• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 8 juin 2010

    Tambour Major monte aux créneaux



    Il est né le divin enfant
    Jouez hautbois, résonnez musette.
    Il est né le TambouVirus (
    Marque déposé par Nigloo).

    Chantons tous son avènement

    Ha ! On les voit vos mines réjouies, vos yeux lubriques, vos pensées cochonnes !
    On ne vous a jamais dit que deux garçons y ne peuvent pas faire des bébés ????
    Et au cas où vous ne le sauriez pas pour les humains c’est 9 mois la gestation, pas 4 jours !
    Et puis, qu’est-ce que c’est que ça !
    Comme si le Tambour Major et le Virus n’étaient pas capables de se retenir de sauter sur tout ce qui bouge pour copuler !!! (Bon d’accord, le Virus se serait bien son genre ! M’enfin, le Tambour Major ! smileys Anges )

    Bref, maintenant qu'on vous a foutu le saut d’eau pour calmer vos ardeurs, nous allons pouvoir vous dire que cette naissance n’est autre que celle d’une complicité, qui nous a mené à vouloir faire un post en coopération pour vous narrer notre rencontre !

    Comme que le Virus cause un peu n’importe comment, quand que ça le chante, j'ai eu la lourde charge de vous faire la traduction du texte qui n’est en fait que ma version du sien.
    Oui c’est un peu l’histoire de l’œuf et de la poule (pas la peine de demander qui de nous deux à fait la poule !!!), on s’en fout, mais en attendant, vous ne savez toujours pas ce qui s’est passé !

    Comme nous sommes bon princes, on va vous lâcher les scoops : en exclusivité mondiale, le récit épique d'une rencontre en haut lieu !


    * * *

    Il y a quelques semaines, Maxivirus laissait sur son blog une invitation à venir lui faire un ptit coucou sur les terres Bitéroises où il s'installait pour quelques jours de villégiature, les pieds en éventail. Empoignant mon clavier, je lui suggérais de nous rejoindre à mi-chemin, afin de concilier tout le monde, et de faire escale à Carcassonne. Ainsi fut dit, ainsi fut fait.

    Nous partîmes tout seul dans ma citro-tambour (® Maxivirus) mais par un prompt renfort nous nous trouvâmes quinze mille dans les embouteillages... Un vrai cauchemar ! N'écoutant que mon courage, je bravais la cohorte, sous le cagnard d'un soleil de plomb. Destination le XI° siècle ! Born tou bi ouaiiild !

    Une heure et quart plus tard, me voici garé à l'ombre des remparts. Un ptit coup de téléphone pour m'enquérir de la géo-localisation du Virus qui m'attendais tranquilou à l'ombre d'un grand arbre non loin de là et bientôt nous nous retrouvons face à face. Quand l'Histoire a rendez-vous avec elle même... Après une bise en bonne et due forme, nous nous engouffrons dans les rues sinueuses de la citée médiévale, à la recherche d'un estaminet où nous rafraîchir.

    Lorsque l'on rencontre quelqu'un pour la première fois alors qu'on ne le connaît qu'au travers de ses écrits, la crainte légitime est de savoir comment cela va se passer:  est-ce qu'on va s'entendre ? qu'est-ce qu'on va pouvoir se dire ? Hé bien pour le coup mes doutes furent dissipés en un éclair. Installés à l'ombre sur une petite place - là même où, deux ans en arrière, j'avais pris un chocolat chaud avec quelqu’un dont la mémoire s’estompe peu à peu - nous nous mimes à papoter autour d'une bière comme si nous nous étions quittés la veille, nous découvrant au passage quelques penchants épicuriens des plus plaisants... C'est un bon vivant le Virus ! Ça tombe bien : moi aussi !  D’ailleurs il m'avait prévenu : "Je nous ai choisi un resto un peu atypique". Ne sachant pas trop ce que cela pouvait signifier j'étais un brin inquiet quoique confiant quant à la qualité des établissements du lieu. En outre, désormais informé des penchants coupables du Virus pour la bonne chère, je ne doutais point que nous allions nous régaler. Bientôt nous nous levons et nous mettons en marche à destination des "Jardins de Dame Flore", un restaurant médiéval. Excellente idée !

    Nous prenons place dans la cour afin de profiter de la douceur de l'air, à l'ombre d'un arbre dont nous n'avons pas pu identifier la variété (en tout cas les feuilles étaient celles d'un mimosa... le mystère demeure). La carte est alléchante, en particulier le menu dégustation sur lequel nous jetons notre dévolu. Le concept est marrant : point d'assiette, c'est une épaisse tranche de pain rond qui en fera office. Point de fourchette non plus mais une cuillère et... ses doigts !  Hé oui, la fourchette fut introduite en France par Catherine de Médicis en 1324, or nous sommes ici au XI° siècle... l'anachronisme n'a pas sa place (enfin, dans les grandes lignes seulement). Nous initions ce repas gastronomique par un verre d'hypocras avant que ne se déploie une farandole de saveurs originales tout à fait plaisantes (mention spéciale pour le civet à l'hypocras absolument succulent !). Nous nous sommes régalés !

    Tandis que les estomacs se remplissent, les langues se délient et la conversation file bon train. C'est un bavard le Virus. Et le Tambour Major en est un autre ! Forcément au rang des premiers sujets abordés, la blogosphère, à propos de laquelle nous avons copieusement languedeputé et critiqué à peu près tout ce qui existe sur le net. Si vous avez étés victimes de violents acouphènes samedi soir dernier, ne vous inquiétez pas : c’était nous ! (Naannnn, c’est pô vrai, on n’a pas été trop méchants smileys Forum ). Puis, l’ivresse d’un excellent vin du pays aidant, dans la douceur de cette nuit de juin, on se livre peu à peu, abordant progressivement des sujets un peu plus intimes et personnels. Je découvre un personnage attachant, attendrissant, profondément gentil, à l'histoire personnelle pas si simple. Notre discussion aurait sans aucune difficulté pu nous conduire jusqu'aux aurores s'il n'avait fallu mettre un point à cet instant : il est déjà deux heures du matin et l’établissement  qui nous accueille ferme boutique.

    Arpentant une dernière fois les venelles désertées, nous nous extirpons des entrailles rocailleuses de Dame Carcassonne, effectuons quelques dernières photos nocturnes des fortifications, ce qui me donne l'occasion de regretter de n'avoir pas encore cédé à la tentation du 550D... Nous nous disons au revoir sur le parking, nous promettant de nous revoir bientôt lors de mon passage à Paris le week-end de la GayPride (D’ailleurs, j’en profite pour faire un peu de pub : Maxivirus organise à cette l’occasion un petit casse-croûte inter-bloggeurs. N’hésitez pas à le contacter en cliquant sur ce lien si vous êtes tentés et qu’accessoirement vous ayez envie de me faire un ptit coucou !)

    Une très jolie rencontre pour une très agréable soirée !



    * * *

    Vous me croirez si vous voudrez (et je sais que vous voudres pas souvent) mais je me suis retrouvé embarqué dans un truc, que même que je me suis retrouvé catapulté des années en arrière.

    Mais quand je dis en arrière, ce n’est pas quand j’étais jeune, mais quand je n’existais pas encore.
    Après avoir fait la route pour Carcassonne, cool, pépère, pas un chat à l’horizon, me suis garé dans une petite rue où j’ai mes habitudes et que c’est gratos.
    Et une fois, sorti de ma voiture, c’est là, que tout a basculé !

    Je voulois remettre en forme ma cotte de maille, et l’horreur me sautois aux yeux ! Ma cotte de maille eftoit toute rouillassée.

    Fort heureusement, le château éftoy à quelques toises de là, m’en a fallut que quelques pas cadencés pour rejoindre le pont levis et entrer dans la bourgade. Je decidois donc de mettre ma prime mission de coté, au péril de ma vie, pour trouver forgeron qui puisse me rendre bienséance visuelle.

    Je trouvois ce qu’il falloit et me remettois à ma mission. Il falloit que je repérasse les lieux et les sécurisasses pour accueillir comme il se doit, le Sieur Tambour selon les protocoles liés à son rang.

    Me confrontois donc à quelques resistants que j’occis et pourfendis afin de faire place net.

    Il falloit aussi que je repérasse la taverne qui aurait l’insigne honneur de recevoir les Sieurs Tambour et Virus. Je marchois donc plusieurs heures sous le soleil qui me frappoit, à tel point que j’en déteignois sur le rose, et débusquois dans un recoin malfamé un lieu qui conviendroit parfaitement.

    Missions acomplies, je n’attendois plus que l’arrivée du Sieur Tambour.

    Quand il arrivasse, ce fut le choc, je découvrois un grand gaillard, fort bien bati, avec un sourire (mama, au secours), un chevalier au bouc bien taillé qui lui soulignoit le menton. Nous nous bisoillames et entamimes notre expédition à travers les gueux pour rejoindre une première taverne pour nous désaltérer sur une terrasse ombragée.

    Que le moment fut magique, nous accrochames de suite, et partames dans des blablatages divers et variés qui nous indiquoient que nous aviames multes centres d’intérêt communs.
    Le Sieur Tambour est super agréable et sait vous emmener en voyage lorsqu’il parle (Ne lui disoit rien, mais je craquasse un peu quand même).
    Puis, après avoir jeté l’aumône au tavernier, nous nous dirigeâmes, vers le lieu où nous devions festoyer et avaler pitance.


    La taverne que je choissasses, « Les jardins de Dame Flore » (falloit bien deux gays pour arriver à se faire la Dame !!!) s’avéra parfaitement convenir au Sieur Tambour qui appréciate de mangeoyer sans fourchette qui n’avoient pas encore été inventassées et dans des écuelles en croute de pain frais. Les festivités s’ouvroient par un élixir fort gouteux, et par un pâté et une tarte saumonée que nous partageâmes, vint ensuite le civet de biche et ses légumes, le fromage et les gourmandises, le tout arrosé d’un vin fort adapté (on festoya si bien qu’on vous oubliasses alors pour les photas de la finasse du repas, faudroit repasser !).
    Les vapeurs de nos boissonnades aidant, les sujets de blablatages, devinrent plus personnels et intimes et nous passames un moment d’une telle qualité que l’on nous invitoit à quitter la chaumière afin qu’elle fermoit pour la nuit.

    Le moment fut joyeux, agréable et je dois bien faire aveu que m’en suis repartu un peu triste de ne pas avoir festoyé plus longuement avec un tel convive (Le tambour s’étant lâché en compliment sur le Virus, j’en profite pour baver derrière son dos ! Ptin c’est un mec bien le Tambour, culturé et tout et tout et qui même s’il cherche a le cacher à un cœur gros comme ça). Fort heureusement nous convenames d’une revoyure à Paris à l’occasion de la gay pride et d’autres festivités locales auxquelles je vais essayer de participer.

    Bref, un merveilleux moment.




    Post écrit à 4 mains de nos envoyés spéciaux Bite et Rois !

    Le jumeau en miroir de ce billet est aussi disponible chez Maxivirus.

    14 commentaires:

    1. C'est vrai que c'est toujours angoissant, la première rencontre avec quelqu'un que l'on lit. On s'imagine toujours plein de chose, physiquement, sur la voix, la manière d'être, et généralement, ça tombe complètement à coté! Finalement, c'est d'ailleurs un peu rassurant. Je n'ai que rarement été déçu de rencontrer en vrai un de mes auteurs préférés.

      RépondreSupprimer
    2. Okay, c'est bien beau tout cela mais alors ???? Réellement, honêtement, sincèrement, Vrai, ... avez vous oui ou non couchaillé ?
      :)
      Biz

      RépondreSupprimer
    3. Donc après l'endroit, on a l'envers, bin mes cochons, pas étonnant que ce soit des "jumeaux"!!!:)))

      RépondreSupprimer
    4. Qu'ois je ?
      Tambour Major a un cœur!!!
      ...
      Merci à vous deux, pour ce moment passé !
      ...
      Mais j'en reviens pas...
      il a un cœur, vous dis-je!
      ;^)

      RépondreSupprimer
    5. @Rouge-cerise : Ben j'ai rencontré assez peu de blogueurs pour le moment (j'y travaille, j'y travaille), sans compter ceux que je connaissais avant qu'ils ne blogassent, et à ce jour tout s'est toujours bien passé. Enfin, de mon coté ^^ Peut-être aurons-nous bientôt l'occasion de boire un p'tit coup ensemble ?

      @Corto74 : Petit curieux !! Je ne suis pas celle que vous croyez ;-)

      @Nigloo : Des bon vivants je te dis... Alors à l'envers à l'endroit, quelle importance ?

      @Gildan : Un cœur qui ne bat qu'un coup sur quatre, mais qui sous des baisers doux peut battre comme un fou ^^

      RépondreSupprimer
    6. Je plussoie. Les rencontres entre chevaliers bloggeurs sont toujours enrichissantes. Et pas jamais je ne fus déçu.
      A vous lire de nouveau Sir Tambour Major
      Votre serviteur

      RépondreSupprimer
    7. Bref, maintenant qu'on vous nous avez foutu le saut d’eau pour calmer nos ardeurs, il ne reste plus qu'à nous foutre un sot dos pour les rebooster.
      Ce texte duel roboratif m'a réjoui et donné envie de chercher sur une carte quelle est la ville à mi-chemin de Toulouse et de Nice...

      RépondreSupprimer
    8. @Christophe : Serviteur ? Holà chevalier, fi ! C'en est trop ! Relevez-vous donc et rechaussez tantôt votre heaume. La position accroupie ne sied pas aux gentilshommes :D

      @François : Hé bien selon Viamichelin, le mi-chemin entre Nice et Toulouse se situe du coté Nîmes, ce qui représente tout de même la bagatelle de presque 300 Km. Ça s'étudie. Et la région est magnifique.

      RépondreSupprimer
    9. @Tambour Major
      Merci beaucoup !
      Je crois que j'ai eu le meilleur, en plus 68!
      (Mais chuuuut, il ne faut pas le dire trop fort, pas de jalousie).
      ;^)

      RépondreSupprimer
    10. Trop forte la traduction simultanée en ancien françois. Ces rencontres sont bien alléchantes. Y aurait-il suffisamment de points communs entre les blogueurs pour assurer des soirées réussies à tous coups?

      RépondreSupprimer
    11. @ François le Nicois : Paris ;-)

      RépondreSupprimer
    12. Ah, Maxivirus aussi se gare rue Trivalle...

      RépondreSupprimer
    13. Visiblement y'a des amateurs de rencontres bloguesques !!!
      N'oubliez pas que vous avez une opportunité lors de la gay pride à Paris !
      Et pour ceux que le virus intrigue, je reviens probablement sur Béziers en aout et en octobre :)

      RépondreSupprimer
    14. @Flavien : Il n'y a qu'un moyen de le savoir... ;-)

      @Eric : Oui, c'est une autre possibilité !

      @Kingluther : C'est plutôt à lui qu'il faut le demander.

      @Maxivirus : je repasserai un coup de pub en temps et en heure.

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !