• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 10 septembre 2012

    Il est beau le bidet !

    S'il y a bien une chose qui m'avait marquée lors de mon voyage au Mexique, et que j'avais retrouvée au Brésil, c'est la poubelle placée à côté de la cuvette des WC. Pas une petite poubelle de salle de bain ordinaire pour jeter un bout de coton usé, une lame de rasoir émoussée ou un flacon de gouttes vide. Non, je veux parler d'une poubelle plus importante au contenu plutôt surprenant puisqu'il s'agissait, ni plus ni moins, de papier hygiénique sale... Plutôt que de jeter le papier tartiné de moussaka dans la cuvette, on le met à la poubelle. Voilà voilà. Bonjour les odeurs en plein été...
    Ce n'est pas une règle absolue, j'ai observé de nombreuses exceptions, notamment dans les hôtels, mais je crois pouvoir dire sans trop me tromper que la règle reste assez générale. L'Argentine n'échappe pas à cette observation. 

    J'en suis donc venu à me poser une question dont la pertinence vous assommera certainement : Mais z'enfin, pourquoi donc ?

    Il y aurait sûrement de quoi écrire tout un bouquin sur l'histoire de l'hygiène intime en général et de l'usage du "PQ" en particulier. Je m'étais déjà à ce propos fendu d'un petit billet sur l'évolution de la perception du papier WC en France par le prisme de deux publicités. 
    N'oublions pas qu'en France, l'usage du papier WC est assez récent. Si j'en crois mes sources
    "Le papier toilette a été introduit en France au début du XXe siècle. Longtemps considéré comme un produit de luxe, son utilisation ne s'est vraiment répandue que dans les années 1960". 
    Avant, on faisait avec les moyens du bord : du papier journal, du tissu, des végétaux, de l'eau, rien du tout... 

    De l'eau ? Voilà qui est intéressant. C'est d'ailleurs encore de cette façon que l'on se nettoie le postérieur dans de nombreuses régions du globe. On le faisait encore naguère en France avec un bidet.

    En faisant quelques recherches, comparer l'évolution chronologique de l'implantation du papier WC et la disparition proportionnelle du bidet de nos foyers est particulièrement intéressante. Si en France l'implantation des bidets chute brutalement dans les années 70 (dans la foulée de l'adoption du papier hygiénique donc), elle reste encore massive en Amérique du Sud, et particulièrement en Argentine où 90% des foyers en seraient équipés (sources). La forte présence des bidets en Argentine et en Amérique du Sud pourrait - vu de loin - s'expliquer assez logiquement par une trop récente systématisation de l'usage de papier toilette.

    Sans faire ni refaire une histoire du papier cul (et pourtant ce serait fichtrement intéressant), je dois avouer que les Argentins ont trouvé une solution ma foi plutôt intéressante permettant se dispenser - en tout ou partie - de rouleau de cellulose ouatée.

    Un indice en image :


    Vous avez vu ?
    Non ?
    Mais siiiiiiii ... Regardez bien : Là !


    J'en ai même vu un autre modèle monté directement sur la cuvette des WC. Admirez un peu l'outil.
    Vous noterez que le bidule est rétractable pour éviter certains désagréments liés à l'inexorable loi de la gravité qui sévit en ce bas monde.


    Vous l'aurez compris, il s'agit d'un jet d'eau destiné à vous karcheriser la rondelle en douceur et éliminer tout ce qui doit l'être en cette zone de notre anatomie. C'est extrêmement fréquent : presque tous les bidets que j'ai pu croiser en sont équipés. Le montage sur cuvette est plus rare. 
    On peut bien évidemment régler la puissance et la température du jet, comme sur une douche normale. Prendre soin de son hygiène intime n'a jamais été aussi agréable.

    Du coup, l'usage de papier devient superfétatoire. Et pour cause : à quoi bon s'irriter la rondelle avec du papier alors qu'il y a déjà tout ce qu'il faut pour faire place nette, avec dans le même temps une séance de guili-guili qui font du bien partout ? Halalalala, ils savent ce qui est bon les Argentins !

    Et pour ceux qui se demandent si j'ai essayé, je me draperai princièrement dans une dentelle de pudeur et laisserai virevolter votre imagination ...

    25 commentaires:

    1. Mon Dieu! Mais que que je me cultive en lisant ce blog, je ne m'en lasse pas...;-))

      RépondreSupprimer
    2. Silvano/Gay Cultes10 septembre 2012 à 09:08

      Plus près de chez nous, le bidet est largement implanté dans les lieux d'aisance italiens. Dans les hôtels, c'est systématique. On peut se poser des questions sur sa disparition en France, avec le "progrès", dans les années 70.
      A mon sens, ce sanitaire choquait les bonnes âmes, de par l'usage qui en était fait, destiné qu'il était aux ablutions d'après l'amour.
      Je trouve quant à moi, y compris sous la forme cuvette-douchette (la seconde photo), son utilisation beaucoup plus hygiénique que celle du papier du même nom.

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. TOUT A FAIT D'ACCORD. Depuis que des amis italiens se sont offusqués de l'absence de bidet chez nous, je m'y suis mis ! C'est beaucoup plus hygiénique que de se laver (et de se laver les mains) le derrière que de tout étaler avec du papier ! Et en plus, moins d'irritation locale (Demandez aux proctologues !)
        Version de luxe : les toilettes japonaises...

        Supprimer
    3. Après l'aspect ergonomique de cette pratique (très répandue au Japon aussi paraît-il), il serait de bon ton que tu t’attèle à l'aspect économique (impératif par ces temps de crises) !
      Alors qu'est-ce qui coûte le moins cher, le papier cul ou l'eau qui fait guili-guili ?

      RépondreSupprimer
    4. sachant tout de même que le fait de ne pas jeter le papier dans les cuvettes dans de très nombreux pays vient du fait que les canalisations ne sont pas assez grandes et que le réseau d'assainissement ne peut pas le traiter.
      Pas besoin d'aller loin.. juste en méditerrannée (grece par exemple)

      RépondreSupprimer
    5. Je ne peux que te conseiller le bouquin de Martin Monestier, Histoire et bizarreries social des excréments ;)

      http://livre.fnac.com/a3809242/Martin-Monestier-Histoire-et-bizarreries-sociales-des-excrements

      RépondreSupprimer
    6. Je n'arrive pas à imaginer le truc, tu pourrais prendre des photos avec quelqu'un dessus afin de vérifier que le jet atteint bien l'endroit voulu ?

      RépondreSupprimer
    7. Oh mais il est donc plus que temps que tu ailles au Japon toi ! C'est promis, je te rendrai un hommage une fois sur place en décembre (car oui, imagine tout ça agrémenté de petits logos kawaii, de bips électroniques, de mécaniques sophistiquées, chauffantes et fascinantes !)(que j'ai donc regardées une fois en face ce qui m'a valu un jet d'eau dans la tronche, mais chut)

      RépondreSupprimer
    8. certes, certes, mais quid du petit morceau de papier pour les dames ? ce qui évite les 3 petites gouttes dans la culotte ? important !!

      RépondreSupprimer
    9. Ah que j'ai bien rigolé avec ce billet. Laisse moi ajouter mon point de vue et vécu comme latinoamericain. Effectivement je confirme la présence systématique des petites poubelles sans chaque WC juste à côté: la papelera. Je me rappele avoir demandé pk on jetait pas le PQ au WC comme on le fait ici, et la réponse à été toujours la même. Si on le jete, les tuyaux vont sé boucher. Voilà le pourquoi (au moins version colombienne).

      RépondreSupprimer
    10. Au Japon, le système est très sophistiqué puisque l'on un tableau de bord latéral pour régler la température et la force de la douchette. Il y aussi le choix de la région à nettoyer : dans ton bidet il me semble que cela s'adresse plutôt aux femmes...

      RépondreSupprimer
    11. Dans certains pays ou l'eau est rare le papier n est pas jetté dans la cuvette dans d autres pays la douchette est de rigueur voir les mays de tradition musulmane ou le japn ou la suisse donc une tradition dans bien des pays

      RépondreSupprimer
    12. J'avoue que j'ai bien ri. T'imaginer sur cette cuvette............
      Bon !!!! la première FOIS ça doit faire bizzare non , une appréhension ?
      Toi qui peut maintenant comparé , PAPIER ou JET D'EAU ?

      RépondreSupprimer
    13. Il parait qu'on peut retrouver le merveilleux principe du PQ à la moussaka à certains endroits des Canaries.
      Question de confort: est ce que le petit karcher à rondelle dispose d'un robinet eau chaude/eau froide, pour l'hiver ?
      Bah oui... sinon, c'est aussi désagréable qu'une cuvette glacée en plein hiver !

      RépondreSupprimer
    14. Pour pratiquer régulièrement le Brésil je confirme la chose sauf dans les hôtels pour touristes, et la raison donnée par Eltan etlatinomadeintaiwan est bien mise en avant. Je confirme que les tuyaux d'évacuation des toilettes ont un diamètre à peine supérieur à celui d'un lavabo, alors il y a risque.Par contre au Brésil on trouve plutôt une douchette au bout d'un flexible plutôt qu ces systèmes fixes que tu nous montre

      RépondreSupprimer
    15. c'est la même chose dans les pays baltes....au moins quand le rouleau de PQ est vide, on sait où en trouver!:)

      RépondreSupprimer
    16. En voila une note des plus intéressante ^_^
      Et donc en bon pd que tu es tu as obligatoirement testé :-p

      RépondreSupprimer
    17. Fascinant. Tout simplement fascinant. J'ai rencontré mon premier bidet il y a six ans... ici, chez mon proprio. Par ici, c'est une rareté et un objet de luxe... à tel point que je ne sais pas comment on s'en sert, même si je comprends fort bien le principe général de la chose.

      RépondreSupprimer
    18. mais bien sûr tu as testé, comment en serait-il autrement ! M'enfin !!

      RépondreSupprimer
    19. Excellent billet! Ceci dit, l'Italie est parsemée de bidets et je ne pense pas que le PQ ait fait son apparition plus tard qu'en France.

      RépondreSupprimer
    20. Je confirme comme les commentateurs précédents qu'on trouve des poubelles à moussaka dans des pays du sud comme Chypre (c'est dégueu, ta métaphore, je ne pourrai plus en manger, maintenant!).
      Dans les lieux publics, de gros panneaux pour les touristes indiquaient bien qu'il est interdit de jeter du papier dans la cuvette. Quand je pense que le produit tendance en la matière, en France, est le carton du rouleau qui se jette dans la cuvette. Choc de culture garanti.

      Les toilettes à douchette, je ne suis pas sûr que ça soit économique en eau. J'espère essayer des toilettes japonaises un jour. :)

      Et enfin, j'ai un souvenir horrifié des toilettes allemandes, avec un "palier" pour faciliter la récupération et l'analyses des étrons.

      Sur ce... c'est l'heure d'aller déjeuner. Bon appétit tout le monde.

      RépondreSupprimer
    21. Je viens de comprendre grâce à ton billet l'utilité du bidet!! Mes parents en avaient un magnifique dans leur salle de bains (pas l'endroit idéal finalement) et je crois que chaque membre de la famille l'a regardé avec circonspection pendant vingt ans. Un jour ma mère l'a fait enlever, et elle l'expose maintenant sur sa terrasse comme jardinière... Cet objet a trouvé finalement son utilité !

      RépondreSupprimer
    22. J'imagine l'élégance de la personne sortant de ce cabinet à douche anale, le postérieur délicatement orné d'un assez grand rond d'humidité.
      Le fond du pantalon met combien de temps à sécher?
      A moins que comme certains modèles japonais, il ne soit équipé d'un séchoir express, sans parler de l'accessoire de mise en plis...

      RépondreSupprimer
    23. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      RépondreSupprimer
    24. J'ai déjà essayé ce bidet trois points argentin à Rio...c'est super! Pour l'hygiène et surtout pour ne pas boucher les toilettes au conduit trop petit...en plus le papier hygiénique est très cher là-bas.
      J'aimerai trouver une adresse en France pour en acheter un et l'installer

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !