• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 11 juillet 2010

    Agence Tous Risques

    L'autre soir j'avais décidé d'aller au cinéma avec mon pote Steph. L'offre est plutôt intéressante en ce moment ce qui présente l'avantage de pouvoir choisir son film en fonction de son humeur. Un peu fatigué, j'avais besoin d'un truc un peu léger, pas prise de tête, sans réflexion métaphysique. Un bon blocbuster tonique. L'Agence Tous Risques semblait plutôt adapté à la situation d'autant que les critiques, à défaut d'être totalement assassines, sont dans l'ensemble pas trop mauvaises. Allez hop, envoyez c'est pesé !

    Tout le monde connait l'Agence Tous Risques, cette équipe de mousquetaires des temps modernes qui pourfendent les méchants pour faire triompher la Justice. C'est toute mon enfance ! Et même si la série télévisée a pris un petit coup de vieux (mais pas tant que cela en fait), je lui conserve la même affection, sûrement en raison de toute la part de nostalgie qu'elle véhicule.
    Car en définitive un épisode de l'ATR se résume toujours à la même formule en quatre actes :
    Acte 1 : Quelque part au pays de l'Uncle Sam, des méchants font régner la terreur.
    Acte 2 : L'ATR débarque et rencontre un/e gentil/le qui leur parle des vilains méchants.
    Acte :  L'ATR provoque les méchants qui leur mettent une bonne branlée.
    Acte 4 : L'ART revient à la charge et triomphe des méchants à l'aide d'un astucieux stratagème. Happy end couronné par la formule rituelle "J'adore quand un plan se déroule sans accroc".
    Voilà. C'est simple, hyper manichéen, plein de bon sentiments. Ca pourrait être totalement cucu. Mais en fait non. Car l'épice magique de la série réside sûrement dans son humour un peu foufou, franchement décalé, presque second degré, et ses personnages chacun fortement caractérisé : Hannibal Smith le cerveau de la bande, Futé / Faceman le séducteur rusé, Barracuda / Baracus le gros balèze, et Looping / Murdoch le pilote fou.

    Hé bien l'Agence Tous Risques en film, c'est pareil. Tous les ingrédients y sont, en particulier l'humour décalé et ce petit coté excessif totalement assumé sans lequel les aventures de la dream team seraient aussi excitantes qu'un épisode de Hélène et les Garçons. C'est frais, dynamique, drôle, léger, idéal pour passer une bonne soirée pour se réfugier dans une salle obscure afin de profiter de la clim !

    Comme il est de mode actuellement, l'Agence Tous Risques le film plonge dans les origines de l'équipe, les raisons de leur rencontre, leurs succès militaires puis leur déchéance, le tout replacé dans un contexte contemporain : fini le Vietnam, place aux sables du Moyen Orient. Il ne s'agit donc pas de la reconstitution historique d'un épisode mais bien d'une remise au goût du jour ma foi plutôt réussie. 
    Quant au casting je dois dire que le choix des acteurs est vraiment judicieux. Si l'illusion de voir les comédiens originaux de la série, quoique assez bluffante, n'est pas parfaite (en particulier pour Looping / Murdoch qui est le moins ressemblant) les acteurs ont su admirablement rentrer dans la peau de leur personnage, en reprendre les mimiques et surtout l'esprit de sorte que la magie du grand écran opère.

    Alors, certes ce n'est pas le film de l'année. Mais tout de même, si vous avez besoin de vous distraire avec un bon blockbuster, l'Agence Tous Risques est une très bonne option.

    9 commentaires:

    1. Ah oui? tant mieux pour toi! Je suis allé me rafraîchir avec shreck4 en 3D, encore assez bien fait.

      RépondreSupprimer
    2. Moi je voudrais un film qui me fait rêver, tu as ça sous le coude ?

      RépondreSupprimer
    3. Je crois que je vais passer mon tour... Je n'étais déjà pas fan du tout de la série, alors ici en plus en VF mal doublée, on zappe. Et pour George Peppard dans l'original, je m'étais arrêté à "Breakfast at Tiffany's" dans son rôle de gigolo.

      RépondreSupprimer
    4. On m'a dit que ça explosait dans tous les coins! C'est ça le risque non?

      RépondreSupprimer
    5. @Christophe : C'est "vous" qui voyez :-p

      @Flavien : Ben écoute, j'ai vraiment passé un bon moment, contre toute attente. Et Steph également. J'irai voir Shreck 4, pour boucler le cycle, mais je pense éviter la 3D cette fois. A moins qu'elle apporte vraiment quelque chose pour le coup...?

      @Khey : Peut être que L'illusionniste te conviendrait. Je ne l'ai pas encore vu, mais la bande annonce m'a l'air alléchante.

      @Eric : J'étais (et suis toujours) fan de la série. Mais même sans être fan je crois qu'on peut passer un bon moment.

      @Enguerrand : Ha oui, ça pète pas mal. C'est un film d'action, pas un épisode de Derrick ! Cela reste néanmoins tout à fait supportable. Ce n'est pas non plus 2012...

      RépondreSupprimer
    6. Shrek 4:Léger mal de crâne avec la 3D, comme d'hab. Les dessins sont très très bien faits, mais je ne suis vraiment pas certain que la 3D soit indispensable pour apprécier le film. Les pubs avant le film sont bien plus spectaculaires, le relief est présent mais l'animation ne sort pas de l'écran.

      RépondreSupprimer
    7. Dégoutée, je voulais le voir ce film étant fan de la série aussi... il ne passe déjà plus dans les salles montréalaises...

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !