• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 7 février 2012

    Comme un vent frais sur la Garonne

    Au début, je ne m'en étais pas rendu compte. Je n'avais pas perçu la réalité de tous les bouleversements qu'allait produire ma soudaine libération, après des années d'oppression. Se lever, y penser, s'y mettre, faire une pause café pour fuir un tout petit peu, aller au cinéma et se dire que peut-être l'on n'aurait pas du, culpabiliser pour un rien en songeant que l'on aurait peut être mieux à faire....
    On me l'avait pourtant dit : "Après ça, va commencer le premier jour du reste de ta vie". Cette jolie phrase m'était apparue comme une pure abstraction.

    Les choses se font progressivement tant je ne perçois pas encore toute l'étendue des possibilités qui sont désormais à ma portée. Je me sens un peu comme un prisonnier qui sortirait d'une longue peine d'enfermement et qui réapprend peu à peu la liberté. C'est étourdissant et extrêmement excitant. Cela peut vous sembler tellement banal. Car au fond je ne fais rien d'autre que reprendre une vie normale...

    Depuis maintenant quelques jours, je revis. Vraiment.
    Je fais des choses qui me plaisent, ma vie sociale connaît un second départ après une longue traversée du désert. Ce week-end, j'ai même rebranché la vieille Game Cube qu'un pote m'avait prêté, et joué à Zelda pendant des heures, chose que je n'avais pas faite depuis.... pfiou ! je ne saurais même pas le dire.

    Agir sans culpabiliser, sans cette pression sournoise qui teintait de grisaille tout ce qui aurait pu être des instants parfaits. Aller au cinéma, sortir dîner, flâner le nez au vent, le cœur et l'esprit légers.

    (Toulouse sous la neige, 7 février 2012)

    Un grand vent d'air frais souffle sur la Garonne.
    Le vent du changement, le vent du renouveau.

    Et cela fait un bien fou.

    17 commentaires:

    1. Welcome back in normal life! Le quotidien sait être agréable pour peu que l'on sache en profiter.

      RépondreSupprimer
    2. Jouer à Zelda... Bel exemple du renouveau de la vie sociale ! :-)

      RépondreSupprimer
    3. Content de lire ça. Fais toi plaisir, fais toi du bien, relaxe.
      A la prochaine.

      RépondreSupprimer
    4. C'est l'avantage, je trouve, de l'enfermement et de la contrainte: nous faire rêver de liberté et de mondes meilleurs à venir. Mais une fois les contraintes envolées, la question du "mieux à faire" se pose à nouveau, non?
      Cool pour ce nouveau départ en tous cas; et en matière de vent et de fraîcheur, tu dois être servi en ce moment ;)

      RépondreSupprimer
    5. Grrrr...rendez moi Toulouse !
      biz a toi

      RépondreSupprimer
    6. Ben tu l'as bien mérité donc profites en maintenant de ce petit temps de répits ;:)

      RépondreSupprimer
    7. @ Nekkonezumi : Merci ! On se voit bientôt ?

      @ Glimpse : Pour l'instant je ne me plains pas. Les jours sont ce que l'on en fait ! :)

      @ Loup : Houuuuuu que c'est vilain de ses moquer comme ça ! Bon, t'es bloqué à quel niveau ? :o)

      @ Tarvalanion : Yep ! Je ne serai pas au TC de vendredi. Mais on se recroisera très vite en d'autres lieux je crois.

      @ PascalR : Oué ben, vaut mieux ça que de passer sa soirée à commenter la photo d'un chat qui louche sur Facebook ! :o)

      @ Endim : Pour la fraîcheur en effet, je suis servi. Et je n'aurais rien (mais alors vraiment rien) contre des journées un poil plus torrides :D
      Et pour ta question, étant un insatiable insatisfait doublé d'une hyperactif tendance fainéant, je ne me repose jamais très longtemps sur mes lauriers. La quête n'est pas forcément dans le "mieux" mais dans le "jamais assez".

      @ Corto74 : En ce moment Toulouse ressemble à une vaste patinoire. C'est que du bonheur :-/

      @ Seb67 : Ho que oui ! Mais il ne durera pas très longtemps, je me connais !

      RépondreSupprimer
    8. Puis viendra le temps, un jour, où tu te diras, "c'était quand même le bon temps, vivement la retraite" ... Je n'y croyais pas quand on me disait ça, mais maintenant, je suis dans la dernière décennie avant ce départ et encore, je ne compte plus les années en nombre double, mais un seul chiffre maintenant... ça approche ! Bon courage pour cette nouvelle vie !
      Jj

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Ce n'est pas vraiment une nouvelle vie, seulement un tournant. Rien ne change vraiment, tout continue, différemment !

        Supprimer
    9. J'avais lu Zebd et je trouvais que ça collait mieux à Toulouse. Profite bien de cette soupape. Tu l'as amplement méritée.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Euh je voulais écrire ZebdA hein...

        Supprimer
      2. The Legend on Zebda... Oué, ça pourrait presque correspondre ^^

        Supprimer
    10. Tiens ! Elle n'est pas gelée la Garonne !

      "...Un grand vent d'air frais souffle sur la Garonne.
      Le vent du changement, le vent du renouveau."
      Oui ! Le changement, c'est maintenant !
      ...
      D'accord, d'accord ! Je sors !
      :)
      Des Bises !

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Elle n'est pas gelée partout. En fait c'est même l'inverse : elle n'est pas gelée, sauf à un endroit précis où se bousculait hier encore un camion de France Télévision venu prendre quelques images.

        Supprimer
    11. en plus du temps qui devient libre alors qu'on "s'occupait" à travailler, à lire, à écrire, ce qui m'a surpris c'est que j'ai lu les journaux et suiv les infos par intérêt personnel et plus par obligation... ça changeait !

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !