• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 12 septembre 2008

    17:20 – 18:49

    17:20
    Quatre chiffres qui s’affichent en blanc sur fond bleu en bas à droite de mon écran. Et dire que je m’étais juré de partir au plus tard à quatre-heure et demi ! Encore une fois je me suis fait berner par mon enthousiasme face aux mille-et-une petites choses qui a priori ne doivent chacune prendre qu’une seconde et qui, en fait, grignotent une après-midi avec une voracité tout à fait remarquable. De toute façon, maintenant, j’ai le temps ! Rentrée universitaire oblige, quatre-vingt-dix étudiants à accueillir aujourd’hui même en guise de prologue à une rentrée toute en douceur avant que n’ait lieu le premier acte dès lundi matin et que ne surgissent les premiers soucis. Comme s’il n’y en avait pas déjà assez eu cette semaine marathon ! De crise de nerfs en sueurs froides, je puis vous assurer que depuis 10 jours mes journées sont bien remplies. Moi qui en dépit des apparences suis un glandeur dans l’âme, quoique hyper actif en apparence (hé oui, je ne suis plus à une contraction près !) j’en ai eu pour mon compte, merci ! Mais tout est bien qui fini bien : le premier contact de ce matin s'est parfaitement déroulé et c'est rempli d'émotions que je contemplais du haut de mon estrade la toute nouvelle promotion de futurs juristes en herbe qui s'adonnera dans quelques jours aux joies sans commune mesure du droit civil et du droit constitutionnel.
     
    17:27…
    C’est enfin la fin d’une longue semaine de stress, annonciatrice de beaucoup d’autres. Je suis exténué. J’avais prévu d’aller au sport mais je préfère remettre ça à demain. Pour l’instant je n’aspire qu’à une seule chose : du calme !
     
    17:38
    C’est aussi l’espoir d’un week-end réparateur que je sais déjà utopique étant donné que mon samedi se déroulera à l’ombre des rayonnages d’une bibliothèque, vaguement éclairée par la lumière blafarde de néons anxiogènes et de leur bourdonnement caractéristique. J’en trépigne déjà d’impatience ! Mais je n’ai pas le choix. Voici déjà 2 mois que je dois réaliser un dossier pour les TD de 1ère année et que je n’ai pas encore ouvert l’enveloppe contenant les documents ni même recherché quoi que ce soit qui puisse venir les compléter. Arf… fait chier tient !
     
    17:55
    Dehors des nuages gris endeuillent un ciel d’azur de leur voile cotonneux. Le vent froid qui fait s’agiter quelques feuilles pourpres me rappelle que l’automne n’est pas très loin. Automne… Un corbeau que je ne vois pas croasse mollement. Dans une heure et demi je dois aller rejoindre des amis pour un apéro dans un bar sympa du quartier des Carmes. Cela va faire un peu plus de deux mois qu’on ne s’est pas vus. Pendant ce temps, d’autres convolent pour New York après des péripéties dignes de celles qui ont précédé mon départ au Mexique en avril dernier. Les pauvres. Ils ont cru devenir fous !
     
    17:58
    Cela fait trois fois que je relis ce billet, ce que j’en ai écrit, et que je corrige ça et là quelques détails, que je peaufine un petit peu. J’ai regardé hier soir « A la rencontre de Forrester » que Bruno m’a prêté samedi dernier parce que mon billet « confidence pour confidence » lui avait fait penser à ce film. Je me rappelais vaguement l’histoire et l’ai revu avec plaisir. Oui, effectivement, la trame est assez similaire. Bien vu ! Mais certains détails t’échappent encore l’ami ! Héhé… Et oui, j’aime bien laisser une part de mystère. Boarf, au fond, suis-je si mystérieux que cela ? Ben… heu… Oui finalement ! Faut juste savoir lire entre les lignes, et les bonnes.
     
    18:10
    Déjà quarante minutes que j’ai entrepris ce billet auquel je n’ai pas encore mis de point final…
    Je pense à une quantité de choses qui me sont arrivées cette semaine.
    Un mail qui me laisse mi figue mi raisin (arrivé trop tôt peut être ?) qui m’a fait très plaisir dans le fond parce que j’espérais avoir des nouvelles, mais qui ravive aussi certaines choses que je commençais doucement à digérer ; je me pose des questions (comme d’habitude) sur moi… sur… sur le sens de beaucoup de choses, sur ce que je dois faire, même si je crois avoir la réponse. En fait non, je suis paumé. Le cœur contre la raison. Le combat est inéquitable et le deuil pas encore terminé ; je sais qu’il sera long. On ne se remet pas de ce genre de chose en un clin d’œil. Voici bientôt 3 mois que cela dure. Enfin…
    Des retrouvailles sur MSN avec quelqu’un que j’appréciais beaucoup du temps où nous nous croisions régulièrement sur un certain Forum et qui pour des raisons personnelles qui ne me regardent pas, a préféré se retirer un peu du monde. Lui aussi a des démons à exorciser visiblement, et ce n’est pas simple non plus. Une belle soirée de discussion que j’espère pouvoir renouveler dans un petit moment. Si tu me lis… !
     
    18:31
    Bon, après un peu plus d’une heure de thérapie, il ne me reste plus qu’à mettre un point final à ce bavardage sans intérêt.
    J’ai supprimé pas mal de passages de ce billet au cours de mes nombreuses relectures. Passages trop directs, trop forts, trop introspectifs pour les livrer tout de go même à mes amis, bien que l’envie soit là… mais un blog est-il le bon lieu pour dire certaines choses par trop personnelles ? Au fond, peut être tout cela n’est-il qu’un joli jeu de dupes.
     
    18:45
    Un rayon de soleil embrase la ville rose.
     
    18:49


    2 commentaires:

    1. "Un rayon de soleil embrase la ville rose."Tout est dit ! (soupirs)Tout est non-dits aussi. Mais on n\'est plus à une contradiction près, en effet.

      RépondreSupprimer
    2. bonsoir , je viens de decouvrir ton espace , qui m a bien divertit soit dit en passant .Bon courage pour la fac , et continu...

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !