• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 30 avril 2010

    Kick Ass

    Dave est un ado quelconque. Il n'a rien de spécial, rien d'extraordinaire. Sa vie ressemble à celle de n'importe quel adolescent, partagée entre les cours au lycée, les fantasmes érotiques sur la prof d'anglais, les rateaux récurrents avec les filles, sa bande de potes et les comics. Être un super héro. Voilà qui devrait être excitant. Sauver la veuve et l'orphelin, pourfendre du criminel, traquer l'injustice quotidienne... Mais comment être un super héro lorsque  l'on a aucun super pouvoir ni d'araignée radio-active à portée de la main ? Paré d'une combinaison verte achetée sur Internet, Dave prend le pari de devenir justicier masqué, part à l'assaut de la petite racaille et devient... Kick Ass. Mais il se rendra vite compte que ses épaules sont trop frêles pour le métier de super héro. Beaucoup trop. D'autant que sa route va croiser bientôt celle de Hit Gril et  Big Dady, nettement plus entraînés et surtout beaucoup plus déterminés que lui dans la lutte contre le crime.  Mais rapidement la mafia locale, qui apprécie assez peu que l'on vienne faire mumuse sur ses plates bandes, va les contraindre à unir leurs forces. 

    Kick Ass fait assurément partie de la catégorie des OVNI cinématographiques prenant le contrepied des supers héros aux supers-pouvoirs super-tout-ce-que-vous-voulez, sur un ton déjanté, décalé, et particulièrement violent. Car attention, ça saigne à blanc, ça charcute sec, ça tranche dans le vif, parfois assez crument. Esprits sensibles s'abstenir : Kick Ass c'est pas un film de pédés ! (hu hu hu... lol mdr inside).

    Décalé, le film l'est de bout en bout. Faisant fi des règles du politiquement correct, Matthew Vaughn (réalisateur) prend toutes les libertés possibles avec tout ce qu'il est permis, les codes de l'ultra-violence en particulier. L'on a ainsi droit à quelques scènes assez dures, faisant écho à une cruauté quotidienne, à l'injustice poussée à son paroxysme, doublées d'un regard satyrique froid sur notre société voyeuriste, médias comme spectateurs, procurant un fort sentiment de malaise, renvoyés que nous sommes face à nos propres turpitudes.

    Heureusement, Kick Ass se démarque par une bouffée de second degré extrêmement décalé qui réussit à contrebalancer ces instants qui, s'ils avaient été seuls, eussent rendus le film insupportable. Car si j'ai trouvé que certaines scènes restaient très premier degrés, d'autres au contraire sont purement jubilatoires, de la surenchère sans limite, de l'hémoglobine par bidons entiers, sans tomber pour autant dans le gore vulgaire d'un mauvais film des années 80. Ca sent discrètement le Tarantino tout ça. Une scène (Hit Gril prise en cul de sac dans la cuisine) m'a même fait pensé au Nikita de Luc Besson (son seul bon film à mon avis mais c'est un autre débat). Kick Ass recèle certainement d'autres allusions qui m'ont échappées, mais la facture reste profondément originale.

    L'humour de Kick Ass tient également beaucoup à ses personnages, à commencer Mindy,  ou comment  l'innocence d' une toute mignonne petite fille masque en réalité un hachoir à viande sur pattes,  une tueuse de sang froid qui ferait passer Jason Voorhees pour un bisounours, dotée qui plus est d'un vocabulaire ordurier à souhait. Big Dady (incarné par Nicolas Cage) vaut également - et pour d'autres raisons - son pesant de cacahuètes. Au fond, tous les personnages sont - à leur façon - décalés, du moindre garde du corps jusqu'au très très vilain Franck D'Amico, la tête pensante de la Mafia, que ce soit par leurs attitudes inadaptées ou franchement ridicules, ou encore certaines répliques particulièrement savoureuses gorgées d'ironie rafraichissante.

    Drôle, violent, parfois tendre (heu... si si... il me semble), Kick Ass est aussi agréablement filmé. Rythme du montage, soutenu par une bande son parfaite, beauté graphique et esthétisme de certaines séquences acrobatiques ; on sent que Matthew Vaughn s'est fait plaisir et cela se voit à l'écran, pour notre plus grand bonheur.


    Voir aussi : Will

    6 commentaires:

    1. J'avais vu la bande annonce, elle semblait sympa en effet. J'irais le voir, si j'ai le temps

      RépondreSupprimer
    2. Un film à voir absolument, à mon avis un des meilleurs de l'année!! Je l'ai déjà vu deux fois et pense le revoir une troisième fois... Ce film me mets particulièrement de bonne humeur!!

      RépondreSupprimer
    3. Oui tu donnes envie de se laisser tenter. Décalé, second degré, la bande annonce est peut-être fidèle au film finalement!

      RépondreSupprimer
    4. Ce film, a priori je suis censé aller le voir avec un garçon magnifique qui me drague entre deux piles de jeans dans un magasin de djeun's qu'il m'arrive (dans mes moments d'égarement) de fréquenter...

      Cela ne me disait rien à la base, mais vu ce que tu nous en dis, tout compte fait peut-être que je regarderai AUSSI le film pendant la séance... ^^

      RépondreSupprimer
    5. je me suis gardé de lire ta critique avant d'écrire la mienne, parce que je suis très influençable, et finalement je vois qu'on se rejoint sur de nombreux points. il est vrai qu'on est qd même dérangés sur de nombreux points mais l'humour fait passer le tout. entièrement d'accord avec la référence à Tarantino.

      RépondreSupprimer
    6. @ Fabisounours : Prends le temps d'aller le voir. Mais n'emmêne pas ton chéri, il risque de ne pas apprécier, lui qui est si sensible ^^

      @ Alban : Je sais pas si ce film me met d'une humeur particulièrement bonne, mais j'irai bien le revoir également.

      @ Flavien : Elle est TRES fidèle. Ce qui est assez rare en effet. Un très bon film du dimanche soir par exemple ;)

      @ Bastoche : La vie est une question de priorité ^^ Tu sera toujours à temps de retourner voir le film si jamais tu as manqué quelques scènes importantes :D

      @ Will : Les grands esprits se reconnaissent toujours ^^

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !