• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 16 mars 2009

    Jeu de mots...

    Comme tout bloggueur qui se respecte, je m'enquiers régulièrement des statistiques de mon chez moi : qui es tu donc, Ô toi étrange bête insaisissable recluse derrière ton écran qui me lit avec tes yeux ? A quelle fréquence t'introduis-tu chez moi ? Depuis quelle lointaine galaxie inconnue où la main de l'homme n'a encore jamais mis le pied ? Sur quelles pages t'aventures-tu le plus souvent et à quelles fins inavouables ? Non, ne te dévoile pas si vite, j'en sais déjà trop...

    Je m'inquiète donc régulièrement des statistiques chiffrées et m'affole lorsque le compteur stagne en bas de l'échelle, c'est à dire en général pas très haut. Il est en revanche une donnée dont je m'amuse avant tout : le curieux enchaînement causal des mots clés entrés sur les moteurs de recherche qui conduisent jusqu'au seuil de mon antre certains visiteurs dont la vocation première n'était manifestement pas de me rendre visite.

    Quoique certains de ces dérapages soient tout à fait logiques, j'avoue qu'il en est qui ne lassent pas de me faire doucement rire, voire de m'interroger.

    Au rang des réponses hasardeuses fournies par je ne sais quel moteur, figure notamment l'entrée "Patricia Kaas Chanson Texte" ou celle "Patricia Kaas - Toute La Musique, blogspot". Sûrement des fans de Miss Lorraine qui n'ont certainement pas été déçus du voyage étant donné que je m'applique à dézinguer la donzelle dans le dernier tiers de
    mon billet. C'est petit et bas, je l'avoue, mais on ne se refait pas. Si vous repassez par là, visiteurs d'un soir, c'est sans rancune hein !

    Autre réponse cocasse : "formule de politesse pour un Major" qui renvoie sur le billet
    Bréviaire antimondain dans lequel je recense un certain nombre d'insanités destinées à produire l'extrême opposé de l'exemplarité du comportement attendu d'un gentleman. J'en connais qui ont dû rire jaune en me lisant ! De façon étonnante, cet inconnu n'a même pas pris le temps de se fendre d'un petit commentaire...

    Dans le même genre de réponse à coté de la plaque, figurent toutes les recherches sur le Tambour Major, celui qui fait tagada-tsoin-tsoin en rythme au milieu du troupeau de majorettes. Le Tambour Major et ses Majorettes, un peu comme Claude François et ses Claudettes en somme. Quoique pertinente soit l'idée de venir me faire un petit coucou, ces lecteurs n'ont certainement pas trouvé réponse à leurs interrogations, en particulier ce lecteur particulièrement pointu désireux de percer les mystères concernant "
    les coups de redoublage tambour de marche"... Si si, je vous assure que ça existe. Hélas, j'ai encore fait un déçu, de plus un ! Que soit par ailleurs rassuré celui (ou celle ?) ayant effectué une recherche sur "le baton du tambour major" : je ne me laisse pas tripoter le bâton comme ça moi ! je suis pas un garçon facile... (qui a dit "ha bon ?" ??).

    Enfin, il est des réponses qui me font froid dans le dos et qui m'interrogent au plus haut point :
    j'ai vraiment écrit ça moi ???
    Tout d'abord, il faut savoir que mon blog apparaît dans les réponses possibles en réponse aux mots clés suivants : "
    prepuce supplice sado"... Quand j'ai vu ça j'ai juste bondi sur mon fauteuil , manquant de peu de faire un énorme trou au plafond, et me suis empressé de relire sur le champ le billet incriminé. J'ai rapidement été rassuré en voyant qu'il s'agissait d'un débilitronage sur une fable de La Fontaine. Ouf !
    Autre sueur froide
    - et je vous assure que c'est rigoureusement authentique - procuré par le trucculent combo "paysanne sodo betterave"... Putain, mais c'est où que je parle de ces trucs là moi....? Sérieusement, je me suis posé des questions ! En plus ils vont pas bien mes lecteurs : une betterave, vous n'y pensez pas voyons ! C'est beaucoup trop salissant ! Encore une fois, plus de peur que de mal, l'honneur - ce qu'il en reste - est sauf, il ne s'agissait que d'une erreur d'aiguillage.

    Et juste pour le fun, juste pour faire planter les recherches, juste pour foutre la merde, je vais me livrer à une des bassesses les plus navrantes qui puisse se concevoir en la matière :

    chatte, bite, couilles, sperme, fellation, sodomie, sarkozy, SM,
    bondage, bears, fist, dildo, rimming, facial.

    (si si, j'ai osé)

    On verra bien ce que ça donne... Je vous tiendrai au courant.
    Accessoirement, une grossièreté s'est subrepticement glissée au milieu de cette liste. Saurez-vous la retrouver ?

    3 commentaires:

    1. C'est franchement vil, petit, mesquin et bas (à peine plus d'1m60).
      J'adoooore.

      RépondreSupprimer
    2. Là je te retrouve et tu me redonnes la pêche (non pas que tes pages autobiographiques soient tristes, mais une petite connerie de ton cru au milieu, ça te refout le moral pour continuer les autres articles qui attendent).

      En revanche, j'ai l'impression que certains t'ont percé à jour (si j'ose m'exprimer ainsi), mon cher Agrikultor ! Et c'est pas le maitre du jeu qu'a cafté !

      RépondreSupprimer
    3. @ Méchant Chimiste : oui, je sais :D

      @ Kingluther qui se cache : "Tambour Major fit de la boue avec la salive et l'appliqua sur les yeux de l'aveugle et il lui dit: "Va te laver à la piscine Léo Lagrange" L'aveugle y alla ; il se lava et, à son retour, il voyait.
      Si je me fais bien comprendre ^^

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !