• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 13 août 2007

    Je ne veux pas travailler...

     

    Dur dur le retour de Week End... (et ce n'est pas Anouck qui me contredira, elle qui a le secret des mails spécial "remontage-de-moral"...)

     

    "- Haaaaaa vous êtes rentrés... (ma mère ce matin au tel

    - Bé oui, on est rentrés dans la nuit

    - Haaaa bon... parce qu'avec tout ce qu'on entend...

    - Gheeeurf..... ??

    - Bé oui, à la radio et à la télé ils en parlent depuis hier...

    - ...................

    - C'est bien du canyoning que vous êtes partis faire ?

    - Heu, ben voui ... on est en combis et on descend un torrent...

    - Bé faites bien attention passke du côté de Cluzes y'a un eu un accident patati patata..."

     

    L'art insurpassable de l'inquiétude dans le registre duquel ma mère (et la votre aussi je suppose... Mylène, fait gaffe ! Tu repenseras à ce billet dans quelques temp s!! ) est passé maître ! Chez elle c'en est presque devenu une philosophie que l'on peut traduire par la maxime

     

    " je m'inquiète donc je suis"

     

    ... passons.

     

    Non, nous n'avons pas eu d'accident...

    Non, nous n'avons pas percuté un ours des Pyrénées qui traversait la route pour aller croquer la brebis qui patûrait de l'autre coté

    Non, nous n'avons pas croisé de troupeau de vaches anglaises atteintes de la fièvre aphteuse

    Non, nous n'avons pas été attaqués pas des vautours sanguinaires privés de chair fraîche

    Non, nous n'avons pas été enlevés par des extra-terrestres qui étudient la race humaine en vue d'une invasion prochaine de notre bonne vieille planète Terre

    Non, nous n'avons pas croisé notre Cher et Vénérable Président de la République N.S. qui faisait son footing dans les parages

    Nous n'avons pas d'avantage étés absorbés par un vortex pan-dimensionnel nous propulsant sur la planètes Gleyxowikxz-IV sous l'effet indésirale et incongru d'un générateur d'improbalité absolue (oui, je lis H2G2 en ce moment... et alors ??)....

     

    Nous avons juste passé un EXCELLENT WEEK END du côté de l'Ainsa (Aragon) à crapahuter dans des lacs artificiels dont la région regorge (j'ajouterai des lacs pleins d'eau, ce qui n'est pas si évident que cela les années de sécheresse, certains lecteurs s'en souviendront avec émotion... "Mais il est où le lac ??"), à faire du vélo sur les routes pentues qui sillonnent dans les décors magnifiques de la Sobrarbe, et surtout à canyoniser tout dimanche le long du Barbaruens en compagnie de 4 espagnols passablement baufs et de Juan notre guide hyper-funcky. 

    Au programme de ce canyon de niveau II : une eau bien fraîche mais largement supportable avec la combi en néoprène, des toboggans, quelques passages en rappel (facultatifs) et des sauts de 4, 6, 8, 10 et ... 12 mètres ! Si ! Bé en fait, même pas peur...!

    Bon, jusqu'à 8 mètres, ça va encore à peu près... A partir de 10, on se dit "houlà houlà... c'est haut..." puis plouf ! On saute, et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, on est déjà arrivés.

    Par contre, 12 mètres... bé.... ça commence à faire vraiment haut !! Et là.... bé... le trouillomètre frôle rapidement le zéro absolu... d'où la nécessité impérieuse de pas se poser trop de questions (et ceux qui me connaissent savent que le Tambour Major se pose toujours environ 2. 394.717 questions par seconde) et foncer ! Et là, à ma grande surprise/satisfaction, ben j'ai sauté sans broncher. Voui voui ! Et pas peu fier de moi ! (mééééééééheu.... la prochaine fois on y va avec ceux qui rient, là, au fond... et on verra bien ! Mwahahahahaha...)

     

    Je mettrai quelques photos de nos exploits dès que je les aurai reçues de l'agence EKM en espagne, car notre gentil guide en a pris tout au long de notre joyeux périple.

     

    Seul (petit) regret du WE : qu'il n'y ait pas eu assez d'eau pour le saut de la mortitude absolue : pas moins de.... 18 mètres !! Bon, dit comme ça.... je me la pète un peu... mais j'aurais bien aimé me frotter à ce type d'épreuve, plus psychologique que physique.

     

    Enfin, notre séjour Aragonesque s'est terminé par une petite visite du village abandonné de Jànovas. Ca me fait toujours une drôle d'impression de visiter un village mort... Toutes ces maisons orphelines dans lesquelles autrefois l'âtre accueillait des familles entières, ces rues désertes et silencieuses des rires d'enfants qui jamais n'y joueront plus, cette fenêtre défoncée d'où s'extirpe un cerisier que les oiseaux ont semé à travers la toiture effondrée, ces murs de pierres façonnés de main d'hommes désormais délaissés à l'oeuvre inexorable du temps, l'église résonnante de cantiques où l'on se rendait en procession... (voir l'album).

     


    On remet ça quand les zamis ??

    4 commentaires:

    1. Pardon ô Tambour Major...C\'est dur la reprise...J\'ai juste fait partager ma "douleur"..hum..j\'en fais trop là...Tiens toi aussi t\'as une mère atteinte du "Je m\'inquiète donc je suis"...Ca me rassure...:p

      RépondreSupprimer
    2. Pouf, pouf, 12 mètres ! Je me gausse ! Mais mon pauvre ami, je te prends quand je veux en cannyoning ! Seules conditions : que l\'eau soit au minimumà 37°, que les toboggans soient des vrais (comme à Aqualand, avec des tapis pour pas se faire mal) et que le saut de 18 mètres soit fait en rappel avec quelq\'un pour m\'assurer ! Et tu verras bien ce dont je suis capable dans ces conditions ! Mwahahahahaha... je me gausse !

      RépondreSupprimer
    3. chimiste-méchant15 août 2007 à 20:03

      On y retourne aussi vite que possible, hein ?Foin des gausseurs du dimanche, ils n\'ont qu\'à nous suivre, et ils auront droit à la parole !Je serais bien partant pour le Rio Mascun le printemps prochain, si je trouve assez de vacances...(http://http://www.descente-canyon.com/canyoning/canyon-photo/2800/photographie)En attendant, vivement les photos !

      RépondreSupprimer
    4. Quand Kingluther fait le sale gausse.... (oué oué... c\'est facile... mais je suis chez moi et je fais ce que je veux....na !)

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !