• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 2 mai 2009

    Dragonball Evolution



    Si les bandes-annonces ont un mérite - outre celui de permettre aux pop-corn-o-phages de mâchouiller leur avoine à grand renfort de "scratch scratch scratch" chaque fois que la main plonge dans le seau de papier - c'est bien celui de pouvoir se faire en un instant un avis quasi définitif sur les films que l'on n'ira pas voir prochainement. Drangonball Evolution en faisait partie et jamais je n'aurais imaginé voir une telle daube de mon plein gré. Il faut croire que nous sommes plusieurs à avoir eu la même fausse bonne idée.
    Hier soir donc, après avoir d'abord regardé Entre les murs , nous décidâmes que la suite du menu serait composée de Dragonball Evolution. Bien grand mal nous en a pris...

    Alors, que dire pour ne pas trop être méchant ? Film pour ado américain dégénéré ? Parodie de série B sous-budgétisée ? Non, c'est encore trop flatteur tant tout cela est ridicule de bout en bout. Acteurs qui allient le grotesque à l'insignifiance, atmosphère du manga absolument pas respectée, certains effets spéciaux n'ont aucun intérêt narratif, scènes de combat pâlichonnes... et surtout que vient faire Chow Yun-Fat dans cette production piochée dans les poubelles du studio ? Les temps doivent être rudement difficiles pour cet acteur qui nous avait habitué à bien mieux.
    Autre point noir : les personnages que l'on peine à reconnaître tant par l'apparence que par le caractère. Mon dieu mais c'est quoi ce laideron qui joue Goku ? Il a le regard morne du poulpe ménauposé et le charisme d'une huître désséchée... ! Bon sang mais ils l'ont engagé où le responsable du maquillage de Piccolo ? C'est affligeant de médiocrité ; on dirait presque un personnage sorti d'un épisode de Power Rangers ou ma mère qui se fait un masque à l'argile verte (pardon maman ^^) ... Non, en fait, c'est tout le film qu'on dirait composé de petits bouts d'épisodes de Power Rangers piochés au fond du vide ordures !! Seul le personnage de Bulma, respecté dans les très grandes lignes, tire à peu près son épingle du jeu d'une très courte tête : on y retrouve le coté séducteur, garce, un brin folle-dingue et pleine d'humour, mais passablement étiolée.

    Plusieurs fois nous nous sommes écriés : " Rhô lalalala que c'est nul... " mais, conscience professionnelle oblige, il nous fallait savoir jusqu'où ils étaient capables d'aller.

    Parfois il faut accepter d'être ignorant.

    L'avis guère plus flatteur de Matoo

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !