• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 12 octobre 2007

    De l'importance attachée aux petites choses.

    C'est bien étrange comment va la vie... Ruisseau intrépide qui butte sur la première pierre, elle rebondit et se fraie toujours un chemin parmi les obstacles, suscitant des remous inattendus et des revirements de situations auxquels on n'aurait jamais songé, ou du moins auxquels on n'aurait jamais eu l'audace de songer. Si vous rajoutez à cela une pointe d'insouciance, ou plus certainement d'optimisme, vous obtenez un cocktail décapant qui ravive votre quotidien.

     

    Vous l'aurez compris, après quelques jours de downitude la semaine passée, me revoici au sommet de ma forme. Hé oui, je suis ainsi... toujours le moral en dent de scie... on ne se refait pas que voulez vous !

     

    Pour conclure ce billet, un rien plus bref que le précédent, je voulais vous faire partager une petite fable qu'une amie m'a envoyé ce matin. Certains trouveront peut être un peu "cucu", qu'à cela ne tienne, ils n'ont pas besoin d'aller au bout. Quant aux autres, je vous laisse méditer.

     


    Durant mon deuxième mois au collège, notre professeur nous a donné un petit examen surprise.

    J'étais un étudiant consciencieux et j'ai répondu aisément à toutes les questions jusqu'à ce que je lise la dernière question :

    Quel est le prénom de la femme de ménage de l'école ?

    Il s'agissait certainement d'une blague.

    Je l'avais rencontrée plusieurs fois.

    Elle était grande, cheveux foncés et dans la cinquantaine, mais comment j'aurais pu savoir son nom ?

    J'ai remis mon examen en laissant la dernière question sans réponse.

    Juste avant la fin du cours, un étudiant a demandé si la dernière question comptait pour la note de l'examen.

    " Absolument " a répondu le professeur. "

    Durant vos carrières, vous allez rencontrer beaucoup de gens.

    Ils sont tous importants. Ils méritent tous votre attention et vos soins, même s'il s'agit simplement d'un sourire et d'un bonjour."

    Je n'ai jamais oublié cette leçon.

    J'ai aussi appris qu'elle s'appelait Dorothée

     

     

    4 commentaires:

    1. :)     je peux la prendre?

      RépondreSupprimer
    2. No couçaille Schtroumphette ! C\'est de bonne guerre : sers toi !

      RépondreSupprimer
    3. merçi :)
       
      couçaille? ca veut dire quoi? c comme le chti chez nous?

      RépondreSupprimer
    4. Quelle condescendance de la part de ce prof car puisque cette "bonne" est d\'un rang "inferieur" il faut connaitre son prénom ...franchement keskon en na a branler de son prenom, est ce qu\'elle connaissait les prénoms des élèves elle ?..........

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !