• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 3 juillet 2010

    Onanisme et boudin blanc...

    L'autre soir je regardais  mes statistiques et comment mes lecteurs récent ont atterri chez moi. En particulier je jetais un oeil distrait aux requêtes lancées sur les moteurs de recherche, innocemment. Et je vous avoue avoir eu un choc. Si en effet l'immense majorité des surfers errants sur le ouèbe débarquent en ces lieux en cherchant des mots clés simples comme "Tambour Major" ou "Jeu débile", d'autres empruntent des voies dont je n'imaginais pas même qu'elles pussent exister.

    Il se trouve en effet que le 1er juillet dernier, à 17 heures 40 minutes et 46 secondes précisément, quelqu'un dont nous ignorons l'identité (peut être toi ? Ou toi là bas ?), identité que nous ne tenons pas spécialement à connaître mais un peu quand même, a effectué l'étourdissante recherche suivante :

    "onanisme et boudin blanc"... 

    Si si... un truc pareil ça ne s'invente pas.

    Par le passé j'avais effectivement traité incidemment de la question du premier - l'onanisme - dans un billet intitulé sobrement Onan le barbare et dans lequel je dézinguais les théories prout prout sur la sexualité développées dans un obscur ouvrage pseudo scientifique du début du XX° siècle. Le boudin blanc quand à lui faisait son apparition dans le bréviaire antimondain où j'en suggérais le recours lors de roboratives soirées mondaines. Ha oui, je tiens à préciser : le boudin blanc dont il s'agit ici est bien la spécialité culinaire à base de viande hachée, d'œuf, de mie de pain et de lait qui fait la fierté de quelques villes telles que Liège, Rethel et d'Essay, et non pas d'une personne au physique aussi corpulent que disgracieux, que l'on nomme abusivement boudin, outrageant de fait la spécialité culinaire susvisée.

    Passées quelques secondes de - légitime - consternation, je dus pourtant humblement avouer mon incurie : jamais je n'avais songé à traiter frontalement ces deux thèmes vus dans une complémentarité pourtant évidente : "onanisme et boudin blanc". Aussi, qu'il me soit ici permis de remercier vivement cet anonyme visiteur qui me donne l'occasion d'écrire le présent billet sur une thématique dont la dimension quasi zoroastrienne n'aura pas échappé à votre sagacité.

    Marier sexe et nourriture est un grand classique parmi les fantasmes coquins. Que ce soit à l'aide d'une carotte, d'un concombre, de crème chantilly (allez voir par exemple la suggestive photo de Chondre dans le calendrier des pédéblogueurs), de chocolat fondu, de mayonnaise ou de crème de hareng saur à la pistache, tout est permis pour émoustiller les sens et faire grimper le plaisir jusqu'au firmament de l'extase.

    Néanmoins, malgré tous mes efforts, en dépit de mon imagination débordante et de mon appétence certaine pour la chose  (la première comme la seconde soit dit en passant smileys Forum ), c'est la perplexité qui l'emporte.

    "Onanisme et boudin blanc"...?

    Non... vraiment... je ne vois pas ! Il me faudrait quelques éléments de plus pour comprendre le fond de ta pensée.

    Alors dis moi, toi lecteur anonyme qui le 1er juillet dernier, à 17 heures 40 minutes et 46 secondes a effectué cette recherche pour le moins atypique : que voulais-tu savoir exactement lorsque tu as frappé ces mots aussi dissonants qu'une chorale paroissiale du troisième âge ? Hein ? Allez, de toi à moi... Sois en confiance, personne ne nous écoute. Tu ne bandes que vautré dans une brouette de boudins blancs, c'est ça ? Oui, je vais partir de l'hypothèse que tu es un mâle, domaine dans lequel je puis revendiquer une certaine compétence tant théorique que technique. Ou peut être as-tu pour habitude, dans l'obscurité de ta chambre, de pratiquer d'inavouables plaisirs solitaires en étreignant simultanément dans ta (tes ?) main(s) ton membre viril et l'une de ces saucisses au teint laiteux, te donnant ainsi l'illusion de rompre une morfondante solitude ? Ou alors s'agit-il d'un rituel fétichiste consistant à te procurer une série d'orgasmes fulgurants par étouffement boudinesque ? Non ? C'est pas ça ? Je ne vois pas grand chose d'autre... Car je t'arrête tout de suite : inutile d'envisager de te servir des-dites saucisses pour te les enfoncer dans le fondement (ou ailleurs, si tu es une fille de sexe féminin), sauf à faire preuve d'une détente hors du commun qui t'évitera de réduire d'innocents boudins blancs en répugnante et grumeleuse purée blanchâtre. A moins que ce ne soit cela qui te fasse vraiment grimper aux rideaux : t'enfiler des chapelets de boudins blancs par la porte de derrière ? Mais alors, cuits ou crus ?
    Arf... Tant de questions et si peu de réponses...

    Tu le vois cher lecteur anonyme du 1er juillet dernier, à 17 heures 40 minutes et 46 secondes, ta visite si brève fut-elle me cause moult tourments dont je ne pourrai triompher seul. Alors je t'en conjure au nom de tous les charcutiers de France et de Belgique : explique moi ! Sinon toute cette histoire va lamentablement finir en eau... de boudin !

    14 commentaires:

    1. "A Abu Dhabi, le Bouddha boude, dis ! Car à bout d'habits, son gros bidou bondit. A Abu Dhabi, ben moi je boude aussi, à cause du bidou qu'a, qu'a...Bouddha".

      Et voilà. Grâce à cette petite comptine enfantine de mon cru, le prochain à taper "qu'a, qu'a... Bouddha" sur Google tombera directement sur ta page ! C'est pas beau la technologie ??

      RépondreSupprimer
    2. c'est peut-être Soeur Emmanuelle qui surfe de l'Audela!!;-)

      RépondreSupprimer
    3. tu fausses la donne. Maintenant, en cherchant "onanisme et boudin blanc", ton blog remonte tout en haut...

      RépondreSupprimer
    4. un boudin blanc à la poele, grillé et cuisiné avvec une compotte de pommes golden, flambé au grand marnier : miam miam :)

      RépondreSupprimer
    5. Espérons qu'il se dénonce!!! Eheh!! On a tous des mots clés surprenants qui arrivent sur nos blogs... Toujours très amusant de voir la créativité des recherches!!

      RépondreSupprimer
    6. Quand tu vois que mon blog s'appelle "La vie bohème d'un petit garçon", je te laisse imaginer avec quels mots clés certains lecteurs arrivent jusqu'à chez moi...... On tombe parfois dans les tréfonds obscurs de l'âme humaine.

      Mais il y a parfois des requêtes vraiment rigolotes. Quand j'aurai un joli petit florilège, je me lancerai dans l'exercice de décryptage.

      RépondreSupprimer
    7. Avec des truffes, le boudin blanc ?

      RépondreSupprimer
    8. Ah les mots clés, c'est toujours très surprenant. Mais certains ont l'idée de ces mots clés, quand même.
      Je me rappelle sur un autre blog, j'avais eu "viande friseur bouton"... soit ^^

      RépondreSupprimer
    9. @ Kingluther : Merci, fallait vraiment pas ! O_o

      @ Nigloo : Les voies du Seigneur sont impénétrables très cher. Même au boudin blanc :D

      @ Antoine : Ha, zut.... t'as raison...! J'avais pô pensé à ça :-(

      @ Fiuuu : Avant, pendant ou après la séance d'onanisme ? ^^

      @ Alban : Je sais pas si "amusant" est approprié. "Inquiétant" le serait d'avantage ...

      @ Kynseker : Houlà, non, je n'ose même pas imaginer. Mais mon insatiable curiosité est piquée au vif, à mes risques et périls !

      @ Ô. d'Evian : Vu les termes de la requête, je ne suis pas certain que, du lecteur ou du boudin, ce soit ce dernier qui ait la plus grande propension à se faire truffer. Si je me fais bien comprendre...

      @ Kindgay : Très abstrait comme recherche ça... une idée de ce que la personne cherchait exactement ?

      RépondreSupprimer
    10. Je viens de taper :
      qu'a, qu'a... Bouddha
      sur Google... ça n'a pas marché!

      Mon commentaire aidant... peut être que cela fonctionnera demain!

      RépondreSupprimer
    11. oui on a des surprises quand on regarde les mots clés utilisés pour accéder à son blog, ceux qui font la recherche doivent eux même être surpris quand ils arrivent à la page du blog correspondante... en ce qui me concerne j'ai un mot qui revient TOUS LES JOURS dans les mots clés et je ne comprends pas, c'est "Damien Thévenot gay", mystère, mystère...

      RépondreSupprimer
    12. @ Anthony: parce que tu as parlé de lui et d'une dame qui disait qu'il était mal coiffé. :)
      (tu vois, je lis ton blogue).

      Pour DT, il n'y a pas bcp de doute, non? :)
      (on a partagé les mêmes bancs de Sc Po il y a bien longtemps).

      RépondreSupprimer
    13. @ Nicolas : Nan, vraiment merci mais je t'assure que ce n'est pas la peine de te donner tant de mal -_-'

      @ Antholygay : Ha bé oui, c'est vrai qu'on tombe directement chez toi... C'est fou. En même temps comme le dit Olivier, il suffit d'écouter l'une de ses chroniques pour être fixé !

      RépondreSupprimer
    14. qu'a, qu'a... Bouddha
      ça marche toujours pas!

      Allez je vais tenter : caca boudin

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !