• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 30 juillet 2012

    Flânerie dominicale

    Hier j'étais chez mes parents comme souvent le dimanche. Il faisait très beau. Aussi beau que le temps puisse l'être en été dans la campagne Toulousaine : de la chaleur tout ce qu'il faut, et cette légère brise rafraîchissante qui fait osciller les branches des platanes avec langueur. Un temps idéal pour aller se promener au bord du canal.

    Le chemin de halage était d'un calme extraordinaire, souligné par les stridulations des sauterelles, le plongeon d'une grenouille apeurée, les arabesques graciles des libellules acrobates. 


    J'ai marché un long moment, sans me presser, m'imprégnant avec délices de cette douce torpeur Thermidorienne, invitation à peine dissimulée à la nonchalance et à la sieste. Cette sieste apaisante à laquelle s'abandonnaient mes grands parents et encore aujourd'hui les vieux du pays lorsque, entre quatorze et seize heures, le soleil harasse l'homme des champs. 


    Le spectacle a beau être toujours le même, je ne m'en lasse pas. C'est peut être cela qui, au fond, me le rend si cher, ce canal. La lenteur apaisante de son rythme, la présence rassurante de l'eau qui s'écoule en silence, la belle perspective qu'offre son tracé rectiligne...

    Des plaisirs simples, des plaisirs qui chantent l'antan, cet antan perdu où l'on savait prendre le temps d'apprécier les choses pour ce qu'elles sont. Cet âge d'or où la campagne était encore un véritable havre de paix. 


    Promeneur solitaire, j'ai passé un moment superbe à me réjouir béatement de ces petites choses, du temps suspendu, loin de la fureur tourbillonnante de la ville. 

    11 commentaires:

    1. Vive l'été !

      J'aime beaucoup ton nouveau fond, avec ces blés murs.

      RépondreSupprimer
    2. Aurais tu découvert le bonheur simple sur ces rives là?

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Oui, c'est là que s'est faite une partie de mon "éducation". J'aime y revenir souvent.

        Supprimer
    3. De belles choses à voir, et le temps suspend son vol...

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. C'est exactement ça. C'est l'un des rares endroits où le temps suspend encore réellement son vol.

        Supprimer
    4. Texte et photos envoûtants et mais aussi...rafraîchissants...

      RépondreSupprimer
    5. Très belles photos, véritable invitation à l'évasion au bonheur d'être caressé par cette brise toulousaine à l'ombre des arbres

      RépondreSupprimer
    6. j'ai une passion pour les canaux, je les ai parcourus pas mal dans ma vie antérieure, j' aimais beaucoup mais c'était dans un autre temps où on pouvait louer un petit bateau pour pas trop cher
      si tu es d'accord, je te rajoute sur ma liste de liens

      RépondreSupprimer
    7. Habitant sur une commune qui comporte un bord de rivière, je t'imite fréquemment. Il y a dans les miroitements de l'eau une sensation qui vient de loin, propice à la méditation et la sérénité.
      Sur ta dernière photo, on a à la fois le ciel, la terre et l'eau. Plénitude...

      RépondreSupprimer
    8. Même en pleine ville, comme au bord du canal de l'Ourcq ou du canal Saint-Martin en plein Paris, on arrive à trouver cette sérénité que tu évoques si bien ici

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !