• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 22 juin 2008

    Mon colocataire : Sondage !

     

    TADAAAAM ! Surprise !

    Voilà voilà voilà, finalement, après avoir fait quelques infidélités à ce blog pour aller voir ailleurs le temps de me rendre compte que finalement j'étais plutôt bien ici, je reprend le fil de ma prose là où je l'avais laissée, sous le regard incrédule d'une bestiole munies de nageoires, de branchies, de deux yeux globuleux et qui fait joyeusement 'blob blob' dans la bonbonnière qui lui sert momentanément de refuge en attendant mieux.

    Certains reconnaîtront le billet que j'avais posté sur une adresse qui n'aura duré que quelques heures mais des nouveaux éléments me poussent à le modifier quelque peu.

    Hé oui, comme vous le savez certainement, j'ai reçu entre autres cadeaux pour mon anniversaire... un poisson ! En attendant mieux, il a trouvé refuge dans la bonbonnière en verre qui trône sur le buffet chinois du salon.

    Comme vous vous en rendez compte, la pauvre bête est un peu à l'étroit et surtout une bonbonnière n'est pas un logement décent pour un poisson. Pas de filtre, pas de buleur, pas d'algues pour lui faire gousi-gousi sur le ventre quand il passe dessus, la loose intégrale ! Heureusement j'ai dans mes proches un aquariophile averti qui élève tout un tas de choses dont certains biologistes ignorent jusqu'à l'existence et qui s'ébrouent joyeusement dans un nombre invraisemblable d'aquariums de la taille d'une piscine olympique. En cette période où le logement devient "opposable" et que l'on réfléchit à donner un statut à l'animal, je me dois de prendre les devants sous peine de me retrouver tantôt sur le banc des accusés, entre un voleur de poules et un trafiquant de Smarties. On n'est jamais trop prudent.

    Un poisson rouge... non, pas vraiment rouge, vous pourrez en juger par les photos qui illustrent ce billet. Disons qu'il a des oréoles rouges qui maculent un corps grisâtre d'où émergent, outre les habituelles nageoires, une paire de gros noeneoeils protubérants comme s'il avait choppé la myxomatose ; sauf que ça attrape pas la myxo un poisson... On pourrait presque dire qu'il a une sale gueule ! Il s'agit en fait d'un Carassius Auratus, également appelé poisson "Télescope" en raison précisemment de ses yeux énoooormes :

    D'ailleurs, un cas de conscience se pose : comment nommer mon colocataire ? (Oui, je sais j'ai des questions existentielles qui font de chaque seconde de ma vie un drame Cornélien).

    J'ai tout d'abord songé à "noenoeil" parce que mon frère en avait un tout pareil qu'il avait baptisé de ce doux sobriquet. Ma belle-soeur l'a appelé "Globule" dans un mail s'enquérant de la santé de la poiscaille. Il est aussi possible de l'appeler tout simplement "bubulle", à moins que je ne décide de l'affubler d'un nom Tambour Majoresque : "Gringer" (oué, comme le tigre de combat d'un célèbre super héro), ou encore "Belphégor". Bref, je suis dans l'indécision la plus totale.

    S'agissant d'un poisson venant du d'Asie (Chine ou Japon...?), sont alors également possibles Sushi et Wasabi....

    AAAAAAaaaaaaaaaaaaaaaargh .... Je suis perdu !

    Aidez moi !!

    Je compte sur votre participation au sondage qui se trouve ici !

    Les votes s'arrêteront le 1er Juillet à midi pile.

     


    4 commentaires:

    1. chimiste-méchant23 juin 2008 à 17:21

      C\'est vrai qu\'il a l\'air hébété d\'un rouget passé à la javel et qui n\'en croit pas ses yeux devant son miroir...
      Mais c\'est pas pour ça qu\'on l\'aime pas, hein !

      RépondreSupprimer
    2. C'est lui qui déménage dans un palais dès que les nitrites seront parties ? :)

      RépondreSupprimer
    3. Exactement. Je me rends compte qu'il a grandi depuis bientôt 3 ans !

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !