• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 5 janvier 2010

    Lettre au bouffeur de pop-corn

    Cher toi,

    Hier soir je suis allé au cinéma, et toi également avec ta nouvelle petite amie, celle avec qui tu navigues en plein bonheur depuis 4 jours que tu sors avec elle. Hier soir toi et ta petite pétasse brunette habillée comme une pute et plus maquillée qu'un drag-queen, étiez comme moi  à la séance de 22H pour voir un film un peu effrayant, histoire de lui montrer, à ta pipeuse de luxe, que tu sais affronter la peur comme un vrai mec en te grattant régulièrement les couilles, elle pour te montrer combien elle te kiffe grave, surtout quand tu lui déchires le fion en la drapant d'insultes choisies dont tu as le secret. Mais je m'égare.

    Avant d'entrer dans la salle, tu t'étais arrêté acheter des pop-corn, pour faire style. Moi aussi j'aime bien les pop-corn vois-tu, même si je n'en mange pas souvent, parce que ça fait grossir et que je surveille ma ligne. D'ailleurs, quand il m'arrive d'en acheter, la boite est vide avant la fin des pubs. Visiblement, la taille des boites de pop-corn a sérieusement augmenté ces derniers temps. Ou alors c'est juste une impression.

    Parceque j'ai été pris d'étonnement lorsque j'ai constaté que  les 30 minutes d'annonces qui précédaient le film n'avaient pu suffire à venir à bout des innombrables "scratch-scratch-scratch" qu'a fait ta main farfouillant parmi les flocons de maïs soufflé. Pendant la pub, je le reconnais, ce n'est pas très grave. Le film n'a pas encore commencé, on en profite pour papoter avec son voisins, envoyer un ou deux derniers SMS... rien de bien sérieux.

    Mais quand le film commence, là, il faut faire un minimum attention à ses voisins. Mais siiiii, les voisins... ? Tu sais, tous ces gens dans la salle qui, comme moi hier soir, essayaient de regarder le film  Esther tranquillement ? Ce film où la tension monte d'un cran à chaque quart d'heure ? Haaaaaa mééé non bien sûr... suis-je bête... tu ne vois pas de quoi je parle évidemment. Pas plus que si je te demande si tu as une vague idée de ce que singnifie le mot "respect" pourtant si à la mode, et notamment chez vous des djeuns'. Sinon, tu aurais  certainement fait attention à ne pas pourrir toute la salle avec tes inlassables "scratch-scratch-scratch" pendant les 2H qu'a durée la séance. Je suis bête parfois....

     Car oui, tes putains de "scratch-scratch-scratch" nous ont fait royalement chier !

    J'avoue que l'idée de me retourner pour t'arracher les doigts avec les dents, phalange par phalange, puis te faire avaler ton putain de carton  en entier en t'enfonçant mon poing dans la gorge jusqu'à te faire exploser l’œsophage m'a traversé l'esprit une paire de fois.

    Estime toi heureux d'être encore en vie ce matin.

    Alors, cher toi dont j'ignore le nom, laisse moi te dire que je t'exècre de toutes mes forces, toi ainsi que ta pouffiasse de meuf. Oui, celle-là même qui a recommencé à vomir sa vulgarité dès le début du générique de fin en passant un coup de fil à l'une quelconque de ses connasses de copines de merde.

    Tu n'es qu'un résidus de furoncle putride de teckel eczémateux puant, et à ce titre je te chie à la gueule.

    Je ne te salue pas.
    Ton courroucé.

    PS : Dans des conditions "normales", Esther est un très bon film à suspense...

    9 commentaires:

    1. J'aime beaucoup le style de cette lettre que nous avons tous eu envie d'écrire au moins une fois dans notre vie :-)

      RépondreSupprimer
    2. eh beh, vous alors, quand vous êtes énervé,vous êtes encore plus drôle à lire....( poursuivez vos efforts).Esther, ça me dit moyen, je fus échaudé par l'escroquerie paranormal activity.ça fait peur pour de vrai ???

      RépondreSupprimer
    3. @ Zéro Janvier : Je venge collectivement bon nombre de personnes, oui...

      @ Elliot : Peur n'est pas le mot. Disons plutôt angoisse. Ca se laisse regarder. Si ce n'est les vrombissements pop-cornesques de mon c****ard de voisin de derrière, j'ai passé un bon moment.

      RépondreSupprimer
    4. Le genre de bonbon acidulé qui me plaît bien ;-)

      RépondreSupprimer
    5. Merci pour cette saine colère. J'adore l'injure canine finale. Je la replacerai...

      RépondreSupprimer
    6. je compatis, mais dans ton malheur dis toi que les français sont plutôt civilisés. je me suis déjà retrouvé dans des séances où le mec répondait à son téléphone PENDANT le film...

      RépondreSupprimer
    7. dis, tu ne voudrais pas envoyer un petit courrier à la jeune fille qui était assise à me droite dans le train samedi soir ?

      Je sens que tu es déjà bien dans le ton.

      RépondreSupprimer
    8. @ Eric : J'ai cru remarquer ça en effet... L'élégance de ta plume dans un exercice de genre voisin me rend un poil jaloux !

      @ François le Niçois : Les insultes proférées dans cette diatribe sont libres de droit ;-)

      @ Matorif : Là je crois qu'après l'avoir atomisé du regard, je lui fais avaler son merdophone pendant la séance...

      @ Joss : Hé bien étant tout prochainement en vacances, mon courroux-ô-mêtre est désormais à son plus bas... je ne suis pas certain d'être des plus efficace. Mais libre à toi de t'inspirer de ma bafouille pour tes besoins épistolaires personnels ! :D

      RépondreSupprimer
    9. Alors bon, oui, je suis d'accord avec toi, ce connard et sa pute sont vraiment chiants. D'autant qu'il sont à presque toutes les séances de tous les films. A chaque fois pas très loin de toi, tu as l'impression que c'est un complot, et qu'ils n'ont rien d'autre a foutre.

      Mais pas pour la référence canine, non!!! J'ai moi-même un teckel à poil ras, mixée avec un jack russel, et ma bâtarde hystérique serait vraiment navrée de savoir qu'elle peut faire office d'injure, surtout qu'elle n'aime pas non plus les connards et leurs putes

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !