, à partir de la 7e ou 8e couche, on tourne la broche plus vite pour que, par gravité, se forment des stalactites qui habituellement hérissent le gâteau à la broche de nos contrées. Bon, là c'était mon tout premier, j'avais un peu de mal car ce n'est pas aussi facile qu'il n'y paraît !

    Une fois le gâteau parvenu à une taille conséquente, soit environ une bonne dizaine de couches, on le sort délicatement du foyer puis on le place à refroidir avant de le démouler.


    Pour le démoulage, avec un couteau on dégage la base que l'on taille de manière à obtenir un plan à peu près horizontal, ainsi que le sommet pour permettre au gâteau de glisser le long du cône, sans le casser !

    Puis on le fait glisser lentement, avec moult précautions, et on le dispose dans un plat. 
    Tadaaaaaaaaaaaaam !


    Et voilà le travail ! Celui-ci c'est le second, réalisé dans la foulée du premier. Certes il n'est pas aussi pimpant que ceux tout "branchus" que l'on voit dans les magasins et sur les marchés, mais c'est moi qui l'ait fait et, pour le coup, tout seul comme un grand. Autant vous dire que j'étais fier comme Artaban !

    Alors, oui, préparer un gâteau à la broche, c'est long. Oui, cela demande une attention constante et un investissement personnel un peu plus coriace que la préparation d'un simple quatre-quart ou d'un cheese-cake. Mais le plaisir de préparer ce gâteau n'est semblable à aucun autre.

    Et puis, c'est tellement bon, le gâteau à la broche !

    Encore un grand merci à @TarVal (son blog ici
    pour cette belle expérience qui m'a permis de joliment commencer l'année.

    14 commentaires:

    1. Pour un premier c’est pas mal du tout ! Je note la recette pour quand j’essaierai enfin ! Pour avoir des piques, il paraît qu’il faut tourner plus vite à la fin :)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Effectivement, il faut tourner plus vite, mais pas trop non plus. Comme chaque geste dévolu à la cuisson de ce gâteau, tout est question de dosage, de coup d’œil et de pratique.

        Supprimer
    2. Ah Oui, je me souviens du live pouet. Penser a refiler la recette à Elle Beauté spécial maillot de bain?
      À côté d'Arreau , à Genos, il y a un chouette espace thermoludique.

      RépondreSupprimer
    3. Génial ! Je fais beaucoup de pâtisserie en ce moment mais il faut absolument que je teste ça. Merci pour toutes les infos et les photos, c'est très clair. J'espère que le mien sera aussi beau que le vôtre !

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Je vous souhaite qu'il soit encore plus beau, c'est à dire avec des piques !

        Supprimer
    4. merci pour la recette... je ne sais pas si je m'y lancerais. j'en ai mangé une fois, et je m'en souviens.. c'est bon et original.
      anne

      RépondreSupprimer
    5. Bravo, beau travail et inutile de te souhaiter un bon appétit, il ne doit plus en rester une miette à cette heure-ci. Amitiés
      François

      RépondreSupprimer
    6. C'est proprement épatant, j'en suis baba ! Dans ma rue parisienne, un boulanger aveyronnais en propose, que je n'ai jamais goûté (le gâteau, bien sûr !). Je répare cette lacune, d'autant que ma mère était native de la région.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Ce n'est rien de bien extraordinaire. C'est seulement un plaisir simple, doux et sucré, dont on aurait bien tort de se priver...

        Supprimer
      2. Ils le vendent à prix d'or, et, effectivement ce n'est pas extraordinaire. Fait de frais, ce doit être meilleur.

        Supprimer
      3. Pas trop frais justement c’est mieux...

        Supprimer
    7. 24 œufs ??? => 15 ans sur les hanches !

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Que dire alors du kilo de sucre et du kilo de beurre...?

        Supprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !