9 janvier 2013

Le vieux marchand


L'histoire se passe loin, très loin d'ici,  dans une grande ville, une belle et grande ville foisonnante de vie et de couleurs. Devant la monumentale porte d'entrée se trouve un puits à l'eau duquel les marchands viennent abreuver leurs animaux. Là, on va, on vient, dans un tumulte fabuleux.

Un vieux marchand, assis sur le rebord du puits, regarde en silence les gens passer.

Conduisant un âne lourdement harnaché, un jeune homme arrive qui s'approche du puits. Délestée, la bête se met aussitôt à boire, visiblement harassée par la fatigue d'un long voyage.
« Tu sembles avoir fait un long voyage... interpelle le vieux marchant.
- Oui, je viens d'un village à trois jours de marche d'ici.
- Et que viens-tu chercher dans cette vaste ville ?
- Mon père m'envoie pour y faire commerce », explique le jeune homme en désignant le chargement de l'animal en train de se désaltérer.
« Je ne connais personne ici. Comment sont les gens dans cette ville ? » demande-t-il au vieux marchand après s'être rafraîchi le visage dans l'eau du puits.
« Pourquoi me demandes-tu cela ? Comment étaient-ils les gens dans ton village ? » demande à son tour le vieux marchand en guise de réponse.
« Ho, c'était un joli village. Les gens étaient aimables, j'y avais beaucoup d'amis. Je suis triste d'avoir du tous les quitter pour partir et venir ici.
- Sois sans crainte, répond le vieux marchand dans un demi-sourire. Les gens de cette ville sont tout aussi aimables. Tu t'y feras sans aucun doute beaucoup d'amis ».
Rassuré et le visage illuminé par cette annonce, le jeune homme reprend sa route, entre et s'engouffre dans l'immense foule de la ville.

Quelques instants plus tard arrive un nouveau voyageur qui fait également halte devant le puits. Deux énormes chevaux tractent une gigantesque carriole. Le voyageur les dételle en hâte pour les faire boire puis s'assied sur la margelle du puits, à côté du vieillard impassible.
« Tu as l'air fort fatigué, lui dit le vieux marchand sans même le regarder. Tu sembles avoir fait un long voyage. D'où viens-tu ?
- Oui je suis très fatigué et inquiet. J'ai traversé tout le pays pour venir ici et refaire ma vie. J'espère que je serai bien accueilli.
- Et pourquoi donc fuyais-tu ? N'étais-tu pas heureux là d'où tu viens ?
- Non, je n'étais pas heureux. Les gens autour de moi étaient malveillants et j'avais beaucoup d'ennemis qui me voulaient du tort. Voilà pourquoi j'ai fui pour venir dans cette ville et tout recommencer.
- Tu ne seras pas plus heureux ici ! répond le vieux marchand. Les habitants de cette ville ne seront guère plus aimables avec toi. Tu ne trouveras pas la paix ici. Tu n'y seras pas heureux. »
Manifestement déçu par les paroles du vieux marchand, le voyageur saisit la bride de ses chevaux et la lourde caravane reprend sa route, avant de disparaître.

Assis non loin de là à l'ombre d'un énorme figuier, un jeune berger qui avait assisté à toute la scène, se lève et s'approche du vieux marchand.
« J'ai tout entendu, dit-il. Mais enfin, je ne comprends pas ! Pourquoi as-tu donné des réponses totalement différentes à l'un et à l'autre de ces voyageurs ? Comment as-tu pu dire à l'un que les habitants de cette ville étaient amicaux et à l'autre qu'ils étaient hostiles ? Allons, réponds !
- Je ne leur ai pas menti, répond calmement le vieux marchand en dévisageant le jeune berger. Car les gens seront avec toi comme tu le seras avec eux ».


***
PS : J'ai entendu ce conte - ainsi que celui du petit tailleur de pierres - il y a quelques années sur France Inter, dans l'émission estivale de Noelle Breham "La situation est grave mais pas désespérée". J'ignore d'où il est tiré, mais si quelqu'un a des informations, je suis très intéressé.

4 commentaires:

  1. Euh ... difficile à dire.
    Il y a sans doute différentes versions du même conte dans tous les pays.
    :)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai la version de Jacques Brel : "traite celui qui te fait face comme un salaud et il se comportera en salaud, traite-le comme un type bien et il se comportera en type bien".

    RépondreSupprimer
  3. " Si quelqu'un te frappe sur une joue, présente-lui aussi l'autre. " (Luc 6.29). !!! :)

    RépondreSupprimer
  4. Le docteur en psychologie Jordi Quoidbach parle du petit tailleur de pierre http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/biologie/d/bonheur-vivre-heureux_1092/c3/221/p2/

    Le vieux marchand semble être un conte soufi mais on en trouve d'innombrables versions

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

Ce billet vous a plus ? Il vous fait réagir ?
En mon absence vous pouvez laisser un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
Sinon passez directement à l'étape suivante.
5) Cliquez sur Publier.
6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

Elle est pas belle la vie ?
À bientôt !