• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 9 janvier 2008

    Avec le temps...

     

    Il pleut. J’entends le bruit égal des eaux ;
    Le feuillage, humble et que nul vent ne berce ;
    Se penche et brille en pleurant sous l’averse.
    Le deuil de l’air afflige les oiseaux.

     

    R.-F. Sully Prudhomme                                        

    2 commentaires:

    1. chimiste-méchant10 janvier 2008 à 13:41

      Pleurerait-il dans ton coeur comme il pleut sur la ville ? Ou bien l\'écho long et assourdi des violons de l\'automne à présent révolu est-il ravivé par la berceuse mouillée des pluies hivernales ?
      Allez, songe que l\'hivers s\'achemine vers sa fin et que l\'été consolera de toutes les averses.

      RépondreSupprimer
    2. Au violon mes sanglots longs bercent ma peine. J\'ai pris des coups près du colon, j\'ai mal vers l\'aîne.
       
      Bobby Lapointe

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !