• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 26 janvier 2008

    Humeur du jour

     

    Pas grand chose à dire ou à écrire aujourd'hui.

     

    L'humeur est bonne, tout comme la forme, quoiqu'on puisse noter quelques courbatures pectorales enchanteresses consécutives à une application consciencieuse de la célèbre théorie de la douleur maximale qui veut que "plus ça fait mal, plus ça fait mal".

    Ma thèse redémarre sur des bases solides... je commençais à perdre espoir.

    Le boulot a parfois tendance à me gonfler un peu... à voir. Quand je parlais de grand coup de sécateur...

    Des projets aussi. Des idées qui trottent dans la tête, d'autres qui, enfouies depuis bien longtemps sous une pierre, refont surface et prennent un nouveau sens. Laissons les choses mûrir d'elles mêmes. Cette année sera décisive, d'une autre façon que celle qui s'est achevée l'a été, pour tout autre chose.

     

    Bref, rien à raconter que vous ne sachiez déjà plus ou moins, autre que la routine (presque) ordinaire d'un thésard (presque) quelconque qui chemine bon an mal an.

     

    Ma vie quoi !

     

    *  *  *


     

    Va ton chemin sans plus t'inquiéter !
    La route est droite et tu n'as qu'à monter,
    Portant d'ailleurs le seul trésor qui vaille,
    Et l'arme unique au cas d'une bataille,
    La pauvreté d'esprit et Dieu pour toi.

    Surtout il faut garder toute espérance.
    Qu'importe un peu de nuit et de souffrance ?
    La route est bonne et la mort est au bout.
    Oui, garde toute espérance surtout.
    La mort là-bas te dresse un lit de joie.

    Et fais-toi doux de toute la douceur.
    La vie est laide, encore c'est ta soeur.
    Simple, gravis la côte et même chante,
    Pour écarter la prudence méchante
    Dont la voix basse est pour tenter ta foi.

    Simple comme un enfant, gravis la côte,
    Humble comme un pécheur qui hait la faute,
    Chante, et même sois gai, pour défier
    L'ennui que l'ennemi peut t'envoyer
    Afin que tu t'endormes sur la voie.

    Ris du vieux piège et du vieux séducteur,
    Puisque la Paix est là, sur la hauteur,
    Qui luit parmi des fanfares de gloire.
    Monte, ravi, dans la nuit blanche et noire.
    Déjà l'Ange Gardien étend sur toi

    Joyeusement des ailes de victoire.

    Va ton chemin sans plus t'inquiéter

    Paul Verlaine, Sagesse

     

    3 commentaires:

    1. Ah ouais ! C\'est ça les paroles des "Choristes" ! J\'avais jamais réussi à comprendre ! "nana ton chemin... nanananana..."

      RépondreSupprimer
    2. chimiste-méchant29 janvier 2008 à 16:03

      Un peu de respect pour l\'oeuvre des invertis qui ont réussi à atteindre le sommet de l\'art, eux.Les Choristes...Pff...Et pourquoi pas une mise en musique des maximes de La Rochefoucauld par Chantal Goyave avec Richard Dauberman à l\'accompagnement comme bande son des 4 fantastiques ?

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !